Bistro Bar Blog

mardi 17 juillet 2012

Japon, 17 juillet 2012



Voici un article d'Ultraman que j'avais laissé en suspens, en attendant la traduction et le sous-titrage français de Kna pour la vidéo qui l'accompagne, ce qui a été fait, merci à lui.


(L'ex-journaliste) Takashi Uesugi pénètre dans la zone interdite de Fukushima et mesure 106,87 microsieverts/h près de la centrale

Takashi Uesugi, qui dit être un ancien journaliste et aujourd'hui un ''créateur d'hyper golf'' (quelle que soit la signification), est allé dans la zone interdite de Fukushima (je pense que c'était en mai ou juin) avec ses dosimètres pour soi-disant faire un tour sur son golf favori à Fukushima.

M. Uesugi, ancien journaliste du New York Times, a créé la vidéo bilingue (japonais-anglais) ci-dessous, qui est publiée sur son site, comme bande-annonce d'une version plus longue et complète qui sera postée plus tard.

Dans les premiers jours après l'accident nucléaire de Fukushima, il était plus actif, accusant le gouvernement et TEPCO de dissimuler les informations concernant l'accident, surtout pour la fusion des réacteurs.

En allant vers son parcours favori de golf, Uesugi est aussi passé près de la centrale de Fukushima. Son dosimètre affichait 106,87 microsieverts/h.

Ce qui m'a étonné pour la vidéo plus que le taux de radiations (oui, il est élevé) est que Uesugi ait rendu visite à une famille qui continue à vivre à l'intérieur de la zone interdite à cause d'une très vieille mère qui est clouée au lit. Sa fille, elle-même dans sa soixantaine, dit que même les médecins lui ont dit que c'était un bon choix de rester là, parce que sa mère n'aurait pu aller dans un abri temporaire. Mais il n'y a pas d'eau, pas de gaz, pas de livraison de propane, rien. Comment ces gens survivent-ils ? Pourquoi doivent-ils souffrir ainsi ? En raison d'un cercle arbitraire que l'inepte gouvernement a dessiné sur une carte en mars l'année dernière. Mais la fille rassure sa mère, ''C'est ta maison, tu n'as pas besoin d'aller ailleurs.''



Nombreux seront ceux qui en regardant la vidéo vont s'écrier ''TEPCO ment !'' sur Twitter parce que l'un des postes de surveillance de la centrale affichait le 12 juillet seulement 9,3 microsieverts/h, loin des 106 microsieverts/h mesurés par Uesugi.
C'est une accusation injuste, malgré tout. TEPCO dit sur sa page web qui résume les données de contrôle qu'ils ont fait une décontamination complète entre février et avril cette année autour de deux des huit postes de police pour réduire le taux de radiations du sol afin de mieux surveiller les fluctuations des radiations. Le taux de radiations près du bâtiment principal est resté extrêmement stable autour de 220 microsieverts/h.

Le NHK rapporte que la manif du 16 juillet dans le parc Yoyogi est la plus importante jamais faite à Tokyo

Quelle surprise. Je suis vraiment choqué, CHOQUÉ ! de ce NHK a rapporté !

(Sarcasme)

NHK a fait un reportage sur la manif du 16 juillet dans le parc Yoyogi, pour changer. Ce doit être presque impossible pour eux de l'ignorer, parce que NHK se trouve tout près du parc.
La police métropolitaine de Tokyo a dit apparemment à NHK que 75.000 personnes ont participé.

D'après NHK (16 juillet) :

La plus importante manif anti-nucléaire jusqu'ici à Tokyo

Alors que le réacteur 3 de la centrale de Ooi de KEPCO est en plein rendement et que d'autres centrales nucléaires du pays pourraient se préparer à reprendre du service, une manifestation anti-nucléaire s'est déroulée à Tokyo qui a attiré une foule plus importante que jamais. Les participants ont demandé l'arrêt du réacteur 3 de Ooi et que les réacteurs nucléaires soient démantelés.

Le rassemblement du 16 juillet a été organisé par des gens comme le lauréat d'un prix Nobel, l'auteur Kenzaburo Ooe et Satoshi Kamata, journaliste et auteur, qui ont voulu faire entendre leur voix d'opposition au gouvernement.

Des groupes de citoyens, des syndicats, et des gens qui avaient appris l'événement via Twitter [et d'autres médias du net] se sont rassemblés dans le parc Yoyogi de Tokyo. Le chiffre de participants était de 170.000 selon les organisateurs et de 75.000 selon la police. Cela a été la plus importante foule jamais rassemblée à Tokyo pour une manif anti-nucléaire.

La Lituanie va organiser un référendum sur la construction d'une centrale nucléaire qui serait faite par Hitachi-General Electric

De Reuters (extraits) :
[…] Les élections ont montré le déclin du soutien pour l'énergie nucléaire en Lituanie à la suite de la catastrophe de Fukushima en 2011, avec une opinion aujourd'hui rapidement divisée.
Le gouvernement a proposé la construction d'une centrale à Visaginas sur le site de celle de Ignalina à l'est fermée en 2009.
Mais l'opposition du parlement actuel, le parti social démocrate, a dit que le gouvernement devrait se concentrer sur les énergies renouvelables et la rénovation des maisons pour économiser l'énergie plutôt que sur un projet coûteux de centrale nucléaire.
[…] Le parlement s'est prononcé par vote le mois dernier, de justesse, pour autoriser le gouvernement à travailler dans le sens d'un contrat de construction avec une alliance américano-japonaise Hitachi-General Electric d'un réacteur ABWR de 1350 mégawatts.
En 2011 la Lituanie importait 65 % de son électricité, la plupart de Russie, faisant de ce pays membre de l'Union européenne le plus dépendant sur le plan des importations d'énergie.
Les législateurs ont voté par 62 contre 39 la tenue d'un référendum le 14 octobre.
***********************************************
Gen4

Médiapart présente plusieurs photo-reportages d’Antonio Pagnotta effectués dans la zone rouge de Fukushima-Daiichi

Si vous êtes abonné à Médiapart, ce journal pas comme les autres débute ce jour une série de sept reportages dans la zone interdite de Fukushima-Daiichi au sein de laquelle le photo-reporter Antonio Pagnotta a passé les neuf derniers mois. Le premier papier de la série nous fait retrouver avec plaisir un vieil ami, M. Naoto Matsumara, 52 ans, que nous avions présenté dans un article précédent.
M. Matsumara s’occupe toujours des animaux abandonnés dans la zone interdite – il resterait toujours plusieurs milliers d’animaux livrés à eux-mêmes dans la zone rouge – son petit sac de croquettes à la main.
Je ne sais pas si le fait de cliquer sur le lien et de vous abonner à MP rapportera finalement un petit quelque chose à Naoto Matsumara, j’ai choisi de le faire sans avoir la réponse précise mais un petit espoir au cœur.

Source : fukushima 1/7 : le dernier homme, un photo-reportage d’Antonio Pagnotta sur Médiapart

Allez voir toutes les photos sur le lien donné par Trifouillax.

1 commentaire:

  1. Merci.

    Naoto Matsumara. Admirable Monsieur. Merci .


    Léa.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.