Bistro Bar Blog

vendredi 7 septembre 2012

Japon, 7 septembre 2012



Le gouverneur de Tokyo Shinataro Ishihara : ''Démanteler Monju ? Aucune chance !''


Comme s'il avait son mot à dire. Ou bien il pense peut-être qu'il l'aura bientôt. Il doit penser que le Parti Démocrate Libéral (PDL) va redevenir le parti régnant, avec l'un de ses fils à la barre (ce fils qui, en juillet l'année dernière, avait diagnostiqué les gens opposés à l'énergie nucléaire comme souffrant d'hystérie).

Comme le rapporte le Jiji Tsushin, il a parlé comme le dirigeant de facto du PDL.

D'après le Jiji Tsushin (6 septembre) :

Le gouverneur de Tokyo en visite à Monju dans la préfecture de Fukui : Un démantèlement ? Aucune chance.''

Le gouverneur de Tokyo, Shintaro Ishihara est allé visiter le 6 septembre le surgénérateur de Monju de L'Agence de l'Énergie Atomique Japonaise. Il a dit après la visite, ''Monju est la première technologie historique au monde. Aucune chance qu'il soit démantelé.''

Monju a repris du service en 2010, mais a été arrêté depuis que la première étape du test de fonctionnement a été réalisée. Le gouverneur était un farouche partisan de la recherche pour le réacteur à surgénérateur.

Interrogé en même temps sur la mise en place d'un accord du gouvernement national avec le propriétaire des îles Senkaku pour l'achat d'une île, il a dit, ''C'est au propriétaire de se décider à vendre, s'il le souhaite. L'administration actuelle ne va pas durer longtemps et sera remplacée à la prochaine élection. Le PDL a la volonté d'acheter les îles. Je veux que cette question soit le point focal de l'élection du dirigeant du PDL.''

Peu importe que Monju soit ou non le premier réacteur à surgénérateur ; il peut être historique, mais pas de la manière dont Ishihara le pense. Où existe-t-il ailleurs un exploitant de réacteur à surgénérateur utilisant du sodium liquide comme refroidisseur qui a réussi à faire tomber une machine de transfert de combustible dans le réacteur ? Uniquement au Japon. Il parlait peut-être de la technologie de fortune que l'Agence japonaise avait inventée (ou devrai-je dire que Toshiba et Hitachi devaient inventer) pour récupérer la machine de transfert sans exposer le refroidisseur à l'atmosphère.

2 commentaires:

  1. Une nouvelle horreur se dessine pour le Japon ?
    Pourquoi ne pas donner sa chance à Rossi de l'université de Bologne, qui offre une fusion froide, sans danger ?
    Serait-ce une blague ou une réalité ?
    Merci de me le dire ...
    BBMUMU

    RépondreSupprimer
  2. http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/09/07/01008-20120907ARTFIG00634-la-pression-monte-sous-le-mont-fuji.php

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.