Bistro Bar Blog

dimanche 8 juillet 2012

Japon, 8 juillet 2012 + ajouts


Un article qui a été publié après mes traductions d'hier (et écrit à 0h50 par Ultraman)

Japon radioactif et idiosyncrasique : les habitants de Fukushima manifestent contre les centrales nucléaires, le poisson de Miyagi contient 3300 Bq/kg de césium, le PM Noda veut abaisser l'âge de la retraite à 40 ans

Dernier billet de la journée (ou plutôt de la nuit), une collection de quelques petites informations que j'ai vu ces dernières heures :

Le journaliste indépendant Ryusaku Tanaka tweete qu'il se trouve devant le bâtiment du gouvernement préfectoral de Fukushima. Des gens y sont rassemblés qui crient ''Nous n'avons pas besoin de centrales nucléaires !'' Le premier ministre Noda rencontre le gouverneur de Fukushima à son bureau aujourd'hui.

Pendant ce temps, le responsable général de l'antenne commerciale de Edogawa-ku à Tokyo qui vend la production agricole de Fukushima, dit qu'il va renforcer les ventes autant qu'il le pourra, en faisant très attention à la qualité, selon le Jiji Tsushin. Hum, hum. L'article du Jiji disait qu'il avait demandé aux grossistes de faire un test pour les matériaux radioactifs l'année dernière. Rien pour cette année. Et nous savons comment se font les tests des grossistes.

Le gouvernement préfectoral de Miyagi a annoncé le 6 juillet qu'on avait détecté 3300 Bq/kg de césium radioactif dans des daurades grises pêchées au large de Higashi Matsushima à Miyagi. C'est extrêmement élevé comparé à l'année dernière. Le gouverneur de Miyagi continue à envoyer les débris de la catastrophe hors de la préfecture même quand son propre conseil municipal dit qu'ils devraient rester à l'intérieur de Miyagi et il continue de soutenir les pêcheurs sans dépenser plus ou faire davantage pour tester les radiations.

Le Nikkei Shinbun dit que le comité du gouvernement sur la stratégie nationale (présidé par le premier ministre Noda) a compilé un rapport sur une stratégie à long terme du gouvernement nommé ''Plan frontière''. Que veut dire frontière ? Le Japon se dirige vraiment vers où personne n'est jamais allé auparavant. Noda et ses gens veulent mettre la retraite à 40 ans, avec une pension de retraite équivalente à 1 ou 2 ans de salaire. Pourquoi ? Pour rendre l'emploi plus mobile, pour entrer en compétition avec les nations en voie de développement. Ils veulent éliminer la distinction entre des travailleurs sous contrat et des employés à plein temps – c'est à dire diminuer les bénéfices des employés à plein temps. Dans leur esprit, cela se traduira quelque peu par (retenez votre respiration)...une augmentation du taux des naissances.

Comment un emploi extrêmement incertain face au salaire de pays en voie de développement va-t-il conduire à une augmentation du taux des naissances ? Impossible, sauf dans le cerveau de Noda et de ses experts.


Oh, et pour le bébé panda qui est né, c'est un mâle, dit NHK.
Je n'en peux plus pour aujourd'hui. Je conclue...



Le premier ministre Noda va ''nationaliser'' les îles Senkaku, peu importe ce que disent la Chine ou Taïwan

(5 îles situées au sud-ouest du Japon)

Après le plan pour abaisser l'âge de la retraite à 40 ans pour les japonais afin d'entrer en compétition avec les salaires des pays en voie de développement, il dit maintenant qu'il va nationaliser des îles disputées par le Japon, la Chine et Taïwan.
Pourquoi ? Il pense que cela lui fera gagner les prochaines élections. Mesure absolument bornée, farfelue du premier ministre qui semble être plutôt populaire aux US et en Grande-Bretagne (particulièrement au sein des médias financiers) pour ses mesures résolues pour combattre le déficit fiscal en augmentant les impôts et en sabrant le bien-être des malheureux citoyens.

La mesure peut donner d'autres maux de tête au parti communiste chinois qui a combattu un mécontentement qui est apparu dans le pays et faire que le gouvernement chinois apaise la colère du public en instituant des mesures anti-japonaises.

Comme l'article ci-dessous du Nikkei l'indique, la mesure de Noda est faite pour le soutenir lui et son parti à la prochaine élection de la Chambre Basse. En faisant du lourd, il pense pouvoir obtenir des votes de la droite, je suppose.

D'après le Nikkei Shinbun (8 juillet) :

En nationalisant les îles Senkaku, le premier ministre a pris l'ascendant sur la faction qui prêchait la prudence, pour éviter d'être critiqué pour sa faiblesse.

Le gouvernement national se dirige vers une nationalisation des îles Senkaku. Inspiré par le gouverneur de Tokyo Shintaro Ishihara, qui devait déjà acheter les îles, le PM Noda a pris l'ascendant sur une faction de son gouvernement plus circonspecte. Le but est de détourner des critiques de lâcheté et de créer une image d'un dirigeant résolu qui protège les frontières nationales en vue des prochaines élections. Le premier ministre est prêt à une opposition de la Chine. Cette décision peut aggraver les relations entre la Chine et le Japon.

Le ministre des Affaires Etrangères Koichiro Genba a dit à la presse le 7 juillet que la Chine et Taïwan avaient contacté son ministère pour expliquer la situation. Le 7 juillet a marqué le 75ème anniversaire de l'incident du pont Marco Polo qui a déclenché la seconde guerre sino-japonaise. Les sources diplomatiques chinoises disent ''c'est la pire époque possible.''

Shintaro Ishihara dit que son plan d'achat avec don d'argent est toujours en place. Le 5 juillet il a collecté 1325 milliards de yens de presque 90.000 entités.
Le Japon a déclaré ces îles inhabitées comme siennes en 1885, ayant déterminé par plusieurs recherches que les îles n'appartenaient à aucun pays. Pendant la période d'occupation suivant la seconde guerre mondiale, les îles ont été administrées par les US en tant que partie d'Okinawa. La Chine et Taïwan ont commencé à prétendre les îles Senkaku comme leur territoire après qu'une étude faite par une commission de l'ONU pour l'Asie et le Pacifique en 1969 indiquait un potentiel sous-marin immense de réserves de pétrole et de gaz naturel.
*********************************************
Deux photos publiées par Iori Mochizuki sur Fukushima Diary :

Le gouvernement nous a jeté un sort appelé ''Dosimètre intégré'' au lieu de préserver notre avenir. (photo trouvée sur Twitter). Sur le maillot de la petite fille, ''sourire aux radiations''
**********************************
Je ne résiste pas à vous ajouter les deux derniers billets d'Ultraman, le premier m'a fait rire, car on voit que les japonais commencent à se dévergonder dans les manifestations et le deuxième, parce qu'il ajoute un signe néfaste (à ajouter aux signes précédents) au redémarrage de Ooi. 


8 juillet EdaNO ! Manif contre redémarrage centrale et Yukio Edano à Omiya en Saitama (circonscription d'Edano)

Je viens de louper la diffusion internet en direct, mais il y avait plusieurs centaines de personnes réunies à Omiya dans la préfecture de Saitama pour manifester contre le redémarrage de la centrale de Ooi et contre M. Edano, dont c'est la circonscription.

M. Edano était le secrétaire chef de cabinet en mars l'année dernière sous le ministère de Kan et il était la voix et le visage du gouvernement et de l'administration dans la gestion de l'accident nucléaire et la contamination radioactive (dont il fut l'instrument de désaccentuation et de minimisation de sa sévérité). Son refrain de ''Il n'y a pas d'effet immédiat'' à ses conférences de presse de l'époque sera dans la mémoire du peuple japonais pour toujours. Il est l'actuel ministre de l'économie, du commerce et de l'industrie.

Selon les tweets des spectateurs de la chaîne IWJ, ils se sont même arrêtés devant l'immense demeure d'Edano et ont manifesté. On a vu des habitants d'Omiya recevoir des flyers (papiers volants distribués) anti-nucléaires et anti-Edano de la part des manifestants. Du chemin à faire, les gars.

Je regarde une vidéo en direct. Des gens ordinaires, qui parcourent tranquillement la rue principale d'Omiya. En marchant et en s'échauffant, ils commencent à crier des slogans très drôles. Ils ont également une collection de panneaux et banderoles faites maison.

Capture d'écran de la vidéo USTREAM, des organisateurs de l'événement et leurs affiches faites à la main représentant M. EdaNO :

Regardez la caricature de M. Edano dans la capture ci-dessous. Les phrases disent ''Enlevez immédiatement EdaNO des électeurs ! Au revoir le nucléaire EdaNO ! Comité exécutif des manifestants''. Regardez de plus près le ballon jaune qui sort de derrière M. EdaNO. C'est un ''pet'' (un ''vent'', comme le dit le très bien élevé Ultraman) :

Les gens hurlent ''Usotsuki EdaNO !'' (Edano menteur, avec emphase sur le NO), ''Sayonara (au revoir) EdaNO !'', ''Ne nous prends pas pour des imbéciles !'', ''Ne nous mens pas !'', NO, NO Eh-Dah-NO !
L'affiche de cet homme sur son dos dit ''Celui qui ment devient un EdaNO !'' :

Ah...c'est drôle.
Je pense que c'est la demeure d'Edano. Cela ressemble à une forteresse (juste comme la maison de l'ancien président de TEPCO, Katsumata, au centre de Tokyo) :

Les gens crient, ''EdaNO, Yamero ! (Démission!), EdaNO, Yamero !'' Ça rime. En quelque sorte. Ils ont crié ''Démissionne !'' devant le bureau d'Edano en centre ville.
Bon, il est extrêmement improbable que M. EdaNO démissionne, il devrait être enlevé de la liste des élus pour l'élection à venir de la Chambre Basse)


Des méduses bouchent la prise d'eau du réacteur 3 à la centrale de Ooi

Même les méduses sont ces temps-ci anti-nucléaires au Japon. Un grand nombre de méduses ont bouché la prise d'eau de la centrale de Ooi, et KEPCO peut devoir retarder la pleine mise en service du réacteur 3.
D'après le Fukui Shinbun (8 juillet) :

Diminution de rendement au réacteur 3 de Ooi à cause de méduses, mise en service totale retardée

La NISA et KEPCO ont annoncé le 8 juillet qu'en raison d'une arrivée massive de méduses sur la prise d'eau du réacteur 3 de Ooi, la production d'électricité a décru lentement. La pleine mise en service est programmée à environ 1 h le 9 juillet, mais cela peut être retardé.

Selon KEPCO, les méduses se sont agglutinées sur la prise d'eau et la société a réduit la quantité d'eau de mer pour l'échangeur de chaleur pour la vapeur qui fait tourner la turbine à 14h55 le 8 juillet, ce qui a diminué l'efficacité de la production de courant. La sortie d'électricité a atteint 100 % à 23h20 le 7 juillet, mais est actuellement 2 % plus faible.

KEPCO retardera le fonctionnement à plein si les méduses ne partent pas à 21h le 8 juillet. Cela ne pourrait redémarrer que le 9 juillet à 7h.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.