Bistro Bar Blog

dimanche 3 juin 2012

Japon, 3 juin 2012

Notre ami Kna a encore bien travaillé en traduisant et sous-titrant cette vidéo qui nous informe de ce qu'il se passerait si l'unité 4 s'effondre pour une raison ou une autre.

Extrait du programme "Hodo Station" de TV Asahi du 25 Mai 2012.

Devant les inquiétudes grandissantes suscitées par la piscine de combustibles usagés de l'unité 4 de Fukushima Daiichi, le bâtiment très endommagé, et l'impossibilité d'obtenir des données fiables et complètes de TEPCO, la chaîne a décidé de mener sa propre enquête auprès d'experts, ingénieurs et travailleurs de Fukushima, et de faire réaliser ses propres expériences sur les barres de combustible.

Il a ainsi été révélé qu'elles peuvent subir de graves dommages au delà de 700 °C ou en cas de choc thermique, donc bien avant d'en arriver à leur fusion à 1800 °C.

S'il n'y a plus d'eau dans la piscine de stockage, le refroidissement par convexion naturelle dans l'air limiterait l'échauffement des barres à une plage entre 150 et 300 °C. Mais les radiations émises seraient mortelles sur tout le site.

Sans refroidissement par l'air, la destruction des barres par échauffement et la libération des matières radioactives signerait probablement le début de la fin pour le Japon, et peut-être pour le monde.



Nouveau danger découvert à l'unité 4 de... par kna60

**************************************************************************


Kyoto se propose de devenir la ''capitale de secours'' s'il y a une catastrophe

Ils comptent sur le fait que quel que soit la catastrophe qui touche Tokyo, elle ne touchera pas Kyoto en même temps.

Kyoto n'est pas hors de danger, car elle est située sous le vent du ''Ginza nucléaire'' (incluant la centrale de Ooi et Monju) dans la préfecture de Fukui. De sorte que nulle part au Japon il ne semble y avoir d'endroit sûr en rapport avec un accident nucléaire.

D'après le Yomiuri Shinbun (31 mai 2012) :
Le comité d'une capitale de secours suggère que la Maison Impériale et l'Agence des Affaires Culturelles se déplacent à Kyoto

Une réunion du comité d'études concernant la sauvegarde des fonctions de capitale en période de catastrophe s'est faite le 30 mai à Kamigyoku [district de Kyoto]. Le rapport provisoire a été presque finalisé, qui incluerait une résidence de la Maison Impériale à Kyoto et le déplacement de l'Agence des Affaires Culturelles.

Le comité est constitué d'officiels de la préfecture de Kyoto et de la ville même de Kyoto et de personnes d'expérience et d'un certain niveau d'érudition.

Le comité a reconnu que Kyoto avait une faible possibilité d'être touchée par une catastrophe en même temps que la métropole de Tokyo, et qu'elle était facilement accessible géographiquement. De plus, l'existence du Palace Impérial à Kyoto facilite la résidence et la conduite de cérémonies de la Maison Impériale. Le comité suggérera au gouvernement national de déplacer l'Agence des Affaires Culturelles et l'agence du tourisme japonais et de renforcer le palais des conférences internationales pour qu'il serve de Diète nationale et de résidence officielle pour le premier ministre.

Des ouvriers décontaminent l'entrée vers le réacteur 2 en prévision de l'installation des thermocouples

Des ouvriers portant des tenues arborant le logo ''Toshiba'' se sont pressés pour étaler une peinture strippable jaune sur le sol de l'entrée du bâtiment du réacteur 2 de la centrale de Fukushima. Les ouvriers avaient testé différentes méthodes de décontamination, et c'est cette peinture strippable qui s'est révélée être la plus efficace.



Mise à jour : les ouvriers enlèvent surtout les beta nucléides avec cette peinture. Lisez mon nouveau billet sur les tests de décontamination qui montre les taux de radiations beta + gamma à la surface du sol.


Radiations beta élevées à la surface du sol dans le bâtiment du réacteur 2

Alors que les ouvriers de Toshiba répandaient la peinture strippable sur le sol de l'entrée du réacteur 2 (coin sud-ouest) et ensuite la décapaient pour enlever les matériaux radioactifs sur le sol pour diminuer les radiations pour le futur travail (installation des thermocouples), ils enlevaient surtout les matériaux radioactifs émettant des radiations beta.

En dehors de la centrale, si les taux de radiations gamma sont mesurés en microsievert/h à un seul ou à deux chiffres (c'est à dire 2 microsieverts/h ou 20 microsieverts/h, par exemple), on les considère élevés. Les échantillons de ''poussière noire'' (chose, matériau, plante, saleté, etc.) mesurent entre 0,6 microsievert/h et plus de 50 microsieverts/h selon les endroits, et ne mesurent habituellement que les rayons gamma.

À l'entrée du bâtiment du réacteur 2, les taux de radiations du sol sont mesurés en millisieverts/h. Des quatre méthodes de décontamination testées pour le sol, l'aspiration et la peinture strippable ont été les plus efficaces pour réduire les radiations gamma. La peinture strippable s'est montrée la plus efficace pour réduire les radiations beta, et le lavage et l'aspiration ont été assez efficaces. Le nettoyage à sec répand la contamination beta au lieu de la réduire.

10 millisieverts/h c'est 10.000 microsieverts/h.

J'attends pour voir si TEPCO fait une analyse de la poussière aspirée ou de la peinture décapée, mais TEPCO étant TEPCO, je n'ai pas beaucoup d'espoir. J'aurais aimé connaître le type de radioactivité et quels nucléides causent de tels niveaux de radiations.

Tout ce travail est pour installer plus tard des thermocouples dans l'enceinte de confinement, et cela sera fait par des ouvriers humains. Cette entrée est l'une des deux voies pour pénétrer afin d'installer les thermocouples. Près de l'une des installations candidates, il y a un endroit dont la radiation de surface dépasse 3000 millisieverts/h (3 sieverts ou 3 millions de microsieverts, faites votre choix). Le premier choix de TEPCO est de s'installer en haut du TIP room en passant par l'entrée. Ils ne sont sûrement pas très chauds pour faire le travail d'installation près d'un endroit à 3000 millisieverts/h...

**************************************************

Vous pourrez aller lire le mystère du "panier 26" chez Trifouillax, dont les articles sont toujours très bien documentés et illustrés.

1 commentaire:

  1. Il y a eu des casques bleu, voici les casques jaunes !
    Les blancs sont des "chefs".

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.