Bistro Bar Blog

mardi 8 mai 2012

Risque d'un séisme majeur à Tokyo d'ici 2016


Un chercheur avertit que Tokyo pourrait être touché par un gros séisme d'ici à 2016.
Un éminent sismologue japonais a rendu certains nerveux en déclarant qu'il y avait 70 % de risques d'un séisme majeur à Tokyo ou autour de Tokyo d'ici quatre ans. Les scientifiques du gouvernement ont déclaré le même risque, mais avec une échéance plus lointaine, 30 ans.
Dans une pièce tranquille de l'université de Tokyo, le sismologue Shinichi Sakai montre des lignes colorées régulières qui défilent sur un moniteur digital. L'écran affiche les lectures en temps réel du réseau étendu des sismographes japonais.
Le Japon est l'un des pays les plus actifs au monde sur le plan sismique et les lignes plates indiquent que tout est tranquille dans la région, au moins pour l'instant.
Puis, comme par hasard, deux lignes commencent à sauter violemment, éclaboussant l'écran de pixels rouges et jaunes. Elles tracent un tout petit séisme, centré juste à l'extérieur de Tokyo.
Sakai dit que de petits séismes de ce genre se produisent environ 10.000 fois par an au Japon, et pour des géologues comme lui, même de petits séismes méritent de retenir l'attention. Il dit qu'il y a eu cinq fois plus de petites secousses autour de Tokyo depuis l'énorme séisme du nord-est du Japon de mars 2011.Et cela ajoute au présage mathématique pour des scientifiques comme lui.
En janvier, Sakai et l'institut de recherche sur les séismes de l'université ont introduit les nouveaux paramètres et ont avancé une prévision choquante : il y a 70 % de chances qu'un séisme majeur frappe Tokyo d'ici quatre ans.
Sakai et ses collègues figurant au rang des autorités sismiques les plus reconnues, la prévision a donc ébranlé le pays. Le gouvernement japonais a aussi prédit un risque similaire d'un séisme majeur dans la région de Tokyo, mais sur une plus longue période de temps, trente ans.
La nouvelle échéance de 4 ans de Sakai a généré une réaction violente de la part de scientifiques et d'hommes politiques. Sakai ne s'est pas rétracté mais il refuse maintenant de citer un calendrier spécifique.
''Je ne peux parler'', a-t-il dit, avec un rire ironique.
Le dernier séisme majeur à Tokyo a eu lieu en 1923. Il avait une magnitude estimée de 7,9 et a tué plus de 140.000 personnes. Depuis il n'y a pas eu d'activité sismique significative ici et Sakai dit que cela signifie que la plupart des gens ont oublié le risque capital que présente la capitale japonaise.
Mais tout le monde n'a pas oublié.
Yasuji Kamiya, 97 ans, s'en souvient comme si c'était hier.
Kamiya est l'un des rares survivants de ce qui a été connu comme le grand séisme de Kanto. Il avait 7 ans en 1923, et vivait avec sa famille dans ce qui était une zone de fermes en bordure de Tokyo.
Il pêchait dans une rivière par une belle journée ensoleillée quand le séisme s'est produit. Il dit que cela l'a fait tomber et que le sol a été secoué si violemment que le lit de la rivière s'est vidé d'un coup.
Kamiya dit qu'il n'a réalisé le sérieux de la situation qu'à la tombée de la nuit. Le ciel en direction de Tokyo s'embrasait par les incendies qui consumaient la ville. Des gens qui se sauvaient ont commencé à venir se réfugier chez lui. Certains sans chaussures, tous avec des regards effarés et vides.
Tokyo est évidemment aujourd'hui un endroit radicalement différent, une métropole tentaculaire de 35 millions d'habitants. Chaque jour des millions de gens s'entassent dans le réseau ferré irréprochable de la ville vers ses forêts de tours de verre et d'acier.
Les bâtiments japonais modernes sont parmi les plus robustes au monde. Après le séisme de Kobe en 1995, le pays a dépensé des milliards pour développer la technologie la plus avancée de protection des structures. Le gouvernement estime toujours qu'un puissant séisme à Tokyo aujourd'hui tuerait au moins 10.000 personnes et abandonnerait aux flammes un demi-million de bâtiments.
Mais Sakai a dit que prévoir précisément un potentiel des dégâts est extrêmement difficile. C'est pas uniquement une question de magnitude, qui ramène à l'énergie du séisme. La réelle intensité au sol peut grandement varier, selon la plus ou moins grande profondeur de l'épicentre.
De nouvelles preuves suggèrent qu'une ligne de faille sous Tokyo est plus près de la surface qu'on ne le pensait avant. Cela veut dire qu'un prochain tremblement de terre ici pourrait causer plus de dégâts que ce qu'avait prévu la ville.
Après le séisme massif qui a pris la nation par surprise l'année dernière, le gouvernement de Tokyo a commencé à se dépêcher de revoir ses plans à la hausse. Jusqu'à présent cela veut dire fournir davantage d'abris d'urgence et presser les citoyens et les entreprises à stocker des approvisionnements d'urgence.
Mais ces efforts n'offrent que peu de réconfort aux gens.
''Nous ne sommes pas encore prêts pour ça,'' déclare Toru Seno, 43 ans, artiste et électricien. Il parcourt chaque jour le labyrinthe des autoroutes surélevées et les avenues de tours en verre de Tokyo dans son petit camion.
''Si je regarde au-dessus et qu'il y a une autre autoroute, si donc quelque chose arrive, tout ce que je peux faire est de rester ici et me retrouver écrasé.''
Seno dit qu'il n'y a pas une minute où il ne pense à un plan pour s'échapper. Mais avec la catastrophe de l'an passé encore fraîche dans la mémoire de tout le monde, c'est au plan psychologique le nombre de victimes d'un séisme majeur à Tokyo dont les gens auraient le plus de mal à se relever, a-t-il dit.
''Il est probable que l'économie ou l'industrie s'en remettraient, mais les dégâts humains seraient difficiles à gérer. Nous nous sentirions vraiment démunis.''
La lente réponse du gouvernement de l'année dernière au séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire ont fait perdre une confiance déjà bien ébranlée en le gouvernement. Pour Seno, cela signifie qu'il penche plus à croire la prévision controversée de Sakai d'un séisme majeur dans les 4 ans que celle plus lointaine du gouvernement.
Et après une visite récente dans la zone de retombées autour de la centrale de Fukushima, Seno dit que le plus important message à se remémorer ici est que les gens doivent se protéger eux-mêmes des risques sismiques que d'attendre une action du gouvernement envers eux.

SOURCE
Traduction copyright par Hélios pour le BBB.

9 commentaires:

  1. L'information date quand même de 2011

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article a été posté le 7 mai 2012 sur le site d'origine. Je ne vois pas en quoi il daterait de 2011...

      Supprimer
    2. Le sismologue en question à commencer sa recherche en janvier de cette année, c'est écrit dans la traduction d'Hélios !

      En janvier, Sakai et l'institut de recherche sur les séismes de l'université ont introduit les nouveaux paramètres et ont avancé une prévision choquante : il y a 70 % de chances qu'un séisme majeur frappe Tokyo d'ici quatre ans.

      Supprimer
  2. Je persiste et signe cette information date déjà de l'année dernière elle est aussi ressortie en ce début d'année, différemment certes mais on apprend rien de nouveau.

    RépondreSupprimer
  3. LOL ! je suis pour la paix.... tes sources Anonyme de 18:19 !

    j'ai les moyens de faire parler non ! ? ;-) tes sources SVP ! MERCI ♥

    RépondreSupprimer
  4. Tu tutoies, tu vouvoies et tu me parles de paix ? j'ai peur de ne pas saisir le sens de cette façon de faire.

    "J'ai les moyens de faire parler ! ?"

    Comment ça ? sois plus clair.
    Désolé de ne pas être dans le même état d’esprit que toi, je n'aime pas faire semblant.

    Pour en revenir à mes sources, je n'ai pas besoin de les citer c'est une info facilement vérifiable si on se donne les moyens et le vouloir, tu n'as pas fait l'effort c'est dommage.

    Pour t'assister je vais te donné un lien sec,

    http://www.sciencescope.org/70-de-risques-de-seisme-majeur-a-tokyo-dici-4-ans/

    ça ma pris 5sec à taper les mots clés dans le moteur de recherche gogole, tu vois même toi tu aurais pû trouvé. :)
    (sarcastique moi ? ce soir seulement !)
    Donc je t'invite et je vous invites à taper avec les bons mots dans les moteurs de recherches et admirez (vous avez la vidéo sur l'augmentation sismiques de la ceinture du feu, celle d'un physicien et plusieurs de "scientifiques" et d'amateur plutôt caler). :-)

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  5. @ Anonyme (et qui entend sûrement le rester d'après l'acrimonie du commentaire) de 21 h45 :
    1° Danysis faisait de l'humour. Son LOL au début aurait dû te l'indiquer.
    2° L'article ne cite pas le même chercheur, ici Sakai, et il y a quand même l'anecdote de l'ancien qui a vécu le séisme de 1923 et le commentaire de l'électricien.
    3°Quel était l'intérêt de ton premier comm ? Il fallait passer ton chemin.

    RépondreSupprimer
  6. Les causes nucléaires de tremblement, proposent des dates à toute heure, ou presque. HAARP aussi.

    RépondreSupprimer
  7. pour plus des info sur les plus recent tremblements du terre, vous pouvez visiter le site http://cartedesseismes.eu/

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.