Bistro Bar Blog

samedi 7 juillet 2012

Japon, 7 juillet 2012


Manif du 6 juillet à Tokyo : les organisateurs disent 150.000 personnes malgré la pluie, la police dit 21.000, même le Yomiuri fait un reportage



La police parle cette fois de 21.000 personnes, 4000 de plus que celle du week-end précédent estimé à 17.000. Les organisateurs disent 150.000, à peu près autant que la semaine dernière. Les participants (ou ceux qui auraient voulu l'être) disent qu'il y en a beaucoup qui ont été arrêtés à la sortie de la gare et n'ont pu venir.
Il semble que c'était une sortie précise et que les autres étaient libres.
Et encore plus surprenant, le Yomiuri online a couvert l'événement (je pense que c'est la première fois online) et a même cité le chiffre de la police. Il y a même une photo ! La marée s'inverse ! Cette couverture historique doit être préservée...(OK, je sors.)

[…] Ce qui est intéressant est qu'il y a de plus en plus d'hommes politiques en vue qui se montrent aux manifestations. Shizuka Kamei a été un exemple. Il s'avère que la sœur aînée de Kamei est morte de leucémie après avoir souffert d'une exposition aux radiations à Hiroshima. Dans une interview, Kamei dit que sa sœur, qui était au collège à ce moment-là, revenait souvent au centre ville avec ses copines de classe pour aider les gens qui souffraient des effets de la bombe.

Être anti-nucléaire ou anti-redémarrage de centrales nucléaires peut être perçu par certains hommes politiques comme rapportant des votes. Bon signe, je pense.

Réacteur 1 de Fukushima : les robots de concert ont détecté un endroit à 5 sieverts/h au 1er étage

Le 4 juillet, dans une opération de concert US-Japon, le Packbot 1 a ouvert la porte de la TIP room pour Quince 2 à l'aide de la clé (comme c'est sophistiqué, au lieu de simplement défoncer la porte comme une équipe d'intervention spéciale), et Packbot 2 a mesuré les niveaux de radiations au 1er niveau du bâtiment du réacteur 1 côté sud avec fortes radiations en préparation du prochain sondage endoscopique de l'enceinte de confinement (qui a besoin d'un Gundam?)

L'endroit qui mesurait 4,7 sieverts/h l'année dernière était encore plus élevé cette fois-ci (N° 21 dans la table ci-dessous) : 5.150 millisieverts/h, ou 5,15 sieverts/h. Il y a plusieurs autres endroits avec des taux dépassant facilement 1 sievert/h à 1,50 m du sol.

En général, les niveaux à 1,50 m du sol étaient considérablement plus élevés que ceux à 15 cm. Pas de place pour des ouvriers humains.

D'après les photos de TEPCO, 5 juillet :


Il y a aussi une vidéo, éditée clairement et très mauvaise. Je la télécharge juste pour enregistrement et la publierai ici plus tard.


Le journaliste indépendant Ryuichi Kino interdit aux conférences de presse de TEPCO, Kino accuse TEPCO de censure
après avoir retransmis le 27 juin la réunion des actionnaires de TEPCO par audio à l'aide de son smartphone. Lors de cette réunion, la société est passée officiellement sous la tutelle de l'état et l'état qui l'a effectivement récupéré est à son tour pauvrement alimenté par les contribuables japonais, aujourd'hui et dans l'avenir.
Ryuichi Kino assistait aux conférences de presse de TEPCO depuis le 17 mars 2011, posant des questions qui ne venaient même pas à l'esprit des journalistes des médias établis et aux responsables de TEPCO. Il a écrit un livre avec Kazuo Hizumi, qui assistait aussi aux conférences de presse de TEPCO depuis le début malgré son cancer terminal de la vésicule biliaire qui l'a emporté fin juin de cette année, détaillant leurs efforts pour extorquer des informations à TEPCO sur l'accident de Fukushima.

Résumé d'introduction à l'article de Kino du 4 juillet :


  • Kino a été exclu des conférences de presse de TEPCO depuis le 27 juin. Les emails d'alerte entre Kino et TEPCO réservés aux journalistes qui couvraient l'accident de Fukushima ont également été stoppés.
  • La raison en est que Kino a transmis par audio la réunion des actionnaires du 27 juin. TEPCO avait expliqué que les enregistrements audio et vidéo de la réunion étaient interdits et que quiconque violait cette règle ne pourrait plus assister aux conférences de presse. En conséquence TEPCO a interdit Kino après avoir découvert la retransmission audio de la réunion.
  • Kino avait demandé auparavant à TEPCO de diffuser sur internet la réunion des actionnaires. Le 26 juin, Matsumoto disait à la conférence de presse quotidienne que la société n'avait pas l'intention de rendre publique la réunion des actionnaires parce que c'était un endroit pour discuter des problèmes avec les actionnaires de TEPCO. Le président Katsumata a refusé un vote sur la proposition de permettre à NHK et Nico Nico de faire une diffusion sur internet, disant qu'il ne pensait pas que c'était nécessaire. Kino l'a pris en pensant que cette soi-disante ''règle'' ne voulait pas dire une interdiction légale, mais que TEPCO disait simplement qu'il pensait inutile de rendre publique la réunion des actionnaires.
  • Kino pense que TEPCO exerce une censure médiatique.
Il semble que Kino était pleinement averti de cette règle privée de TEPCO et qu'il a désobéi délibérément. Pourquoi ?
Kino demande, ''cela a-t-il un sens ?''

Kino continue sur son blog :

Cela a-t-il du sens que TEPCO ait fermé la réunion des actionnaires au public, alors que près de 1 trillion de yens venant de l'argent des contribuables, alias fonds publics, a déjà été donné à la société et qu'en juillet un autre trillion sera versé par le gouvernement pour la passer effectivement sous la tutelle de l'état en contrôlant la majorité ? Toute information en lien avec TEPCO touche maintenant la nation toute entière. Une telle information ne devrait-elle pas être volontiers disponible au public ? En tant qu'information, je pense que la réunion des actionnaires, qui touchera de manière importante les opérations de la société, devrait être diffusée en direct, exactement comme les conférences de presse classiques.
Je ne pourrai être plus d'accord. Par ailleurs, de nombreuses personnes peuvent être des propriétaires indirects (= actionnaires) de TEPCO par les fonds mutualistes, par ce que détiennent les gouvernements municipaux (comme le gouvernement métropolitain de Tokyo qui est l'un des plus grands actionnaires de TEPCO). D'autres peuvent encore plus être acteurs par les obligations et les fonds obligataires qu'ils possèdent, alors que les obligations de TEPCO ont été considérées comme les meilleurs, les plus sûrs investissements jusqu'au 11 mars 2011.
Kino semble un peu déconfit. Comme si cela ne suffisait pas, il s'est avéré que :


  • Des journalistes des médias dominants ont soit enregistré secrètement la réunion soit obtenu un film enregistré secrètement et l'ont diffusé aux informations TV, mais TEPCO dit soit qu'il ne le savait pas, ou qu'il ne peut identifier les individus et qu'il ne peut donc intenter aucune action.
  • Le responsable des relations publiques de TEPCO sous Matsumoto a eu la témérité de remercier Kino pour avoir assisté aux conférences de presse pendant si longtemps, après que TEPCO ait dit à Kino qu'il n'avait plus l'autorisation d'y assister.
Je suivais les reportages de Kino via Twitter, IWJ et des échanges personnels. J'ai écrit sur ce blog ce qu'il rapportait des conférences de presse de TEPCO. Sans des gens comme lui, nous serions probablement restés dans le noir concernant l'accident de Fukushima. Si vous le souhaitez, soutenez s'il vous plaît Kino en :


Peut-être un signe d'un lent changement des temps, l'Asahi Shinbun publie un article sur cet incident. Le Tokyo Shinbun dit que l'action de TEPCO est inadmissible, et que même si Kino a enfreint la loi de TEPCO, la réunion des actionnaires d'une société qui est effectivement nationalisée devrait être rendue publique, ainsi que toute information concernant la société.
Certains commentaires sur l'article du blog de Kino sont plus méchants que les compte-rendus des médias dominants. Des agents au travail, disent certains dans les commentaires.

3 commentaires:

  1. Coucou,

    MERCI.

    Beau samedi dimanche. Bises.

    Léa.

    RépondreSupprimer
  2. malgré son cancer terminal de la vésicule biliaire qui l'a emporté fin juin ... Si vous le souhaitez, soutenez s'il vous plaît Kino en :
    lui envoyant par tweet votre soutien à @kinoryuichi; Freelance paradise !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.