Bistro Bar Blog

lundi 2 juillet 2012

Japon, 2 juillet 2012


Les manifestations à la centrale de Ooi se terminent paisiblement (pour l'instant), le réacteur 3 a été redémarré par un vice-ministre haut placé

Il a plu toute la journée, aussi bien sur les manifestants que sur la police qui devait faire la garde devant la centrale.

C'est un peu confus, mais d'après des bribes d'informations sur Twitter, il semble que la police, après avoir essayé de dégager de force des manifestants qui entraient dans l'enceinte de la centrale, ont décidé d'abandonner. Les manifestants, surtout les jeunes qui s'étaient relayé pour manifester pendant 2 jours et 2 nuits, ont décidé de faire une pause et de se retirer d'eux-mêmes. La manifestation s'est terminée dans le calme. On rapporte une arrestation, et on prétend qu'un manifestant aurait reçu des coups de pied de la police. Si cela est vrai, on devrait le voir dans la vidéo en direct.

Voici une photo de la manif du 1er juillet, quand il pleuvait particulièrement fort. De nombreux japonais sympathisent avec ces jeunes gens qui devaient monter la garde. Ils semblent malheureux sur cette photo.


Une petite info intéressante de Yasumi Iwakami, qui était là-bas le 1er juillet : la police anti-émeute n'était pas du coin mais est venue de la préfecture d'Aichi, où le gouverneur est au moins déterminé à enfouir les cendres dans les décharges d'Aichi après que les débris de la catastrophe aient été incinérés ailleurs.
En plus de ABC américain et ZDF allemand, de nombreuses TV japonaises et de journaux semblent être allés à Ooi-cho. Les manifestants en ont remarqué certains :

Comme il pleuvait à verse, les journalistes de grands journaux ont loué des taxis pour aller sur le site des manifestations et sont restés dedans pour faire leur reportage sur leur ordinateurs et aussi une petite sieste. Un manifestant a regardé le compteur des taxis – 78.000 yens (773 €), 44.000 yens (436 €), 27.000 yens (268 €).

L'équipe ABC TV d'Osaka (Asahi) a été vue plus tard jetant des ordures dans les poubelles d'un magasin local. (les photos viennent de tweet par la même personne qui avait lu les compteurs des taxis)


À l'âge d'internet, des médias sociaux et des smart phones, on ne peut échapper à ses actes.
Le Jiji Tsushin rapporte que le vice-ministre du ministère de l'économie, du commerce et de l'industrie est arrivé à la centrale par la mer, sur un ferry, pour contourner les manifestants. Le vice-ministre Makino était présent pour l'enlèvement des barres de contrôle du cœur du réacteur 3 de la centrale pour démarrer la réaction en chaîne.

Le vice-ministre est mécontent des manifestants de Ooi qui ont bloqué la route vers la centrale

M. Makino, vice-ministre du ministère de l'économie qui a été obligé de prendre un ferry pour atteindre la centrale de Ooi parce que la seule route avait été bloquée par les manifestants et la police n'est pas content.
Sankei Biz (1er juillet) rapporte :

Redémarrage de la centrale : ''Un pas en avant'', dit le vice-ministre, tout en montrant son mécontentement de l'opposition

Seishu Makino, vice-ministre de l'économie, était présent lors de l'opération de démarrage du réacteur 3 de la centrale de Ooi, la nuit du 1er juillet. Il a fait ensuite une conférence de presse via l'écran de surveillance avec la presse qui se trouvait à différents endroits de Ooi-cho. Le vice-ministre à l'air crispé a dit, ''avec une nation divisée [à propos du redémarrage], c'est un pas en avant vers un redémarrage que le gouvernement ne peut éviter.''

Commentant les groupes d'opposition qui bloquaient la route l'obligeant à arriver à la centrale par la mer, il a montré son mécontentement en disant, ''Ce n'est pas que je ne comprenne pas les gens aux opinions différentes, mais je veux les voir observer les règlements.''

Je pense qu'il veut dire que les citoyens et habitants du Japon ne peuvent bloquer une route en parfait état qui a été pavée grâce à leurs impôts depuis les 20 dernières années (appelées aussi ''les décennies perdues''). Ou peut-être que M. Makino a eu le mal de mer.
Et de quelle manière le gouvernement observe-t-il les règles ? Il le fait, c'est sûr. Pro forma (de manière générale, faire quelque chose pro forma signifie l´effectuer de manière superficielle afin de répondre à la demande minimale ou pour se conformer à une convention, Wiki). Sur une base technique. D'une manière exemplaire.

2 commentaires:

  1. Misères d'un monde en pleine mutation !
    Vivement la fin de l'année !

    RépondreSupprimer
  2. http://lejournaldusiecle.com/2013/06/17/turquie-les-manifestants-ont-une-parade-contre-les-grenades-lacrymogenes/

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.