Bistro Bar Blog

mardi 14 août 2012

Japon, 14 août 2012

Un séisme de 7.7 au nord d'Hokkaido (l'île japonaise la plus au nord du Japon) au large de Sakhaline. La secousse a été ressentie au Japon.
Romandie News annonce que des papillons mutants ont été étudiés par des chercheurs japonais. Allez lire ICI



Jiji Tsushin : la NISA a ordonné à TEPCO de ne pas parler de l'augmentation de pression dans le réacteur 3 le 14 mars 2011 parce qu'un responsable de la NISA ne pouvait atteindre son superviseur

Ceci, selon le Jiji Tsushin, est capturé dans la vidéo publiée par TEPCO ce qui a permis aux médias de visionner le quartier général de TEPCO à Tokyo. La compagnie a fait une vidéo d'une heure et demie pour le public mais les médias ont rapporté de nouvelles découvertes dans la vidéo qu'ils sont seuls autorisés à voir et voici une des dernières.

TEPCO était prêt à faire une conférence de presse immédiatement après avoir appris l'augmentation de pression dans le réacteur 3 le matin du 14 mars 2011. Mais il fallait qu'un bureaucrate haut placé de la NISA et au ministère de l'économie rencontre d'abord son patron pour décider si TEPCO pouvait faire une conférence de presse pour annoncer au public de si terribles nouvelles. Ce bureaucrate a dit à TEPCO, ''Absolument pas'', parce qu'il ne pouvait trouver son superviseur et ne voulait pas être le responsable à la NISA quand cette mauvaise nouvelle serait dévoilée.

Digne de l'agence dont le directeur général, digne d'un spécialiste des arts libéraux comme il le prétendait en tant qu'excuse, a quitté le 11 mars au soir le quartier général des réponses aux catastrophes à la résidence officielle du premier ministre pour rentrer chez lui et qui n'est jamais revenu.
Je suppose que ce bureaucrate savait, en fait, ce qui était arrivé au responsable de la NISA qui avait parlé d'une possible fusion du cœur dans le réacteur 1 à la conférence de presse dans l'après-midi du 12 mars. Il a été immédiatement licencié ensuite par l'administration Kan.

D'après le Jiji Tsushin (13 août)

Retard de divulgation par un ordre de la NISA – augmentation de pression dans le réacteur 3 juste avant l'explosion d'hydrogène parce que ''je ne pouvais localiser mon superviseur''

Le matin du 14 mars l'année dernière juste avant l'explosion du réacteur 3 de la centrale de Fukushima, TEPCO était sur le point de donner une conférence de presse concernant les informations sur les paramètres qui surveillaient la pression dans l'enceinte de confinement du réacteur 3 et indiquaient un pic soudain de pression mais la NISA ordonna à TEPCO d'attendre, avons-nous appris le 13 août après avoir visionné la vidéo de la téléconférence de TEPCO.
Selon la vidéo, TEPCO apprit l'augmentation anormale de pression dans l'enceinte de confinement du réacteur 3 à environ 6h le 14 mars. Le responsable de la centrale Masao Yoshida craignait une explosion d'hydrogène et a demandé aux ouvriers sur le site de s'abriter. Pourtant ce n'est qu'après 9h ce jour-là que la NISA a enfin fait l'annonce de cette information, environ 2 heures avant l'explosion du réacteur 2.

L'équipe de presse de TEPCO avait préparé son communiqué mais la personne responsable à la centrale a dit pendant l'échange avec le quartier général de TEPCO, ''Le gouvernement national nous a ordonné de ne pas le faire et nous attendons, sans faire aucune conférence de presse.'' On entend une personne du QG de TEPCO dire, ''concernant cet événement, la NISA a stoppé toute communication à la presse et on nous a dit en tant qu'exploitant de la centrale de ne rien révéler.''
Quelqu'un plus tard au QG de TEPCO a été enregistré en train de dire ''Autre information pour le communiqué de presse. J'ai confirmation par la NISA et leur opinion est 'absolument pas', ce communiqué de presse ne doit pas être fait, c'est une demande forte et un ordre.''

Pour ce retard de divulgation, la NISA explique, ''Je ne pouvais mettre la main sur mon superviseur, j'ai donc demandé à TEPCO de retarder la publication de l'information.''

Dans le rapport final de la commission d'enquête indépendante publié en juillet, la commission a souligné (jusqu'à l'annonce de la NISA) ''que les citoyens n'ont été informés de cette situation critique qu'au bout de deux heures.''

Le bâtiment du réacteur 3 aurait explosé que TEPCO ou la NISA ait fait ou non une conférence de presse, mais cela aurait pu faire une énorme différence en alertant les habitants dans les zones environnantes et en les faisant évacuer plus vite. Après tout, d'après les articles de l'année dernière et mes propres billets, l'explosion du réacteur 3 a été si minimisée par le gouvernement que les habitants ont reçu des information conflictuelles en ne sachant même pas s'il y avait eu une explosion plusieurs heures après l'événement.
Il y a eu beaucoup de gens à rester à Namie-machi, Minami Soma et même à Futaba-machi et Okuma-machi (dont les habitants auraient dû être alors évacués), cherchant des survivants du séisme et du tsunami du 11 mars.
Nous ne le saurons jamais, mais je me pose toujours la question. Que serait-il arrivé si TEPCO avait dit ''NON'' à l'ordre de la NISA et fait une conférence de presse ? Que pouvait faire la NISA ? Virer TEPCO ? Virer une compagnie pour désobéir aux ordres ? Poursuivre une compagnie pour diffusion de ''rumeurs sans fondement'' et créateur de panique ?


Centrale de Fukushima : de l'eau fortement contaminée venant du réacteur 3 a fui dans le bâtiment de turbine du réacteur 4
Voilà près de 14 mois qu'un système a été installé à la hâte pour le transport, le traitement de l'eau contaminée et sa circulation en retour vers les cuves des réacteurs 1 à 3 pour refroidir le combustible en fusion. Les tuyauteries utilisées étaient en kanaflex, et TEPCO vient de commencer à les remplacer par des tuyaux rigides.

Mais la compagnie n'a pas remplacé le tuyau kanaflex qui va du sous-sol du bâtiment de turbine du réacteur 3 en traversant le premier étage du bâtiment de turbine du réacteur 4 devant la chambre des tableaux électriques pour aller vers le bâtiment qui abrite l'eau fortement contaminée avant qu'elle soit traitée par SARRY. C'est celui-là qui fuit et l'eau entre dans la chambre des tableaux électriques.

L'eau, qui sort du sous-sol du bâtiment de turbine du réacteur 3 contient 85.000 becquerels/cm3 de césium radioactif à la date du 9 août 2012 à 15h20, selon le communiqué de presse de TEPCO du 13 août. Il y a plus de césium que dans l'eau du sous-sol du bâtiment de turbine du réacteur 4.

Pas d'information sur les taux de radiations de l'air à l'intérieur de la chambre aux panneaux électriques. Comment ils vont nettoyer ceci, je n'en ai aucune idée. Ce n'est pas comme les dernières fuites où au moins c'était de l'eau ''traitée'' qui fuyait.

S'ils ne pouvaient nettoyer la chambre, et si quoi que ce soit arrive aux panneaux électriques, ils risquent d'avoir de sérieux problèmes.

D'après le Jiji Tsushin (14 août) :

Centrale de Fukushima : de l'eau contaminée fuit dans le bâtiment de turbine du réacteur 4, de l'eau à l'intérieur de la chambre des panneaux électriques – on suspecte que le tuyau de transfert est endommagé

À 11h15 le 14 août, un employé de TEPCO qui patrouille sur le site a trouvé une flaque d'eau sur le sol de la chambre des panneaux électriques au 1er étage du bâtiment de turbine du réacteur 4. Le tuyau qui transfère l'eau fortement contaminée depuis le sous-sol du bâtiment de turbine du réacteur 3 suit un couloir devant la chambre. TEPCO soupçonne que la fuite provient d'un tuyau et enquête.

Les tableaux électriques sont dans la chambre qui sert à fournir du courant à des équipement divers, mais il n'y a pas eu d'effet sur le tableau à cause de la fuite.
Selon TEPCO, l'eau suintait dans la chambre depuis le couloir. Quand la compagnie a stoppé le transfert d'eau contaminée à 12h20, le suintement s'est arrêté à environ 13h. La chambre fait environ 350m² et il y a environ 1 cm d'eau. TEPCO dit qu'il n'y a pas d'eau à fuir vers l'extérieur. La densité de césium radioactif de l'eau est estimée à plusieurs dizaines de milliers de becquerels par cm3.

Comme les tuyaux de transfert d'eau contaminée (kanaflex) sont souvent endommagés, TEPCO les remplace par des tuyaux en polyéthylène qui sont plus fiables. Pourtant le tuyau devant la chambre des tableaux électriques n'a pas encore été remplacé. La compagnie essaie d'identifier l'endroit du dommage et de comprendre comment l'eau est entrée dans la chambre.


C'est ''Obon'' au Japon (fête annuelle de commémoration des ancêtres, NdT) et TEPCO (le quartier général tout du moins) est en congé les 14 et 15 août. Aucune conférence de presse n'est prévue, autant que je sache, avant le 16.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.