Bistro Bar Blog

vendredi 28 septembre 2012

Le monde invisible (1ère partie)

Pendant ma semaine de vacances, j'avais emporté des livres, bien sûr, un jour sans lire est pour moi un jour gâché, et j'ai donc relu "1984" de Orwell (brr...) et un livre écrit par une médium, Patricia Darré, publié début 2012, dont le titre est "Un souffle vers l'éternité" (édité chez Michel Lafon).



Elle raconte son parcours de médium, démarré en 1995, ses diverses expériences et ce qu'elle a appris de sa communication avec les "défunts" et avec sa ''Hiérarchie''.



Bien que plutôt prudente dès qu'il s'agit de médiumnité, tout en sachant que c'est un phénomène réel, j'ai découvert au fil de ma lecture une personne authentique qui ne se prend pas la tête et dont le but est de simplement divulguer le contenu de ses expériences.


Voici quelques passages du livre, que j'ai groupé par thèmes. Il sera publié en deux parties.



***************


À propos de la ''Hiérarchie'' :

(...) Les premiers esprits que j'ai appris à distinguer ne sont pas des morts à proprement parler, en tout cas, pas tous : il s'agit des Guides, ceux que j'ai surnommés "la Hiérarchie". Ils vibrent sur des fréquences très élevées.
 (...) Ils sont un peu mes directeurs de conscience dans l'au-delà et ils veillent à la bonne gestion des affaires courantes ! C'est un groupe d'entités qui m'aide, m'informe, m'assigne des tâches. En tant qu'humains, nous avons tous une hiérarchie qui nous guide, que l'on en ait conscience ou non, mais pour les médiums, qui interagissent entre le monde des vivants et celui des "morts", il est primordial d'être connectés à elle afin de mener à bien leurs missions.



(...) La Hiérarchie a pour mission la cohésion et l'organisation de l'au-delà. C'est elle qui connaît les différentes étapes que doivent franchir les morts dans leur évolution et le moment qui convient pour ce faire.
(...) Elle est composée d'esprits qui, pour la plupart, n'ont jamais été incarnés.
(...) La hiérarchie m'a un jour expliqué qu'elle se trouvait "en haut" et que les défunts étaient "en bas". C'est pourquoi elle a besoin d'intermédiaires, de médiums, qui lui servent de relais avec les défunts.
Les communications avec les morts et ma Hiérarchie m'ont appris une autre chose d'importance : la mort physique est un passage vers un autre plan où la matière, et donc notre corps, est plus éthérée, moins dense, car elle vibre à une fréquence plus haute. Ce que nous devenons et où nous allons après notre mort dépend de nous, de nos croyances, de notre vie, des sentiments que nous avons cultivés sur Terre. Il n'y a donc pas une seule et grande loi qui régit l'après-vie de chacun d'entre nous. Le maître mot est ici l'évolution. L'au-delà est en quelque sorte le reflet de l'avancement plus ou moins grand de nos consciences. En ce sens, il n'existe pas un seul au-delà, mais une multitude d'au-delà.



(...) Dans l'au-delà, les morts créent le cadre dans lequel ils continuent de vivre. Ce ne sont pas des lieux, mais des créations qui correspondent à ce dont ils ont besoin pour continuer d'évoluer. Ainsi il m'arrive souvent de discuter avec des morts qui ont recréé de l'autre côté des occupations et une vie assez similaire à la nôtre sur Terre. Certains me disent qu'ils travaillent, élèvent des animaux, construisent, chantent, dansent...D'autres, quand on leur demande ce qu'ils sont en train de faire, vous répondent, "je cuisine", "je fume une cigarette", "je bois du thé", etc. C'est une catégorie de morts qui, parce qu'ils en ont encore besoin, poursuivent certaines activités et occupations qu'ils avaient quand ils étaient encore vivants.



(...) Certains morts ne sont pas joignables, car ils sont dans des sortes de "cliniques" qui ne sont pas comparables avec nos hôpitaux, mais qui sont des lieux de réadaptation où ils se régénèrent. Cela concerne ceux qui ont vécu des traumatismes dans leurs énergies subtiles et psychiques pendant leur vie terrestre. Tel est le cas de certains toxicomanes ou de grands dépressifs, une fois de l'autre côté, ils restent un temps dans ces cliniques pour se "refaire une santé spirituelle" avant de poursuivre leur évolution.
****
À propos des ''Anges gardiens'' :

Nous avons tous des anges gardiens qui sont, en fait, des morts ayant pour mission de veiller sur nous. Cela leur permet aussi d'avancer. C'est pour cette raison que dans notre vie, nous sommes amenés à avoir différents anges gardiens. Tout comme pour la Hiérarchie, il y a en quelque sorte des ''changements d'équipe'' à mesure qu'ils évoluent et que nous évoluons. Une fois de l'autre côté, les morts continuent d'apprendre et de grandir, il n'y a pas de stagnation.
Les anges gardiens nous aident dans l'invisible à faire ce que nous faisons dans le visible. Ils peuvent nous empêcher d'avoir des accidents (cf livre de Jovanovic, ''Enquête sur l'existence des anges gardiens''), nous souffler à l'oreille des idées, etc. À l'inverse, ils peuvent aussi être à l'origine de certaines de nos mésaventures, comme se casser une jambe ou rester cloué au lit par une maladie, afin de nous freiner et de nous éviter de nous précipiter dans des dangers encore plus grands.
Je me souviens ainsi d'avoir accepté une invitation des propriétaires d'un château de la région pour une soirée médiumnique, mais, au moment de partir de chez moi, j'entends mon ange gardien qui me dit : ''N'y va pas.'' Embêtée d'annuler ma venue au dernier moment, je décide d'y aller quand même. Bizarrement, je n'ai jamais pu m'y rendre, car ma voiture est tombée en panne sur le chemin ! Sûrement n'y avait-il rien de bon pour moi dans cette soirée...

Une autre anecdote marquante est celle que j'ai vécue à Paris en sortant d'une conférence. Il me restait une heure pour rejoindre la gare d'Austerlitz et prendre un des derniers trains pour me ramener à Châteauroux, chez moi, dans le Berry. Mais ce jour-là, suite à un mouvement de grève, les transports en commun étaient très perturbés et il y avait des embouteillages un peu partout dans Paris. Je décidai d'opter pour un taxi, mais pendant plus d'un quart d'heure, les rares taxis que je hélais étaient déjà tous occupés. Je commençai à désespérer en voyant mes chances de prendre mon train diminuer. J'étais inquiète pour mon fils qui était encore jeune et qu'il fallait que je rejoigne rapidement. Je me suis alors immobilisée sur le trottoir, j'ai posé mon sac et j'ai demandé intérieurement de l'aide à mon ange gardien. C'est alors qu'un taxi libre, se détachant de l'interminable file de voitures, est venu se poster devant moi en me faisant des appels de phare. J'étais surprise car je n'avais pas hélé de taxi depuis quelque temps et en montant dedans, je dis au chauffeur:

      - Vous êtes la Providence !
      - Vous ne croyez pas si bien dire ! m'a-t-il répondu.

Je lui expliquai rapidement ma situation et il me rétorqua :

      - Si nous n'arrivons pas à temps à la gare d'Austerlitz, je m'engage à vous raccompagner en voiture jusqu'à Châteauroux, et gratuitement bien sûr ! Soyez tranquille, ce soir, vous serez auprès de votre famille !

Je le remerciai tout en lui disant que je ne me permettrais pas de lui en demander autant ! Il y avait dans la voiture une musique agréable et quand je lui en fis la remarque, il répondit :

      - Certaines musiques sont célestes et parlent directement à notre cœur.

Il avait un accent indéfinissable, comme s'il avait emprunté des intonations à différentes régions du monde, et je lui fis part de ma difficulté à en déterminer l'origine.

      - C'est parce que je viens d'un pays mystérieux ! m'a-t-il rétorqué.

Je me sentais de plus en plus rassurée dans ce taxi qui arrivait à se frayer un chemin au milieu des embouteillages. Le chauffeur n'hésita pas à descendre de la voiture pour demander aux automobilistes autour de nous de se pousser un peu, d'avancer ''d'un mètre par là'', pour lui permettre de passer et ''d'emmener cette dame qui doit absolument prendre un train '' ! Je regardais, médusée, les conducteurs qui s’exécutaient sans broncher. Il remontait alors à bord et me disait d'un ton rassurant :

      - Nous allons y arriver ! Ne vous inquiétez pas, vous serez chez vous ce soir.

Je lui fis part de mon étonnement quant à sa nature si enjouée, et il m'expliqua que c'était là le propre de l'homme  : 

      - Tout est facile avec la joie. Il faut veiller à ne pas se laisser entraîner dans le négatif.

Il me fit une première remarque sur la présence d'anges sur Terre et insista sur le fait qu'ils étaient très proches de nous et que nous les rencontrions souvent dans notre quotidien sans y prêter attention. Sa conversation était amusante et je répondais sur le ton de la plaisanterie.
Il s'était tellement bien débrouillé dans la circulation que nous approchions du but avec un peu d'avance, et il me proposa même de s'arrêter un instant devant un kiosque qui vendait glaces et boissons pour aller me chercher à boire. Je refusai poliment, un peu intriguée. Il s'arrêta finalement devant la gare d'Austerlitz.

      - Je vous dois combien ? Demandai-je ?

      - Vous ne me devez rien, répondit-il.
      - Ah non, j'insiste Monsieur, dis-je en tendant un billet.
      - Vous ne me devez rien, c'est ainsi, dit-il simplement.
      - Mais pourquoi, m'exclamai-je, ahurie.
     
      - Vous ne croyez donc pas aux anges ?

Là-dessus, il me souhaita un bon voyage et je descendis, légèrement hébétée, me demandant si ce que je vivais était bien réel ou non...en tout cas j'ai pu prendre mon train à l'heure et à chaque fois que je repense à cette histoire, je me sens plus légère...

****

Regroupements et vie dans l'au-delà

Chacun arrive dans l'au-delà avec un niveau d'évolution différents, les morts n'ont pas tous de besoins semblables et le scénario n'est pas identique pour tous. Certains sont seuls, d'autres vivent avec des esprits qui vibrent sur la même fréquence qu'eux, qui sont au même niveau d'évolution, et ils se regroupent.

(…) On entend souvent dire : ''Quand vous mourrez, vous rejoindrez dans l'au-delà les membres de votre famille.'' Comme toutes les généralités que l'on répète sur le sujet, cela est loin d'être systématique. La filiation ne suffit pas, seule compte la vibration. 

(…) Plus le mort est serein, plus il va vite se détacher de la matière. Le fait qu'il se trouve dans une autre dimension, où il n'a plus son corps physique ni les douleurs qui y sont liées, le fait qu'il ait des occupations et qu'il continue d'évoluer sont autant de facteurs d'épanouissement pour lui. Son devenir et son bonheur passent par un détachement de ce qu'il était et des personnes qu'il a connues au cours de sa vie terrestre. Il ne s'agit pas d'abandon comme on pourrait le penser de notre points de vue, mais d'une étape supplémentaire de son évolution. Il n'est donc pas de première nécessité pour lui d'entrer en contact avec les vivants, car il est bien où il est, et le souvenir de ce qu'il était avant de mourir devient, à mesure qu'il change, de plus en plus lointain.

(…) Ceux qui sont partis ne sont pas constamment disponibles pour ceux qui sont restés. Cependant, nos émotions les affectent, et plus nous sommes sereins, plus nos morts le sont aussi ; a contrario notre tristesse les torture, les alourdit.
De ce point de vue, la souffrance de ceux qui restent, bien que compréhensible, est très égoïste. La responsabilité du médium qui pratique des consultations payantes est engagée dans ces cas-là, car soit il explique à sa clientèle qu'il peut être néfaste de multiplier les communications, soit l'appât du gain lui commande de n'en rien dire. C'est une des raisons pour lesquelles un médium ne doit rendre que des services gratuits. 

(…) Je me refuse de voir deux fois la même personne pour ces raisons. La course au médium est malsaine, car elle laisse le champ libre aux charlatans et, de surcroît, elle dérange les morts. Protégeons les défunts des vivants.

À suivre...demain.

7 commentaires:

  1. C'est dingue de pas croire en sa disposition programmée ?
    Pas réussis à terminer ce charabia insensé.
    merci,cela reste un divertissement agréable ..
    Comme si cette perception que nous avons EST VIE ??

    pardonnez moi si je reste calme.
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "charabia insensé", d'accord pour toi anonyme, mais pas forcément pour tout le monde.
      On te pardonnera de rester calme, merci.

      Supprimer
    2. Ben dis nous Anonyme, pas si anonyme que ça :) quelle est ta perception de la "vie" ? Comme ça au moins tu nous donnerais matière à réflexion ou à remise en question.
      "rester calme" t'inquiète, tes vibrations bien qu'elles soient palpables ne "résonnent plus" à force de "raisonner" j'ai appris. :)
      Mais là ou tu as raison, c'est le nombre de médiums charlatans qui font du business avec tout ça.. ce n'est apparemment pas le cas de cette médium, puisqu'elle nous met en garde contre ces derniers.
      En tout cas, merci des livres conseillés, j'en ai lu quelques uns et en effet, ils valent le détour.

      Supprimer
  2. J'ai eu l'occasion, plutôt la Chance, de rencontrer ma Maman décédée des années avant, par l'intermédiaire d'une médium qui nous a laissé scotché sur place.
    C'est un souvenir extraordinaire, je n'avais pas d'attente dans ce sens, et un souhait de Bon anniversaire à ma compagne présente, a été totalement inattendu.

    RépondreSupprimer
  3. Je regrette que ce sujet soit interprété de cette manière par la MEDIUM !
    (...) Ils sont un peu mes directeurs de conscience dans l'au-delà et ils veillent à la bonne gestion des affaires courantes ! C'est un groupe d'entités qui m'aide, m'informe, m'assigne des tâches. En tant qu'humains, nous avons tous une hiérarchie qui nous guide, que l'on en ait conscience ou non, mais pour les médiums, qui interagissent entre le monde des vivants et celui des "morts", il est primordial d'être connectés à elle afin de mener à bien leurs missions.

    Ses directeurs de conscience.... d'où viennent ses directeurs ? Les VRAIS "GUIDES" sont dans une hiérarchie d'être de LUMIÈRE ! Rien à voir avec le médium qui est l'intermédiaire entre le monde des vivants et celui des "morts". Si un médium peut faire le lien entre le monde des vivants et celui des morts pour passer des messages ou avoir une aide de l'un des décédés à qui il est permis d'apporter de l'aide aux vivants (de sa famille en particulier) ce n'est pas un "mort" qui un grand guide ! Il faut en finir avec ces charlatans ou demi-charlatans qui cherchent à faire de l'argent avec leurs "expériences" bien arrangées pour plaire.
    Trop long a expliquer ici !
    Pour comprendre les Forces Cosmiques "DIVINES" lire

    - Raphael Payeur ; les Guides de Lumière
    - Dr J-M Paffenhoff ; les anges de votre vie
    - Haziel ; les Anges

    et pour démystifier le contact avec les "morts", voyez
    - Allan Kardec ; le livre des esprits (des "morts" ). Le plus grand maître mondialement reconnu. Dans ce qu'il explique RIEN DE FARFELU car tout est vérité VÉRIFIÉE !

    Par ces "médiums" qui inscrivent tout et n'importe quoi à " de l'eau de rose", Les vérités sont faussées !
    Soyez vigilants quelqu'un de bien placé que vous connaissez a dit " ne vous laissez pas leurrer par des "faux prophètes" et beaucoup de ces "médiums" en font partie. Il est plus facile de les lire, que les "scientifiques". Gardez aussi en mémoire qu'un véritable Guide sait rester discret et ne fait pas étalage de ces faits et gestes ! ♥♥

    RépondreSupprimer
  4. Demandez à vos anges gardiens par la prière de vous aidez, sur des points précis ou non, et vous serez exaucés. Tentez l'expérience, ça ne coute pas grand chose; il n'est pas besoin d'être un grand croyant,essayez juste de le faire avec conviction.

    RépondreSupprimer
  5. Quelqu'un a égaré son ange gardien, prière à lui de se manifester pour venir le récupérer:
    http://www.lelombrik.net/images/48474/un-ange-gardien.html

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.