Bistro Bar Blog

jeudi 16 août 2012

Une chatte royale


La belle histoire d'une chatte, amoureusement contée.


Kiya, ma reine


Kiya est apparue pour la première fois dans ma vie comme un chaton de quatre semaines très malade et couvert de puces.


J'attendais un taxi quand elle apparut soudain dans une allée à deux pas d'une rue à grand trafic. En regardant autour de moi, je ne vis ni mère chatte ni frère ou sœur, juste des bâtiments à l'abandon. C'était comme si elle était tombée du ciel.

Je supposais qu'elle avait besoin d'aide, mais pour je ne sais quelle raison j'ai senti que la décision lui appartenait. J'ai mis mes mains en coupe au niveau du sol et ai demandé, ''Aimerais-tu venir à la maison avec moi ?'' Ce tout petit chat a immédiatement rampé vers mes mains et se retournant sur le dos me regarda droit dans les yeux et se mit à ronronner. Je pris cela pour un très emphatique oui et nous sommes ensemble depuis lors.

Lui donner un nom m'a pris du temps mais je la nommai finalement ''Ki'' comme dans Rei-Ki, la force de vie universelle qui l'a aidée à guérir en maintes occasions et qu'elle appréciait beaucoup.

Avec le temps elle reçut aussi le surnom de ''Princesse'' parce que Kiya a toujours senti qu'elle a droit au meilleur de ce que la vie peut offrir. Cela peut prendre la forme de nourriture dans l'assiette de quelqu'un, de mon fauteuil de bureau (vu apparemment comme le trône de commandement) et de la manière de la porter.

Si je souhaite la soulever ce doit être fait d'une certaine manière sinon elle s'en irrite. Une main sous les pattes avant et l'autre sous le dos. Une fois en place Kiya s'installe en position de repos tout à fait à la manière d'un sphinx égyptien. Et elle ronronne doucement, sa manière de faire connaître à son humble porteur qu'il a son approbation royale. À partir de cette noble position elle adore faire un tour de la maison et de ses terres, penchant la tête pour remercier son loyal sujet pendant la balade.

Mais elle sait perdre de temps en temps sa dignité. Dans ses jeunes années (avant l'arthrite) Kiya aimait danser. Et pas sur une musique quelconque, elle aimait danser sur des musiques enjouées comme Get the party started de Pink (type disco, NdT) (elle préfère la version Remix avec Redman).

Elle se postait à mes pieds qui commençaient à bouger et demandait à être soulevée. Je me baissais alors et la basculait en position de sphinx et c'était parti. Au rythme de la musique nous nous balancions, tournions – Kiya adorait tout ça !

Au cas où vous n'auriez pas remarqué que Kiya aime attirer l'attention et susciter l'admiration, et être belle, charmante et très assurée lui valaient de les recevoir quand elle se tenait en dehors de la maison. Les passants s'arrêtaient et l'admiraient et elle savourait cette appréciation en se prélassant au soleil. On pouvait toujours savoir son degré de plaisir en regardant sa queue. Quand tout allait bien l’extrémité oscillait au rythme des phrases. Les gens l'aimaient tellement que je sentis qu'il fallait lui mettre un collier pour leur faire savoir qu'elle avait un foyer.

Et j'ai longuement réfléchi à la manière de faire pour ne pas blesser sa dignité royale en lui faisant sentir que c'était une marque de propriété, mais seulement de respect. Pour son premier collier j'en choisis un avec des petits brillants (compatibles avec une royauté féline) et fit appel à sa vanité. Je lui dis qu'il avait été spécialement choisi pour rehausser sa beauté et que les gens l'admireraient encore plus. Elle aima l'idée et tendis le cou pour qu'on lui mette le collier. À partir de ce moment-là, Kiya fit la fière avec ses bijoux bling-bling. Dans les rares occasions où j'ai dû enlever son collier, elle semblait moins heureuse jusqu'au moment où je le lui remettais à la bonne place autour de son cou.

Kiya est avec moi depuis presque 17 ans et je pensais avoir fait le tour des surprises à son sujet jusqu'à ce que je visite une exposition sur le pharaon Toutankhamon à Seattle. 


La reine Kiya (photo ajoutée par Hélios)

Je fus impressionnée par la présence imposante de la statue du pharaon Akhenaton mais en détournant les yeux vers la pièce suivante je fus surprise de me retrouver à regarder un coffre en verre contenant la boîte canope (où étaient mis les viscères du défunt, NdT) de sa seconde épouse, la reine Kiya. Ce n'était pas le choc dû à la similitude des noms – un nom que je pensais avoir inventé, dois-je dire, mais le profil me rappelait celui de ma princesse Kiya !

Une petite recherche sur Google me donna l'information suivante, ''Son nom était inhabituel pour les égyptiens et on pense de ce fait que le nom pouvait être originaire de la Syrie au nord de l'Égypte.''

Et plus loin, ''On donna sur les bas-reliefs les titres de ''Favorite'' et ''Très Aimée...à Kiya.'' Son nom complet dit, ''Kiya, Épouse et très Aimée du Roi de haute et basse Égypte, celui qui vit dans la vérité, Seigneur des deux Terres, Neferkhepure, le bienveillant enfant de l'Aton vivant, qui vivra éternellement.''


Un titre aussi long et illustre convenait parfaitement bien à ma Kiya.

Donc, après toutes ces années passées ensemble, Kiya est maintenant passée de Princesse à Reine. À son avis cela veut dire qu'elle gagne enfin le respect qu'elle mérite vraiment. Je lui ai promis un nouveau bijou félin pour fêter l'occasion, car ma reine Kiya adore le tape-à-l'oeil !



Traduit par Hélios

4 commentaires:

  1. Pas d'informations sur le Japon de la part d'Ultraman ce matin.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, j'adore ce texte, et en effet, la ressemblance des deux visages est tres... comme qui dirai, ressemblante! :D

    RépondreSupprimer
  3. Una regina sceglie sempre un re....è una bellissima storia d'amore tra due esseri che vivono in questo particolare momento su questo pianeta ...mais ce que j'ai aimè le plus...les mains en coupe et la demande: "aimerais tu venir à la maison avec moi" qui est presque dejà un promesse d'amour cachèe sous courtoisie pudicitè.... et l'histoire du nom semble raconter presque una ancien rencontre en Egypte ou altrove. Raconte nous autres histoire d'amour
    ciao loriana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Loriana, j'aime beaucoup ce genre d'histoires d'amour, je t'en trouverai d'autres. Il y en a une autre postée aujourd'hui avec des toutous.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.