Bistro Bar Blog

dimanche 10 juin 2012

Japon, 10 juin 2012

Une autre vidéo datant de mai 2011, mais toujours d'actualité, que nous pouvons voir grâce à Ayumi (TokyoBrownTabby, qui a ouvert un autre compte Youtube) pour la transcription du japonais en anglais et Kna qui a traduit l'anglais et sous-titré à son tour. Pour avoir participé à des traductions, je peux vous dire que 17 mn de vidéo font quelques pages écrites de traitement de texte !
Merci à tous les deux, toujours cette chaîne d'amitié et d'information qui fonctionne.



Présentation de la vidéo par Kna :

Le Dr. Hiroaki Koide est Professeur Assistant et chercheur à l'Institut de Recherche du Réacteur de l'Université de Kyoto. Le 23 mai 2011, il a comparu comme témoin auprès de la Commission de Surveillance Administrative de la Chambre Haute du Parlement du Japon.

A environ 60 ans, il n'est toujours qu'assistant car il a dédié sa carrière à l'étude des dangers de l'énergie nucléaire. Même avant la catastrophe, il était bien connu des pro-nucléaires, étant un de leurs adversaires notables.

C'est après le 11 Mars qu'il est soudainement arrivé sous les feux de la rampe et est devenu assez largement connu du grand public, en particulier sur le net. Certaines personnes voient en lui un leader charismatique du monde anti-nucléaire.

Bien que vieille d'un an, cette vidéo garde toute sa valeur et hélas son actualité

Concernant le surgénérateur de Monju évoqué ici, c'est un ratage encore pire et un gaspillage plus énorme que notre Superphénix national .
En 1996, un an après sa mise en service, une fuite de sodium provoque un important incendie. Un officiel se suicidera après une conférence de presse lors de laquelle il a été obligé de mentir par la JAEA (Agence de l'Energie Atomique du Japon) pour dissimuler la gravité de la situation.
Après un arrêt de 15 ans, le réacteur redémarre en Mai 2010.
Deux mois plus tard, nouvelle catastrophe : une partie de plus de 3T de la machinerie de transfert des barres des combustible tombe au fond de la cuve du réacteur. Il devient impossible d'arrêter le réacteur, d'en retirer le combustible et de voir ce qui s'y passe, la caméra de contrôle ayant été détruite. On ne peut que le faire tourner au ralenti.
Toutes les tentatives de réparations échouent, devant cette situation semblant sans issue, le chef opérateur au remplacement du combustible se suicide en Février 2011.
Il faudra attendre Juin 2011 pour que la pièce de machinerie soir retirée de la cuve du réacteur.
Durant toute son existence, le surgénérateur de Monju aura produit de l'électricité pendant une heure..

A la suites des divers scandales et désastres, combien de hauts responsables à courbettes du nucléaire au japon, combien de politiques pro-nucléaires ont-ils eu le courage de se faire "seppuku" déjà ?

Version traduite & sous-titrée en Anglais par tokyobrowntabby,
merci à elle pour son aide. :
http://dai.ly/KAIycX
http://dai.ly/KAIzxI

*************************************************


Ultraman nous gratifie aujourd'hui d'un petit cours de japonais...

La commission indépendante sur l'accident de Fukushima de la Diète est d'accord avec l'ex-président Shimizu de TEPCO pour dire que TEPCO n'avait aucune intention ''de se retirer complètement'' de la centrale

La commission a appelé le 8 juin l'ex-président de TEPCO, Masataka Shimizu, comme témoin en audience ouverte et a organisé le 9 juin une réunion de commission (également ouverte au public) pour une mise à jour.

À la différence de la commission privée indépendante d'enquête dont le rapport a été publié en mars 2012, la commission de la Diète a conclu que TEPCO n'avait pas l'intention ''d'abandonner complètement'' la centrale de Fukushima alors que le président Shimizu essayait désespérément d'atteindre les responsables au sommet entre la soirée du 14 mars et le 15 mars au matin l'année dernière.

(Suit un article du Jiji Tshushin, qui dit en gros la même chose.)
Ce qui n'est pas mentionné dans l'article du Jiji, ce sont les mots exacts employés par M. Shimizu quand il a essayé d'atteindre M. Kaieda (ministre de l'économie supervisant l'agence de sécurité nucléaire).
Dans son témoignage du 8 juin, M. Shimizu a dit avoir à maintes reprises utilisé le mot "退避 (tai-hi)" en s'adressant aux officiels du gouvernement et n'a jamais dit le mot "撤退 (tettai)" comme cela a été apparemment compris par les responsables de l'administration Kan et par le PM Kan lui-même. D'accord, quelle est la différence ? Certains diraient, ''Quelle différence cela fait-il ?''

Ayant suivi les déclarations et conférences de presse de TEPCO depuis mars l'année dernière, j'en suis venu à remarquer que la compagnie use parfois d'un langage particulier qui diffère de manière significative de la compréhension habituelle du grand public. Un exemple, quand TEPCO parlait des ''flaques d'eau'' qui auraient existé dans les soubassements des bâtiments de réacteurs et de turbines dans les premiers temps de l'accident. Pour TEPCO, de l'eau qui inonde de plus de 30 cm le soubassement s'appelle une ''flaque d'eau''. Puis j'ai remarqué que les responsables de la NISA utilisaient les mêmes mots pour décrire l'inondation des soubassements. Plus récemment, le journaliste indépendant Ryuichi Kino a noté que le nouveau président de TEPCO avait exactement le même langage que les bureaucrates en chef des ministères importants.

Cela a peut-être son importance, au moins pour TEPCO et les responsables du gouvernement, de savoir quel langage utiliser dans certaines occasions, pour être compris de manière précise par l'autre partie.

Comme j'aime le dicton ''Le diable est dans les détails'', j'ai relevé les mots dans le dictionnaire de la langue japonaise.

Le mot choisi par M. Shimizu était "退避 (tai-hi)". Selon l'un des dictionnaires japonais faisant le plus autorité, cela veut dire :
その場所から離れて危険をさけること。
Quitter l'endroit et éviter le danger.
Ce que le PM Kan et M. Kaieda ont dit avoir compris de Shimizu était "撤退 (tettai)", ce qui signifie :
軍隊などが陣地などを取り払って退くこと。

Se replier d'une position/base comme le font les militaires et se retirer

La première expression a une connotation de mouvement temporaire, alors que la dernière, se replier d'une position signifie un retrait permanent dans une optique de défaite.
Aussi bien M. Kan et M. Kaieda ont dit qu'ils pensaient à un retrait ''total'', parce que M. Shimizu n'a pas utilisé le mot ''partiel''. Shimizu a dit qu'il avait été surpris que l'administration ait compris ses mots choisis avec soin ''abri temporaire'' – ''taihi'' comme '' retrait total'' – ''tettai''.

La conclusion de la commission de la Diète a été que c'était un cas de malentendu. Shimizu pensait dire à ces responsables qu'il voulait que ses ouvriers se réfugient temporairement dans un abri moins irradié tout en gardant un effectif de base à la centrale. M.M. Kan et Kaieda ont pensé que ''taihi'' et ''tettai'' étaient la même chose et ont décidé que Shimizu annonçait un retrait total de la centrale. L'erreur de M. Shimizu peut provenir de sa certitude de parler à des bureaucrates de haut rang avec lesquels il était en relation avant l'accident. Contrairement à de nombreux politiciens, ni M. Kan ni M. Kaieda n'ont eu de formation juridique (Kan était diplômé de physique appliquée, Kaieda de sciences politiques). M. Edano aurait compris parfaitement M. Shimizu, mais Edano dit qu'il n'a jamais parlé à M. Shimizu.

Les ouvriers de TEPCO et ceux de sociétés affiliées (Hitachi, Toshiba, Kandenki, etc.. et leurs sous-traitants) sont restés à la centrale alors que les niveaux de radiations étaient de plusieurs centaines de millisieverts/h et dépassaient à un endroit 1 sievert/h, avec seulement deux repas par jour et dormant sur le sol car le gouvernement refusait d'approvisionner les ouvriers en nourriture meilleure et autres provisions. Et le monde les a acclamé comme des héros, les ''50 de Fukushima''.

1 commentaire:

  1. Ouf, depuis le temps que j'écris à date régulière mensuelle à Asako House je n'avais pas vu qu'il fallait l'envoyer avec le timbre mauve, du reste introuvable dans ma petite agence postale ! Il se peut donc qu'aucuns de mes courriers ne soient parvenus à bon port...

    Quoiqu'il en soit je signale à tout hasard cet agenda sur lequel on peut s'inscrire afin de planifier les envois: http://www.asakohouse.com/FR/agenda.php .

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.