Bistro Bar Blog

mardi 10 juillet 2012

Japon, 10 juillet

Plein de photos ce matin...

TEPCO publie 33 photos supplémentaires du tsunami qui a frappé la centrale de Fukushima le 11 mars 2011

Il y en a (y compris la commission d'investigation de la Diète, qui vient de publier son rapport) qui pensent que le séisme a pu causer le dommage initial de la centrale qui a conduit à la fusion du cœur du réacteur 1. C'est vraiment possible. Mais cela ne diminue en rien l'effet destructif du tsunami.

Après tout, un tsunami n'est pas une haute vague qui déferle sur une plage, mais la manifestation, pour ainsi dire, d'une énorme quantité d'eau océanique derrière qui se déplace vers la terre.

Selon le Jiji Tsushin (9 juillet), TEPCO a publié à l'origine 11 photos en mai l'année dernière. En septembre, la NISA a demandé à TEPCO de publier toutes les photos prises du tsunami, mais ce dernier a refusé. Le rapport final de la commission d'investigation soulignait l'existence de ces autres photos et TEPCO les a finalement publiées le 9 juillet. Les photos ont été prises par un ouvrier d'une société affiliée à TEPCO, à partir d'un bâtiment situé au sud du réacteur 4.

L'explication de TEPCO était que la société pensait que les photos étaient redondantes.


L'ouvrier qui a pris ces photos se trouvait apparemment à l'intérieur du bâtiment quand le tsunami s'approchait de la centrale, puis il est parti sur le toit du bâtiment après que les installations aient été touchées juste devant le bâtiment où il était.

Sur les premières photos, on peut voir un petit pétrolier qui se dépêche de sortir du brise-lame pour éviter le tsunami qui arrive.

Le séisme a frappé à 14h46'18'' le 11 mars 2011, heure standard du Japon.

D'après les photos de TEPCO et la bibliothèque vidéo, 9 juillet 2012 :

15h35'16''
15h35'50''
15h36'18''

15h36'42''


15h40'16''


15h40'28''


15h41'24''


15h41'36''


15h41'52''

15h41'58''

15h42'20''

15h42'24''

15h42'58''

15h43'12''

15h44'06''

15h44'30''

15h46'06''

15h47'10''

15h48'32''

15h49'58''


La totalité des 33 photos sur ce lien.
L'image la plus parlante (pour moi) est la toute dernière, prise à 16h01. Elle montre la colline en terrasses, avec l'élévation d'origine de la situation de la centrale. Si la centrale avait été construite à ce niveau-là, au lieu d'avoir été creusée au niveau de la mer, il n'y aurait pas eu d'accident nucléaire. Le séisme aurait pu causer des dommages, mais le refroidissement des réacteurs aurait continué car les générateurs d'urgence n'auraient pas été emportés dans le tsunami et les panneaux de contrôle du sous-sol n'auraient pas été inondés.

3 commentaires:

  1. Ce n'est pas le point de vue d'Arnie Gundersen, qui explique que les pompes du système de refoidissement, au plus près de l'océan par la force des choses, auraient de toute façon été détruites.

    Pompes de refroidissement détruites, les diesels et batteries de secours sont inefficaces.

    Delphin

    RépondreSupprimer
  2. Merci Hélios.

    Bien a toi. Idem autrui.

    Léa.

    RépondreSupprimer
  3. En effet, les ruptures de canalisations de refroidissement ont été provoquées par le séisme et pas par le tsunami !
    Que les générateurs aient été submergés ou pas n'aurait pas changé grand chose à l'affaire !
    Il est évident pour tous les ingénieurs et spécialistes japonais ( en dehors des âneries habituelles du Gouv.t et de la Tepco ) que ce séisme a eu raison des structures et que certains dégâts aux bâtiments ont été accentués par les explosions successives mais que la voie était ouverte par la première destruction par le séisme.
    On parle également de défauts structurels ( exemple la SFP #4 dont un des murs de soutènement se gonfle comme un vieux carton pourri ! ) qui n'ont pas dû arranger les choses.
    La tentative de projection d'eau de mer aurait pu être une bonne idée si elle avait été immédiatement mise en pratique mais au stade avancé de réaction nucléaire c'était une grave erreur, quoiqu'ils n'aient pas eu bien le choix.
    Donc l'ensemble a provoqué des ruptures d'alimentations tant en énergie qu'en refroidissement et le tsunami n'a fait qu'aggraver les choses, les générateurs de secours auraient dans tous les cas été inutiles !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.