Bistro Bar Blog

dimanche 26 août 2012

Transcender l'envie

(En anglais, le mot "envy", signifie envie ou jalousie.)


Transcender l'envie

22 août 2012

Par James W. Jesso

Quelqu'un d'autre que moi a-t-il remarqué une augmentation significative du nombre des expériences spirituelles parmi les gens autour de vous ? Quelqu'un d'autre aurait-il commencé à se sentir envieux du vécu des autres? Quelqu'un sentirait-il une culpabilité et l'impression d'un frein à son évolution à cause de cette envie ? Quelqu'un d'autre s'est-il demandé ce qu'on peut faire pour transcender cette envie ? Je ressens que grâce à ce processus j'en étais venu à intégrer cette transcendance de l'envie et je souhaite le partager avec vous.

Il semble y avoir un changement notable dans ce que nous partageons les uns les autres ; un changement dans les histoires que nous racontons et la qualité des expériences que nous vivons tous les jours. J'entends presque constamment des histoires de gens qui parlent de synchronicités, de capacités médiumniques, de découverte spirituelle, de contact avec des extra-terrestres et des esprits, de guérisons spontanées, de prises de conscience métaphysiques complexes etc...Toutes ces choses auraient paru à la limite de la marginalité il y a 15 ans, inouïes il y a 50 ans et aujourd'hui il m'arrive aux oreilles ce genre de conversations dans le cadre de mon café local. Avec toutes ces histoires qui circulent sur les moments d'indéniable lucidité et de conscience mystique, je me suis retrouvé en plein conflit.

Tout ces derniers temps, comme beaucoup d'autres, j'ai commencé à vivre ma vie comme si c'était un voyage de découverte spirituelle personnelle, plus qu'une série d'événements et d'acquisitions comme on me l'avait enseigné. Par ce biais j'ai remarqué un éveil à des expériences qui s'écartent de ce que je pensais possible et font pénétrer dans un royaume que je pourrai décrire au mieux comme mystique. En poursuivant mes lectures, observations, apprentissages et en le partageant avec les autres – que ce soit sur internet ou personnellement – je me suis ouvert à croire en des possibilités qui repoussent les frontières de mes perceptions.

Écouter des gens proches de mon cœur raconter des histoires d'expériences vécues que je ne connaissais auparavant que sous forme de mots venant d'enseignants éclectiques et de philosophes ésotériques, a potentialisé une réalité personnelle qui dépasse de loin ce que je pensais possible depuis que je suis assez âgé pour entendre de mes aînés que mon imagination n'est pas réelle, que la vie est une lutte et que je ne pourrais devenir ce que je souhaite en grandissant si je m'arrête à cette croyance. Le processus d'ouverture à une dimension sur ce que je pense possible dans ma réalité s'est rempli de bénédictions ainsi que de grands défis et je veux lancer un défi spécial, que je devine être partagé par d'autres que moi : l'envie.

Enthousiasmé, plus j'en apprends sur le potentiel de mes propres expériences, plus je veux accéder directement à ce potentiel. Quand j'entends donc une autre personne, par exemple, partager son histoire sur ''une synchronicité transcendante qui déclenche une expansion de conscience dans un état de micro-révélation'' ou décrire ''l'activation de son 3ème œil et voir une cascade de lumière géométrique'', je me sens envieux. Je pense en moi-même, ''Ouah, c'est génial, j'espère faire une expérience comme ça'' ou ''les expériences de cette personne sont bien plus profondes que la mienne'' ou ''quoi, mon 3ème œil n'a pas encore été activé ? Je travaille pourtant dur là-dessus''. Cette envie me harcèle de temps en temps depuis un an et j'essaie honnêtement de gérer ce qu'il se passe en moi sans me sentir vaincu à chaque fois que ça revient.

J'ai pu constater combien cela m'empêchait de progresser. Soit cela m'empêche de participer à un autre récit – souvent déconcentré par un sentiment de manque – et/ou limite ma propre expérience en implantant en moi, de manière subconsciente, une tendance à comparer mon expérience avec celle des autres, ce qui bien sûr me laisse toujours insatisfait. Pour finir, cette envie limitait ma capacité à profiter de ce que je vivais moi-même et également ma pleine présence de partage avec l'autre. Corrigez-moi si je me trompe, mais je sens que je ne suis pas seul dans ce défi et je souhaite partager une perspective bienvenue dans le but de transcender cette envie.

Ce sont les récits que nous partageons entre nous qui nous aident à avoir accès à des éléments plus profonds de notre potentiel propre. Quand je fais une liste de faits et des conférences, j'engage votre intellect mais quand je vous raconte l'histoire d'une expérience personnelle qui contient un élément de découverte personnelle et un germe de sagesse, je vous fais profiter d'une expérience qui vous relie à votre cœur.

Quand on peut faire le lien d'une expérience au moment d'un récit, on vit cette histoire comme la sienne propre. Cela invite à une visite intérieure qui serait restée autrement stérile, sans lien avec l'histoire de quelqu'un d'autre. Nous sommes les clés mutuelles des portes de perception pour les autres et nos histoires disent la manière dont nous transmettons les clés. Quand je ressens de l'envie pour ne pas avoir eu l'expérience directe telle que celle entendue dans une histoire, je me coupe tout seul de l'accès à cette clé. Je me coupe du lien avec votre expérience en me mettant dans la situation où je ne suis pas participant de votre histoire – ce qui est une fausse perception. Si pourtant ce sentiment d'envie peut être transcendé je peux me retrouver dans ce que vous me faites partager.

Je suis sûr que vous avez tous été en contact avec ce concept qui est presque un cliché, nous sommes tous un. C'est ce concept – que je pense être une vérité fondamentale – qui nous explique pourquoi la reconnaissance de ne pas faire partie de l'histoire de l'autre est une fausse perception. Étant donné que nous sommes tous un – quelle que soit le choix de votre définition personnelle – ce processus de découverte spirituelle est donc un processus partagé. Pour faire court, je vais le décrire à la première personne.
 
Quand j'écoute votre histoire et m'y relie, je participe à votre expérience spirituelle. Quand nous sommes connectés au cœur de votre histoire, votre expérience devient notre expérience, si je ne bloque pas cette connexion avec l'envie venant de l'ego.

Avez-vous entendu parler du concept de la Maya, la grande illusion qu'est la réalité ? Si oui, vous savez de quoi je veux parler. Si non, suivez-moi. Le fait que la réalité soit une illusion n'est pas forcément une mauvaise chose ; ce peut être une merveilleuse illusion qui nous fait passer de part et d'autre du voile de la différence. Le problème, de ce que j'ai pu en voir, est que nous nous autorisons à être distraits par ce qu'il se passe dans la Maya ; distraits par l'apparence de notre expérience et nous commençons à oublier que ce sont simplement des ombres qui dansent sur le mur (référence au mythe de la caverne de Platon, je pense)

Par exemple, les auras : peu importe que vous puissiez ou non voir les auras, c'est simplement une expérience d'apparence. Pourtant beaucoup de gens ressentent un profond sentiment de manque personnel parce qu'ils ne peuvent les voir et ce sentiment de manque leur pèse. Voir les auras n'est pas la question, ce qui importe est votre lien unique avec le divin en vous et qu'il se manifeste vraiment dans votre vie. C'est ce lien qui nous guide vers l'éveil et non de voir les auras, ''d'activer notre 3ème œil'' ou d'avoir un contact avec les ET. En fait, pour la plupart des gens, ces expériences sont de sacrés défis et empêchements.

En apprenant à cultiver le lien avec le divin en nous et voir à partir de notre conscience individuelle comment le divin est une sous-structure qui nous réunit tous au sein de cette belle danse de relativité, nous apprenons à cultiver une relation avec le divin entre nous. Cette relation est ce qui importe réellement et quand donc nous entendons l'histoire de quelqu'un d'autre et devenons envieux parce que cette expérience partagée n'est pas la nôtre, nous nous autorisons à nous écarter de cette relation. C'est comme nous permettre d'être ballottés par les vagues et oublier que nous sommes nous-mêmes l'océan.

À chaque fois que je ressens cette montée d'envie en rapport avec votre histoire, je reprends conscience et me souviens que nous sommes tous un. Je me souviens que ma relation avec le divin en moi est tout aussi belle que l'histoire racontée et s'exprime simplement de manière différente. Je m'ouvre à un sentiment de gratitude et d'enthousiasme vis à vis de votre expérience et l'accueille dans mon cœur, sachant que lorsque je cultive une perception d'appréciation pour le divin qui brille à travers vous au sein du lien de votre histoire, je me connecte au divin en moi.

Ce que je vois chez l'autre est toujours le reflet de ce qui est en moi, se manifestant dans la souvent belle Maya.


Traduit par Hélios

3 commentaires:

  1. prendre conscience de faire parti d'un Tout et de l'autre être émerveillé par les facultés "magique" qu'il en résulte pour certain........aprés l'envie c'est un question de confiance en soi de reconnaissance de ce que l'on est avec tout ce chemin de vie et ces ouvertures

    c'est ma perception qui rejoint je pense celle de ton texte

    ce n'est que de l'espoir

    l'envie en dehors d'une focalisation étroite c'est aussi une boule d'énergie que l'on doit maçonner ,faire vivre

    RépondreSupprimer
  2. "Transcender l'envie" se serait comme transcender ses regrets, ses ressentiments...

    Oui, je trouve que la "jalousie" est un bon exemple de ce qui s'exprime parfois comme un simple regret. Cela ne favorise pas la conscience du lien avec le tout et renforce plutôt l'impression d'un certain "isolement". Voilà ce que le texte d'Hélios m'a permis de voir.

    "l'envie en dehors d'une focalisation étroite c'est aussi une boule d'énergie que l'on doit maçonner ,faire vivre"

    Au-delà de l'envie, l'élan (un mot emprunté qui traduit mieux...)


    RépondreSupprimer
  3. Tout devient simple lorsqu'on prend l'habitude de
    "Se réjouir du bonheur des Autres".
    Alors toute Envie s'estompe.

    Car finalement moi ou les Autres c'est pas mal pareil.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.