Bistro Bar Blog

samedi 21 juillet 2012

Japon, 21 juillet 2012


Comme le dit Ultraman dans un article sur le Japon précédent celui-ci, une habitude s'est installée de manifester tous les vendredis devant la résidence officielle du premier ministre à Tokyo. Qu'il fasse beau ou qu'il pleuve. Hier, il pleuvait à Tokyo.

Un nouveau ''héros'' pour les manifestants du vendredi à Tokyo : l'ancien premier ministre Hatoyama

connu aussi sous le nom de ''l'extraterrestre'' parmi ses détracteurs pour ses remarques outrancières dans le passé. Fidèle à son sobriquet, M. Hatoyama a dit qu'il entrerait à la résidence officielle du premier ministre pour lui dire qu'il devait écouter les manifestants et il l'a fait réellement (Le PM Noda n'était pas là). Bien de sa part.

Selon l'article du Jiji ci-dessous, le PM Noda était aussi loin que possible de Tokyo vendredi. Il se trouvait à Kyushu dans la préfecture de Fukuoka. Noda s'est apparemment plaint à ses gardes du corps qu'il ne pouvait sortir librement boire un verre le vendredi soir à cause de la manifestation.

D'après le Jiji Tshushin (20 juillet) :
L'ancien premier ministre Yukio Hatoyama du parti démocrate japonais a participé dans la soirée du 20 juillet à la manifestation contre le redémarrage des centrales nucléaires devant la résidence officielle du PM. Muni d'un micro, M. Hatoyama a dit ''Nous devons respecter une nouvelle tendance dans la démocratie que vous créez. Nous devrions arrêter le redémarrage.''

M. Hatoyama a ensuite déclaré, ''Je vais aller maintenant à l'intérieur de la résidence officielle et leur dire comment vous ressentez les choses.'' Il est ensuite entré en marchant dans la résidence et a demandé au secrétaire en chef du cabinet Shu Fujimura que le premier ministre Noda convienne d'une occasion pour écouter ce que les manifestants ont à dire. M. Fujimura a répondu ''Je le dirai au premier ministre.'' Pour la requête de M. Hatoyama, le PM Noda avait dit à la presse de Yanagawa dans la préfecture de Fukuoka où il était en visite, ''Je veux écouter toutes les opinions''.

Interrogé sur sa participation à la manifestation, M. Hatoyama a expliqué à la presse, ''Il est nécessaire de ressentir par soi-même la nouvelle vague de la démocratie.'' Pourtant son parti n'était pas enthousiaste concernant sa participation. ''Est-il obligé de participer à la manifestation en tant qu'ancien chef du parti et ancien premier ministre ?''

Au fait, Hatoyama, qui a voté contre les taxations sur les ventes et qui a suspendu pendant quelques mois sa participation au parti démocrate, est membre d'un groupe d'hommes politiques qui veut construire des centrales nucléaires en souterrain afin de pouvoir aisément les enfouir en cas d'accident sérieux.
Yasumi Iwakami a fait une interview de M. Hatoyama le 18 juillet et il a été diffusé sur IWJ USTREAM. Les gens ont tweeté ''Oh il semblait si raisonnable ! Totalement différent de la manière dont les médias le dépeignaient !''
Je ne pensais pas grand-chose de lui quand il était premier ministre et n'en pense pas plus depuis qu'il a démissionné. Mais je n'ai pas encore vu la vidéo.

Que ce soit Hatoyama, ou Kamei, ou tout autre homme politique dans une manifestation (y compris Yasuo Tanaka qui lâchait des ballons blancs), le besoin de soutenir une ''personnalité en vue'' doit être dans les gènes de la nation.

Je suis tombé sur ce tweet de l'un des organisateurs en cherchant des informations sur l'apparition de Hatoyama à la manifestation de vendredi :

Ces gens qui critiquent la manière dont nous faisons les choses à la coalition métropolitaine contre le nucléaire ignorent simplement le fait qu'en le faisant à notre manière nous avons pu rassembler beaucoup de monde. S'ils veulent nier ce fait, pourquoi n'organisent-ils pas de leur côté quelque chose le vendredi pour rassembler encore plus de monde ?

On ne sait pas si cela aura plus réussi ou empiré grâce à lui.


**********************************************
Fukushima Diary

On a ordonné à des ouvriers de Fukushima de protéger leurs dosimètres par un étui de plomb pour faire paraître la dose intégrale plus basse


La protection de plomb a quelques millimètres d'épaisseur. Certains ouvriers ont admis qu'ils avaient recouvert les dosimètres de plomb au moment des interviews pour le journal Asahi.


Ils travaillent pour l'une de ces sociétés de sous-traitance appelées ''build-up'' (création)

Le 1er décembre 2011, on a ordonné à 10 des ouvriers de protéger leur dosimètre appelé APD (active personnal dosimeter), mais 3 d'entre eux ont refusé. Dans la soirée du 2 décembre, ces ouvriers et 3 responsables ont eu une discussion à l'hôtel où ils avaient l'habitude de loger. Les ouvriers ont enregistré leur conversation par téléphone mobile pour publier le fait qu'ils protégeaient leur dosimètre. Le responsable (54 ans) qui leur avait donné cet ordre nie le contenu de la conversation enregistrée. Il nie avoir ordonné une protection ou que quelques ouvriers aient réellement emballé le dosimètre dans un étui de plomb.
La société ''Build-up'' est une société de construction et de recrutement de personnel temporaire faisant partie de TOKYO ENERGY & SYSTEMS INC, qui est une société du groupe TEPCO.

Le slogan de ''Build-up'' est de rendre les clients 120 % satisfaits et les employés 120 % heureux.

********************************************
Aweb2u


Une évacuée: une employée d'un hôpital de Fukushima dit que 5 bébés sur 7 sont nés avec une malformation, un syndrome de Down, ou ont été perdus par avortement- après cela, le mari a accepté d'évacuer
Original publié le 13 juin 2012, par une personne évacuée de Fukushima, traduit par Dissensus au Japon:
(...)
Quelqu'un que je connais a fini par quitter Fukushima pour Mie (milieu ouest du Japon). Je n'étais pas proche, mais elle m'a dit qu'un incident majeur est à l'origine de sa peur des radiations.
Dans un hôpital de Fukushima où elle travaillait, 5 bébés sur 7 sont nés avec soit une anomalie congénitale, un syndrome de Down (trisomie 21) ou est mort par d'une fausse-couche spontanée.
- 2 atteints de trisomie 21
- 1 né avec 6 doigts
- 1 anencéphalie (absence de cerveau, NdT)
- 1 fausse couche
- 2 autres enfants avaient 4 mois à l'époque et étaient suivis.
En termes de probabilité, il n'est guère possible que ceci arrive dans un même hôpital. Cela lui a fait peur. Au regard d'experts et de l'expérience, la conclusion était que cela était associé aux radiations.
Après cela, son mari a finalement accepté et sa famille a évacué.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.