Bistro Bar Blog

jeudi 5 juillet 2012

Japon, 5 juillet


Le surgénérateur de Monju prêt à être redémarré dans la préfecture de Fukui à la mi-juillet

(L'horreur totale...)

Le surgénérateur à problèmes qui a coûté une fortune juste pour le garder en service (si l'on veut) depuis 30 ans est maintenant prêt à être redémarré, après que le IVTM (In-Vessel Transfer Machine = ?) qui était tombé dans le réacteur en août 2010 a été enfin enlevé en juin l'année dernière après deux tentatives infructueuses.

Exactement comme pour la centrale de Ooi (et deux autres centrales du même secteur), Monju n'est accessible que par une seule route, qui se termine à Monju. Il y a des failles qui courent sous la centrale, comme le dit la NISA, qui passera en revue les failles au niveau et autour de toutes les centrales nucléaires japonaises.

Rappelez-vous aussi que ce réacteur utilise du sodium liquide comme refroidisseur, qui s'enflamme au contact de l'air.

D'après l'Asahi Shinbun, version locale de Fukui, 22 juin 2012 :
Monju va reprendre du service le mois prochain

Le surgénérateur ''Monju'' (à Tsuruga, préfecture de Fukui), dont les opérations avaient été suspendues en raison de nombreux problèmes, doit être remis pleinement en activité à la mi-juillet. L'agence de l'énergie atomique japonaise (JAEA) a montré à la presse le 21 juin que le travail de réparations, à l'aide de démonstrations de l'équipement, récemment installé après l'accident, fonctionnait normalement.

À Monju, le IVTM qui sert à remplacer le combustible nucléaire était tombé dans le réacteur en août 2010, et le test de fonctionnement avait été suspendu. Le programme était de redémarrer les opérations fin mars de cette année, mais le travail a pris plus de temps.

Le 21 juin, devant les ouvriers de la JAEA et les fabricants de la centrale, deux membres du personnel de l'organisation pour la sécurité nucléaire japonaise ont confirmé que l'IVTM nouvellement remplacé fonctionnait. Ils confirmeront le fonctionnement des freins électromagnétiques attachés aux barres de contrôle et le test de fonctionnement est prévu de reprendre à la mi-juillet.


Le fonctionnement de Monju n'a été rien d'autre qu'un ''test de fonctionnement'' depuis presque 20 ans (le réacteur est entré en criticité en avril 1994), et pour la plus grande partie il est resté à l'arrêt à cause de problèmes apparemment sans fin. Le plus important de tous a été une fuite de sodium liquide qui a occasionné un incendie à la centrale en décembre 1995. La société qui exploitait la centrale à l'époque a minimisé l'accident et l'a caché.
Plus que tout autre chose, c'est la perte de crédibilité qui a stoppé le fonctionnement de Monju jusqu'à mars 2010, quand la NISA a estimé que le réacteur était ''convenablement sûr''. Le gouverneur de Fukui va procéder au redémarrage de la centrale.
Tout près de Monju, il y a la centrale de Tsuruga qui possède le plus vieux réacteur à eau bouillante et à eau pressurisée du Japon. Une faille active connue court à travers le milieu de cette centrale et le réacteur 2 pourrait se trouver juste au sommet d'une encore autre faille potentiellement active. Il y a un terrain au-dessus de la montagne à côté de la centrale de Tsuruga. C'est là qu'ils sont en train de construire les réacteurs 3 et 4. (admirez l'audace)


Le mouvement anti-nucléaire se radicalise-t-il ? Un homme a été arrêté comme supposé avoir essayé de se poignarder dans une manif de Tokyo

Il y a eu des rumeurs sur des agitateurs lors de la manif du 29 juin devant la résidence officielle du premier ministre à Tokyo où s'étaient rassemblés un grand nombre de gens (entre 17.000 et 200.000 selon qui on interroge) pour manifester contre le redémarrage de la centrale de Ooi. D'autres rumeurs font état de certaines personnes derrière la manif (certaines grandes agences de relations publiques japonaises, par exemple).


Il y a eu récemment des personnes qui se sont fait fortement avocats de la violence comme moyen d'attirer davantage l'attention sur leurs causes anti-nucléaires (ou sur une administration anti-Noda). D'autres sur Twitter qui cherchent à éliminer certains ''éléments'' de la manif (l'une de leurs cibles semble être M. Kouta Kinoshita et ses partisans, pour une raison quelconque). Il existe des rumeurs comme quoi certains organisateurs de la manif de Tokyo sont favorables à une acceptation et à l'incinération des débris de la catastrophe contaminés aux matériaux radioactifs.

Aujourd'hui arrive ce qui peut être le signe d'une radicalisation. Le Yomiuri Shinbun rapporte qu'un homme a été arrêté le 1er juillet quand il tentait de se poignarder pour protester contre le redémarrage de Ooi.

D'après le Yomiuri (5 juillet) :

Un homme armé d'un couteau au cours d'une manif anti-nucléaire se poignarde en signe de protestation

Il vient d'être révélé par des enquêteurs que la police métropolitaine a arrêté le 1er juillet un homme soupçonné d'avoir violé la loi interdisant la possession d'un couteau lors de la manif contre le redémarrage de la centrale de Ooi devant la résidence officielle du PM à Tokyo. L'homme a le droit de garder le silence.

Selon nos sources, l'homme a sorti un couteau d'un sac devant la résidence du PM dans la soirée du 1er juillet. La police anti-émeute l'a maîtrisé. L'homme aurait dit qu'il allait se poignarder en signe de protestation.

Si une telle chose arrive, je pense que cela stoppera une majorité de gens à manifester. Cet homme pourrait bien être si sincèrement frustré pour faire ce qu'il disait.
*********************************************
Iori Mochizuki nous présente une photo d'un concombre anormal à Aomori :

Le semencier dit que ça vient du mauvais temps du printemps et de l'état du sol...


Les Anonymous se manifestent au Japon :



 Bonjour, gouvernement japonais. On dirait que vous avez mis la ruche en colère en redémarrant une centrale nucléaire. Vous pouvez vous attendre à nous maintenant.


 Hello, Japon, vous voulez aider vos frères et soeurs ? Rejoignez-nous ici. Nous vous attendons !

Nous sommes le peuple. Des USA. Et du Japon. Et d'Europe et d'Afrique. Du Canada et d'Amérique du sud aussi. Nous combattons unis.

7 commentaires:

  1. Fukushima, un "désastre créé par l'homme" selon un rapport officiel



    L'accident nucléaire de Fukushima a été "un désastre créé par l'homme". Il n'a pas simplement été provoqué par le séisme et le tsunami géant survenus le 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon, a conclu jeudi une commission d'enquête mandatée par le Parlement.

    L'accident "est le résultat d'une collusion entre le gouvernement, les agences de régulation et l'opérateur Tepco, et d'un manque de gouvernance de ces mêmes instances", a-t-elle expliqué dans son rapport final. "Ils ont trahi le droit de la nation à être protégée des accidents nucléaires".

    "Logiques erronées"

    "Nous pensons que les causes fondamentales sont les systèmes d'organisation et de régulation qui se sont basés sur des logiques erronées dans leurs décisions et leurs actions, et non pas un problème de compétence d'un individu en particulier."

    "La direction de Tepco était consciente des retards dans les travaux antisismiques et des mesures contre les tsunami et savait que Fukushima Daiichi était vulnérable", a souligné la commission.

    Troisième enquête

    Il s'agit de la troisième enquête menée sur cette catastrophe. Un précédent rapport, mandaté par Tepco, avait disculpé la puissante compagnie d'électricité de toute responsabilité, en affirmant que la puissance du séisme et l'ampleur du tsunami dépassaient toutes les prévisions et ne pouvaient pas être raisonnablement envisagées.

    "Cela ressemble à une excuse pour échapper à ses responsabilités", a répliqué la commission d'enquête.

    Société civile

    Le rapport d'enquête reproche également à l'opérateur de ne pas avoir réagi suffisamment vite dans les premières heures de l'accident.

    Cette commission d'enquête était composée de dix membres de la société civile (sismologue, avocats, médecins, journaliste, professeurs) désignés par les parlementaires.



    05.07.2012

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Nous avons notre propre surgénérateur, Superphénix (plus gros que Monju, 1200 MW électriques, arrêté en 1998), qui est en cours de démantèlement depuis 30 ans.

    Surgénération, retraitement (par les français), importance du parc... C'est fou les analogies Japon/France nucléaires.

    Delphin

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour à tous, je ne me rappelle plus si après la catastrophe de Tchernobyl , si des scientifiques avaient constaté, tel chez ce concombre, des anormalités parmi les légumes et fruits ou fleurs ou arbres ?
    bises, cat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai eu l'occasion de rencontrer un scientifique frnçais qui rentrait de tchernobyl environ 1 an après la catastrophe :il était particulièrement traumatisé en me racontant ce qu'il y avait vu ,la désolation et la mutation...des grenouilles énormes des plantes aussi des déformations du vivant etc etc : cet ingénieur d'une cinquantaine d'années était véritablement choqué de son séjour là-bas

      Supprimer
  4. @ cat

    Coucou, comment vas tu ?

    Je n'ai rien trouvé sur les plantes et fleurs à Tchernobyl. Il faut dire que les Russes font dans la discrétion et surtout, ils ont, à l'époque, évacué une grande partie de la population.
    Voici un lien qui fait le point sur la situation, 26 ans après
    http://aipri.blogspot.fr/2011/11/tchernobyl-ne-nous-oublie-pas.html

    Bonne journée

    Cassandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Cassandre, le travail de deuil est une étape longue, mais on fait aller, il fait moins mauvais en Charente et j'ai pu rentrer les foins à temps avant les retours de la pluie c'est déjà çà ! Bises, Cat

      Supprimer
  5. http://www.jimstonefreelance.com/truthproject.html


    http://www.pakalertpress.com/2012/07/05/311-was-japans-911-its-all-documented-folks/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+pakalert+%28Pak+Alert+Press%29

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.