Bistro Bar Blog

mardi 26 juin 2012

Japon, 26 juin 2012

J'ai traduit d'abord un article d'Ultraman qu'il avait posté tard hier et que je n'avais pas eu le temps de traduire.


Des alarmes ont retenti 26 fois sur la ligne de transmission du système de contrôle de la centrale de Ooi (article du 25 juin)

La NISA, toujours la seule et unique agence de régulation des centrales nucléaires japonaises, a révélé le fait pendant la conférence de presse du 24 juin. KEPCO dit que cela arrive tout le temps, il n'y a pas à s'inquiéter.


Et aussi la fameuse phrase, ''Cela n'aura aucun effet'', à propos du redémarrage.

Sankei Shinbun (24 juin) a rapporté :
L'alarme a retenti 26 fois sur la ligne de transmission du courant vers la centrale de Ooi

Les alarmes ont retenti 26 fois au total, à deux installations de contrôle pour les lignes de transmission du courant entre la centrale de Ooi de KEPCO et les installations de transmission de Kyoto, depuis minuit le 23 juin jusqu'au matin du 24. KEPCO et la NISA ont annoncé l'incident à la conférence de presse du 24.

Selon KEPCO, des alarmes se sont aussi déclenchées 32 fois à 5 installations de transmission au sud de Fukui et les préfectures du nord de Kyoto entre la centrale de Takahama et les installations de transmission, en raison d'une atmosphère instable.
Ce n'est pas moins de 58 alarmes qui ont retenti entre 18h41 le 23 et 8h12 le 24. Il n'existe pas de vrai problèmes sur les installations de transmission elles-mêmes et il est dit que les alarmes sont dues au fait que les signaux de contrôle sans fil ont été coupés par les perturbations atmosphèriques.

KEPCO a expliqué que c'était ''un phénomène qui arrive souvent, en raison des conditions météo'', et dit qu'il n'y aurait aucun effet sur le travail préparatoire du redémarrage de la centrale.

Il est possible que de tels incidents soient très courants et très mineurs et ne soient habituellement pas rapportés du tout. Mais aujourd'hui que la NISA et les compagnies d'électricité japonaises ont perdu toute crédibilité, chaque compte-rendu d'incident est immédiatement élevé au rang d'un possible problème majeur dans l'esprit du public. Quand KEPCO dit qu'il n'y aura aucun effet, les gens entendent simplement un écho de Yukio Edano en mars 2011.
Ces alarmes sont reliées à des relais téléphoniques et utilisent des micro-ondes pour communiquer. En raison du mauvais temps des 23 et 24, les perturbations atmosphériques ont causé le phénomène nommé ''fading''.

Le réacteur 3 de la centrale de Ooi va redémarrer le 1er juillet
Peu importent les alarmes.
D'après le Yomiuri Shinbun (25 juin) :

KEPCO va démarrer le réacteur 3 de Ooi le 1er juillet

KEPCO a révélé que la compagnie espère maintenant démarrer le réacteur 3 le 1er juillet, pour lequel la compagnie a travaillé.

Jusqu'ici KEPCO a laissé entendre que la date de démarrage du réacteur se situerait entre le 1er et le 3 juillet. Le nettoyage des canalisations pour le système secondaire de refroidissement devrait être terminé le 26 juin, ce qui confirme la date du redémarrage.

Selon KEPCO, les barres de contrôle seront enlevées le 1er juillet.

En passant, quelqu'un a tweeté le 23 juin qu'il avait appelé le Yomiuri Shinbun et demandé pourquoi le journal n'avait pas fait de reportage sur la manifestation du 22 juin devant la résidence du PM au centre de Tokyo. La réponse présumée du journal a été, ''Ces gens faisaient ce qui est contre nos principes et positions, nous avons donc pris la décision de ne pas parler de la manifestation. Ils faisaient ce que nous ne pouvions approuver.''
Si ceci est vrai, le Yomiuri ne fait pas semblant et c'est bien. Les gens peuvent maintenant jeter par-dessus bord l'idée que le Yomiuri est dans le business du reportage d'informations.

Voyons ce que le Yomiuri rapporte aujourd'hui qui doit satisfaire leurs principes et positions et qu'ils approuvent fortement. D'après leurs gros titres en ligne :

La loi de réforme sur la sécurité sociale et la taxation intégrées est passée au comité spécial de la Chambre Basse

Jour de confrontation : le premier ministre a un regard angoissé, M. Ozawa est plein d'enthousiasme

10 membres du bureau de l'éducation d'Osaka ont des tatouages, y compris un enseignant

Le journal apprécie donc une soi-disante réforme qui va détruire ce qui reste de la classe moyenne et punir les pauvres et les gens âgés. Il aime aussi les éducateurs tatoués d'Osaka.

Japon radioactif : le gouvernement métropolitain de Tokyo est finalement d'accord pour ''décontaminer'' le parc Mizumoto

Pourquoi aujourd'hui, 15 mois après le début de l'accident ? Parce que le gouvernement métropolitain de Tokyo avec le gouverneur Ishihara est obligé de le faire parce que 9 endroits du parc a dépassé leur norme très laxiste de décontamination.

Quelle est cette norme laxiste ? Ils décontamineront uniquement si le niveau de radiations de l'air à 1 mètre du sol à un endroit précis dépasse les niveaux de radiations aériens de la zone environnante de plus de 1 microsievert/heure.

Dès le 12 juin, le gouvernement métropolitain a émis un communiqué disant qu'ils ne décontamineront pas les endroits du parc Mizumoto précisément à cause de la norme sus-mentionnée. Leur communiqué de presse du 12 juin dit (mon résumé) :
  • Le parti communiste japonais de l'assemblée du gouvernement métropolitain de Tokyo a annoncé le résultat de leur mesure du parc le 11 juin et un endroit est supposé mesurer 1,10 microsievert/h.
  • Le parti communiste a notifié le ministère de l'éducation, et le ministère a demandé une enquête, y compris le relevé des radiations dans la zone environnante.
  • Ce fut donc fait ainsi, à l'aide d'un dosimètre à scintillation. Nous avons envoyé quelqu'un du bureau de l'environnement dans la soirée. Le résultat a été de 0,99 microsievert/h à 1 mètre du sol et les zones autour donnaient 0,18 microsievert/h. C'est donc en-dessous de la norme pour la décontamination mise en place par le ministère, qui spécifie que la radiation aérienne dépasse de plus d'1 microsievert/h la zone environnante.
  • Notre conclusion est donc qu'il n'y a pas besoin de décontaminer.

Peu importe que Goshi Hosono ait établi une norme de décontamination à 0,23 microsievert/h pour les radiations aériennes. Tokyo reste fidèle au ministère de l'éducation. En insistant sur la norme du ministère de l'éducation, le gouvernement de Ishihara peut vouloir espérer éviter le travail de décontamination de leur ville, qui est en passant l'une des finalistes pour la sélection des villes hôtes pour les JO de 2020.

Mais le 25 juin, le gouvernement métropolitain a dû mesurer de nouveau le parc après que des citoyens armés de dosimètres les aient à nouveau alerté, selon ANN News. Aujourd'hui, ils admettent avec réticence que pour une raison inconnue les niveaux de radiations de 9 endroits du parc dépassent de plus de 1 microsievert/h les zones environnantes, avec le plus élevé à 1,22 microsievert/h.
Cela devrait être la mesure de radiations de l'air la plus élevée de Tokyo, à 1 mètre. Avant l'accident de Fukushima, jusqu'à 3h59 le 15 mars 2011, la mesure officielle des radiations était de 0,0384 microsievert/h.

La TV de Tokyo métropolitain (Tokyo MX) donne un reportage détaillé, malgré tout. Selon Tokyo MX, les endroits étaient exactement où le parti communiste japonais les avait signalés le 11 juin, mais le 25 juin la mesure avait été faite par le bureau de la construction du gouvernement métropolitain de Tokyo.

(Reportage très laxiste de TV Asahi. Pas surprenant.)
***********************************************
Fukushima Diary
En direct : TEPCO enlève la partie supérieure du réacteur 4 (l'article est daté du 25 juin, mais Iori est au Canada)

Le réacteur 4 traverse la partie difficile de la construction. Ils enlèvent apparemment le sommet du bâtiment du réacteur.
Il n'y a pas eu d'annonce à ce sujet auparavant.
Je recommande aux habitants de Tokyo de porter un masque. Le vent souffle vers Tokyo.
On ne peut rien voir sur la webcam de TEPCO 

5 commentaires:

  1. pour toi hélios


    Le gouvernement japonais contrôle ce que peuvent dire les citoyens sur la catastrophe de Fukushima : vous appelez ça comment?

    Ceux qui cherchent à s'informer par eux-mêmes sur la catastrophe de Fukushima on remarqué que, depuis un certain temps, celà devient de plus en plus difficile. Les sources d'informations se tarissent bien que l'on sache que la situation sur place ne s'est pas franchement améliorée et qu'il y a donc surement des choses à dire. Dans un premier temps, je me suis demandé si ce tarissement n'était pas subjectif et du simplement à un appétit d'information excessif. Certains indices me prouvent maintenant le contraire. Des communiqués du gouvernement japonais donnent une indication sur la mise en place de certains mécanismes de rétention de l'information, pour ne pas dire de censure.
    Le ministère des affaires intérieures et de la communication a diffusé la note suivante, en japonais, aux environs du 6 avril, semble-t-il.. Vous en trouverez une traduction Reverso sommaire à la fin du présent article.

    http://www.soumu.go.jp/menu_news/s-news/01kiban08_01000023.html
    http://www.soumu.go.jp/main_content/000110048.pdf

    Le pdf contient le détail des mesures préconisées en matière de limitation de diffusion des informations concernant la catastrophe de Fukushima. On pourrait dire sans trop de risque de se tromper qu'il s'agit d'un plan de censure.

    Voici la substance, édifiante, de la dernière partie du document. Si quelqu'un connaît une personne qui pourrait me fournir une traduction de meilleure qualité, elle sera la bienvenue.

    http://mili-terre.com/article/24/854/fukushima-comment-fonctionne-la-censure-nipponne-e.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ambre, merci de ton commentaire et de ses informations.

      Pour le document que tu cites, en japonais, je peux demander à mon amie japonaise de Tokyo,Ayumi, de me résumer ce qu'il dit.

      Amitiés

      Supprimer
  2. Les alarmes ont retenti 26 fois au total, à deux installations de contrôle pour les lignes de transmission du courant entre la centrale de Ooi de KEPCO et les installations de transmission de Kyoto, depuis minuit le 23 juin jusqu'au matin du 24. KEPCO et la NISA ont annoncé l'incident à la conférence de presse du 24.Ceci n'as aucune incidence.

    Autrement dit, on est entrain de nous expliquer, que, au choix, toutes les installation nucléaire japonaise ne sont pas fiable, puisque toutes les alarmes installées déconnent plein tube !!! Et que ceci n'a aucune incidence !
    Ou que les Japonais n'y connaissent rien puisqu'ils ont installé des alarmes qui ne servent strictement à rien !!!
    Par contre quand les 6 000 tonnes vont péter prochainement, le dernier survivant de Tepco enterré dans son bunker anti-atomique à Tokyo, déclarera qu'aucune alarme ne c'est déclenché, et que cela n'a aucune incidence pour la santé !!! Alan

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Hélios;

    Serait-ce de Fukushima Dai-ichi dont vous parlez ?

    Merci encore et encore...

    Amitiés.
    Fêh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas ta question, Fêh.

      Aujourd'hui j'ai beaucoup traduit sur Ooi, sauf pour l'enlèvement du sommet du réacteur 4.

      Redis-moi.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.