Bistro Bar Blog

jeudi 6 septembre 2012

Japon, 6 septembre 2012

Ultraman, avec toujours son humour bien à lui...La prochaine élection pourrait être importante dans l'orientation de la politique nucléaire japonaise.


Goshi Hosono se présente contre Noda aux élections pour la direction du Parti Démocratique Japonais (PDJ), et ''rien ne peut l'arrêter maintenant''

Oh, quelle surprise. (Mais non)

Ces hommes politiques du PDJ viennent vraiment d'une autre planète, s'ils pensent qu'en soutenant cet homme ils vont lui faire gagner les élections. (le 21 septembre, je vous le rappelle) Mais plus de la moitié de la population du pays se fie toujours aux journaux et à la TV qui ont commencé le racolage en le faisant passer pour le ''prochain premier ministre''.

Goshi Hosono est celui qui, en tant qu'assistant personnel du premier ministre de l'époque, Naoto Kan, a admis en avril l'année dernière qu'ils savaient pour la fusion du cœur mais qu'ils ne se sentaient pas de le dire à la population.

C'est aussi celui qui a exhibé en mars cette année un objet d'artisanat fait avec des débris de la catastrophe face à une foule en colère devant la gare de Tokyo et a dit, ''Pensez-vous que ceci soit contaminé ? Le pensez-vous vraiment ?''

D'après le Yomiuri Shinbun (6 septembre) :

M. Hosono se présente à l'élection pour la direction du PDJ

Goshi Hosono (41 ans), ministre de l'environnement et chargé de l'accident nucléaire, s'est engagé prudemment dans sa décision d'entrer dans la course à l'élection du président du PDJ à l'expiration du mandat du premier ministre Noda (55 ans).

Ce sont de multiples sources proches de M . Hosono qui l'ont révélé le 5 septembre. Un nombre croissant de gens dans le parti espèrent que le jeune Hosono va entrer dans la course, en tant que ''figure'' du PDJ pour l'élection à venir de la Chambre Basse. S'il entre en compétition, il est probable qu'il soit le seul concurrent important du premier ministre qui cherche à se faire réélire.

M. Hosono a dit à plusieurs reprises qu'il n'envisageait pas de se présenter en tant que leader. Il a dit pourtant dans la soirée du 5 septembre, ''Nous devrions montrer que le PDJ renaît'', indiquant qu'il n'aurait finalement pas d'autre choix que d'être d'accord pour concourir.

Dans les premières heures du 6 septembre, M. Hosono a dit à ses partisans que la démarche d'hommes politiques plus jeunes [le pressant de concourir] devrait être ''envisagée avec gravité. Je pense que je dois faire quelque chose pour [sauver] le PDJ.'' Ses partisans ont dit, ''Rien ne peut l'arrêter maintenant.''
Il est tout à fait remarquable de lire les médias japonais dominants publiant ces nouvelles, que ce soit le Yomiuri ou Mainichi ou un autre. Ils ont complètement ignoré ce qu'il a fait (ou plutôt ce qu'il n'a pas fait) depuis un an et demi et il n'y a pas la moindre mention de sa gestion des débris de la catastrophe à grande échelle, de l'effort de décontamination ou de l'assistance à la catastrophe.

Un article plus ancien du Yomiuri (5 septembre) rapporte la pensée de quelques supporters de Goshi Hosono. Un homme politique anonyme dit ouvertement dans l'article :

''Si M. Hosono devient premier ministre, le taux d'approbation pourrait atteindre 50 %. Avant qu'il ne se ridiculise dans les sessions de questions/réponses à la Diète nationale, nous dissoudrons la Diète au début d'une session extraordinaire de la Diète [et demanderons une élection].''

Bon, je pense que ce qu'il a dit est à peu près correct.
Au fait, M. Hosono a un livre qui a été récemment publié, intitulé ''Témoignage – 500 jours de crise nucléaire''. Ce n'est pas qu'il l'a écrit lui-même, mais il a été interviewé par un journaliste qui a compilé des interviews dans le livre. Procurez vous ce livre pendant que vous le pouvez, le livre du prochain premier ministre.

3 commentaires:

  1. Notre problème à nous c'est
    Coppé
    Fillon
    Guéant
    et tout les autres !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ca c'est ton problème. ;)

      Supprimer
    2. Ils ne sont que la moitié du problème, car il y a aussi tous les autres du ps et leurs aliés ...L'umps, donc ;)
      Le fn n'est pas encore mettable dans le même sac puisqu'il n'a jamais eu la présidence, mais probablement que s'il l'avait un jour on pourait dire "umpsécoloscentrefn" ...
      L'anarchie est la seule solution: pas de chefs, juste le bon sens! :)
      gwen

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.