Bistro Bar Blog

mardi 26 juin 2012

Japon, 26 juin 2012 (suite)

Ultraman a ajouté un article à 0h40 chez lui (Californie), je le trouve important, dans la mesure où l'accident de Fukushima est loin d'être terminé et qu'en plus il faut aussi se faire du souci pour la centrale de Ooi, non seulement parce qu'elle va de nouveau être mise en service, mais qu'elle se situe sur des failles actives (comme sûrement la plupart des centrales japonaises) et c'est 5 jours avant le redémarrage que la NISA se réveille pour ce problème.



KEPCO n'arrive pas à trouver des photos de la faille à la centrale de Ooi, mais la NISA dit 'Pas de problème'

Nous sommes supposés les croire sur paroles, que la faille n'est pas active et que la centrale est sûre.
Le Fukui Shinbun rapporte que KEPCO, l'exploitant de Ooi, n'arrive pas à trouver de photos de la zone d'écrasement qui s'étend à travers l'enceinte de la centrale, entre les bâtiments des réacteurs 2 et 3.
Deux chercheurs d'université ont déclaré publiquement que la zone d'écrasement pourrait être des failles actives ou qu'elle pourrait être activée par les failles actives proches.
D'après le Fukui Shinbun (26 juin) :

KEPCO n'a pas présenté les photos des failles de la centrale de Ooi malgré la demande de la NISA

Il a été mis en évidence par des chercheurs qu'une zone d'écrasement de la centrale de Ooi pourrait causer le glissement de la surface du sol lors de mouvements de failles actives. La centrale est en cours de préparation pour son redémarrage. La NISA a révélé le 25 juin que les photos de la zone d'écrasement qu'elle avait demandé à KEPCO ne lui avaient pas été remises.

Selon la NISA, la demande n'était pas obligatoire sur le plan légal. KEPCO dit ''Nous cherchons les photos mais nous n'arrivons pas à les trouver.'' La NISA dit que la demande des photos fait partie de la liste officielle d'informations et l'agence n'a pas changé d'opinion sur le fait que la zone d'écrasement de la centrale n'est pas active.

La NISA a révélé cette information durant la réunion avec des groupes de citoyens qui s'est tenue dans le bâtiment officiel des membres de la Maison des Conseillers.

La NISA a commencé une collecte d'informations après que le Pr Mitsuhisa Watanabe de l'université de Tokyo (géomorphologie tectonique) a souligné en début de mois le danger d'une bascule de la zone d'écrasement. L'agence a demandé le plan d'arpentage original attaché au dossier soumis par KEPCO en 1985 au gouvernement national pour la construction des réacteurs 3 et 4 de la centrale de Ooi, et les photos de la zone d'écrasement. La NISA a dit que KEPCO n'avait présenté que le plan d'arpentage.
La NISA a dit aussi qu'elle avait réquisitionné officieusement 6 commissaires experts de l'agence qui s'y connaissaient en failles actives et certains d'entre eux étaient d'avis qu'un contrôle du terrain devrait être pratiqué.

J'ai le sentiment que KEPCO cherche partout les photos, dans tous les endroits où ils savent de manière certaine qu'elles ne sont pas.
La centrale est prévue de redémarrer le 1er juillet.

2 commentaires:

  1. Vraiment sur cette terre il y a des humains qu'il faut vite enfermer en psychiatrie,au secours c'est des FOUS!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Jean-philip Herbien27 juin 2012 à 00:10

    Rappelez-vous que tout ce qui foire sur terre, surtout en ce moment, c'est 'fait' exprès !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.