Bistro Bar Blog

mercredi 1 août 2012

Japon, 1er août 2012


Un Ultraman amer ce matin (on le comprend en lisant son texte) qui a posté ce billet passé minuit chez lui en Californie...

Rapport mensuel de progression de la ''feuille de route'' de la centrale de Fukushima (1) : les ouvriers collectent des débris radioactifs pour de futurs tests, et subissent ,03 millisievert pour une heure de travail


Presque personne ne semble prêter une sérieuse attention à la centrale de Fukushima elle-même ces jours-ci, sauf à l'occasion, quelques mentions superficielles sur le taux de radioactivité de matériaux rejeté par les réacteurs et la dose de contamination de la nappe phréatique due aux fuites des sous-sols (presque toujours sans citer les vrais chiffres).

Toutes les discussions sur l'effondrement imminent du réacteur 4 ont pris fin et aucune histoire sensationnelle sur la centrale ne circule sur le Twitter japonais.

Que fait donc TEPCO ces jours-ci pour la centrale, aujourd'hui officiellement société du gouvernement avec une infusion de capital de 1 trilliard de yens (12,8 milliards de $) ?

Des tâches très terre à terre, banales comme de ramasser des débris de béton à garder pour un test ultérieur, essayer de désobstruer un tuyau pour y insérer un thermocouple, laver au jet les assemblages de combustible. Ils construisent aussi des tours (Toshiba) pour l'absorption des multi-nucléides, tentent de nettoyer les fossés et demandent aux ouvriers de sociétés affiliées comment ils font.


Ce billet est le premier épisode d'un rapport mensuel, concernant le ramassage par les ouvriers de morceaux de gravats en béton près des réacteurs explosés à la centrale de Fukushima. Dans le rapport c'est le dernier point mais cela m'a sauté aux yeux pendant que je parcourais le rapport hier tout en écoutant la conférence de presse donnée par Naoto Kan et son groupe de politiciens ''Zéro nucléaire''.

Les ouvriers ont pris 0,3 millisievert d'exposition aux radiations pour une heure de travail de ramassage de morceaux de béton, et ces derniers ne sont pas très ''radioactifs'' dans la norme de Fuku I (il serait considéré comme extrêmement élevé en dehors de la centrale) à 2000 microsieverts/heure (ou 2 millisieverts/heure).

Où est cet ancien premier ministre qui aurait réprimandé les responsables de TEPCO et les presser d'aller à la centrale de Fukushima, disant qu'il irait avec eux ? Pourquoi ne ramasse-t-il pas les morceaux de gravats radioactifs à la place d'ouvriers qui ne doivent être payés que 8000 yens (102 $) par jour pour leur boulot ?

D'après le rapport mensuel de progression du 30 juillet de TEPCO, sur la ''feuille de route vers un démantèlement des réacteurs de Fukushima (disponible uniquement en japonais), pages 84 à 89 (j'ai ajouté les légendes) :

Résultat du 1er travail d'échantillonnage. Morceaux de béton mesurés venant des réacteurs 3 et 4. Taux d'exposition : 0.3 millisievert

L'ancien premier ministre Naoto Kan était affairé à essayer de se réinventer champion des ''citoyens ordinaires'' qui sont contre les centrales nucléaires et comme la clef de voûte de lien entre ces citoyens et l'élite (le PM Noda et ses ministres de haut rang comme Edano), quand lui et son groupe de politiciens supposés anti-nucléaires ont fait une conférence de presse et une réunion privée avec ces ''citoyens'' le 31 juillet. Mais ce sera le sujet d'un prochain billet.

*****************************************************

Fukushima Diary

TEPCO va déplacer sa webcam

Elle va être déplacée en changeant son angle de prise de vue. Le nouvel angle rendra très difficile de voir le réacteur 1.
Nouvelle vision depuis  la webcam déplacée
Jeux olympiques : l'équipe japonaise a été sortie au début de la cérémonie d'ouverture
L'équipe japonaise (environ 40 personnes) a été reconduite avant l'allumage de la flamme olympique.

À 23h30 le 27 juillet, les équipes de chaque pays ont commencé à défiler à la suite de l'équipe grecque.

Aux environs de 0h30, l'équipe japonaise habillée de rouge est entrée, mais des organisateurs les ont arrêtés à mi-chemin et les ont dirigés vers la sortie.

Une spectatrice japonaise en a parlé sur son blog :

Ils sont passés devant nous et ont été arrêtés à mi-chemin. Pour être exacte, ils ont été arrêtés là par des organisateurs pour une raison quelconque bien que les équipes des autres pays continuaient leur marche et ils les ont conduit vers une sortie. Pourquoi ?! J'ai regardé toutes les équipes mais il n'y a eu que l'équipe japonaise à partir.
Moi et mes amis nous sommes envoyés un ''texto'', ''Hé pourquoi sont-ils sortis du lieu de la cérémonie. ?''

Capture d'écran du blog japonais


Légende de la photo du haut :
L'équipe japonaise a été arrêtée à cet endroit par des organisateurs pour une raison quelconque mais les autres pays ont continué.
Photo du bas :
Imagine quoi, ils ont été dirigés vers la sortie par des organisateurs. Pourquoi ?!
J'ai regardé toutes les autres équipes mais il n'y a eu que l'équipe japonaise à être éjectée.
Toutes les autres équipes se trouvaient dans les lignes du milieu de la piste, mais il n'y a que l'équipe japonaise à ne pas y être.

Un match de foot était prévu le jour suivant, mais les joueurs n'ont pas participé du tout à cette cérémonie.

L'organisation des JO s'est excusé auprès de Mme Hashimoto Seiko, la directrice adjointe de l'équipe japonaise. ''Certains membres de l'équipe avaient prévu de partir de bonne heure pour une question sanitaire, mais tous les membres de l'équipe ont été éconduits par erreur.''




À la fin de la vidéo, on voit certains membres de l'équipe chinoise partir aussi, mais il n'est pas confirmé si c'est toute l'équipe ou non.

Maladie de Bura Bura ? Des enfants de Fukushima ne peuvent grimper sur un portique

Une forte fatigue comme dans la maladie de Bura Bura est observée parmi les enfants de Fukushima. Il n'y a pas encore confirmation d'une relation entre les radiations et leur fatigue.

Le 9 juillet, Mme Hagiwara, une journaliste en économie a interviewé Mme Shikamata, la directrice de la crèche de Tsukushimbo à Koriyama (préfecture de Fukushima). Les jeux à l'extérieur sont limités à 15 minutes par jour. La dose atmosphérique est de 1,5 microsievert/h autour de l'école (60 km de la centrale).

Elle est inquiète de la baisse de force physique des élèves. ''Les enfants ne peuvent même pas grimper sur le portique ou le toboggan après une pause bien qu'ils avaient l'habitude de grimper avant le 11 mars. Maintenant pour leur croissance physique, je pense que c'est parce que les enfants n'ont pas pu sortir beaucoup à cause des radiations.''

Mme Hagiwara a aussi visité une autre crèche située près de Fukushima. La zone était interdite l'année dernière, les radiations sont toujours très élevées. 79 enfants sur 90 âgés de 0 à 5 ans vont toujours dans cette école.

Une maman a dit à Mme Hagiwara que les enfants ne veulent pas sortir ou jouer dehors.

Elle pense que c'est parce que les enfants sentent que leurs parents sont inquiets.

TEPCO et le gouvernement sont pour le redémarrage des centrales nucléaires mais ils n'ont pas encore financé les 12.800 $ de la décontamination pour cette crèche.

Les maternelles de Fukushima ont fait venir des caisses de sable d'Australie


Ils ne peuvent même pas leur fournir du sable sans radioactivité à Fukushima. Je ne peux comprendre pourquoi ils essaient de rester à Fukushima même en important du sable australien. Même si le sable n'est pas si contaminé, tout le reste l'est.

Je veux vraiment que ces enfants sur la photo grandissent et vivent longtemps.

Les maternelles associées aux collèges de Fukushima ont importé des caisses de sable d'Australie pour la manifestation du 31 juillet appelée “container kids☆sandbox”.

La caisse fait 12 mètres de long et 2,40 m de large. C'est dans un conteneur avec des fenêtres et l'air conditionné. C'est l'une des activités du projet de reconstruction de Fukushima.

La dose atmosphérique à l'extérieur du conteneur n'a pas été publiée.

2 commentaires:

  1. Hélas le symptôme de fatigue extrême fait partie de la longue liste des symptômes de l'exposition aux radionucléides.
    C'est connu depuis Hiroshima mais totalement ignoré ( Volontairement ?... Non, ils ne sont pas comme ça !!! ) au point que les personnes qui en sont victimes sont persécutées et accusées de simulation.
    Pour faire un parallèle, c'est un peu comme quand on brûlait les sorcières ou toute personne qui présentait des signes de délire avant de découvrir l'empoisonnement par l'ergot de seigle ( dont fut extrait le LSD...
    Oui... Quelque part je pense que nous ne sommes pas sortis du moyen-âge, notre aveuglement est crasse !

    RépondreSupprimer
  2. oui la fatigue,c 'est çà tout à fait çà,
    je me rappele un reportage sur les héros qui ont été couler le béton après l'accident nucléaire de Tchernobyl, on les voyait étalés, tous ensemble, ils étaient comme vidés de toute énergie, expliquaient qu'ils n'avaient plus de force, exactement les mêmes symptômes que ces gamins japonais, et encore c'était ceux qui avaient été les moins contaminés, les autres étant déjà morts ...

    ...
    crasse oui, pas mieux
    Cat

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.