Bistro Bar Blog

vendredi 4 mai 2012

Japon, 4 mai 2012


Graffiti sur le bâtiment de la mairie dans la préfecture d'Akita : ''Je me tuerai si vous acceptez les débris radioactifs''

Peint à la bombe en rouge sur le mur de la mairie à Odate City dans la préfecture d'Akita. La ville pense accepter les débris d'Iwate et Miyagi.

Ironiquement, la ville allait accepter les cendres de l'incinérateur de Nagareyama à Chiba, jusqu'à ce qu'on découvre en juillet 2011 que les cendres contenaient 28.100 becquerels/kg de césium radioactif.
Encore plus ironique, on a découvert que les cendres des granulés de bois que la ville utilise et recommande pour les poêles à bois pour ''combattre le réchauffement climatique en réduisant le CO2'' contenaient du césium radioactif dépassant 1000 becquerels/kg. Les granulés provenaient du bois local. Les granulés provenaient de pins sylvestres importés d'Europe.

La ville a ses propres problèmes de cendres radioactives avant de pouvoir s'occuper du problème des autres cités.

La photo a apparemment été prise par un habitant de Odate City, qui critique violemment la personne qui a peint le message à la bombe. ''C'est une insulte pour les gens du village d'Iwate'' d'où proviendront les débris, dit-il dans un autre tweet.


Aucun réacteur nucléaire en service au Japon le 6 mai, une première en 42 ans
Le réacteur 3 de la centrale nucléaire de Tomari à Hokkaido sera fermé pour maintenance programmée aux environs de minuit le 5 mai.

Le réacteur 3 de Tomari est un réacteur à eau pressurisée qui est entré en service en 2009. La centrale de Tomari est l'une des plus récentes au Japon ; le premier réacteur a commencé à fonctionner en 1989. Le réacteur 3 prévoit de commencer à utiliser du combustible MOX, mais une enquête par un tierce a révélé que l'exploitant Hokkaido Electric (HEPCO) avait utilisé en juillet l'année dernière des ''complices'' dans l'une des conférences municipales avec les habitants du lieu pour influencer favorablement et promouvoir l'utilisation de MOX (selon l'annonce de la société en octobre de l'année dernière).

Le gouverneur d'Hokkaido, Harumi Takahashi, est un ancien bureaucrate de carrière au ministère de l'économie et elle veut redémarrer la centrale nucléaire dès que possible.

D'après le Mainichi Shinbun (4 mai 2012) :

Le réacteur 3 de la centrale de Tomari s'arrête le 5 mai, aucune centrale nucléaire en service au Japon pour la première fois en 42 ans

Le réacteur 3 de la centrale de Tomari exploité par Hokkaido Electric (située à Tomari-mura à Hokkaido, 912 MW), le seul réacteur en fonction des 50 réacteurs japonais, s'arrêtera le 5 mai au soir en raison d'une maintenance programmée. La dernière fois que tous les réacteurs nucléaires japonais se sont arrêtés date d'il y a 42 ans, en 1970, quand il n'y avait que deux réacteurs et ils ont stoppé à la même époque pour une inspection. Le gouvernement national veut redémarrer les réacteurs 3 et 4 de la centrale de Ooi, exploitée par Kansai Electric (située à Ooi-cho dans la préfecture de Fukui), mais il n'est pas certain que les municipalités locales soient d'accord pour le redémarrage. Il y a l'éventualité que le Japon arrive en été avec une forte demande en électricité tout en ayant ''zéro réacteur nucléaire en service''.

Selon HEPCO, le réacteur 3 a diminué graduellement la production depuis le 28 avril en préparation de l'inspection. À environ 17h le 5 mai, les barres de contrôle seront progressivement insérées dans le réacteur pour stopper la fission nucléaire, et la production de courant s'arrêtera à environ 23h. À environ 2h du matin le 6 mai, les barres de contrôle seront totalement insérées pour arrêter le réacteur. Dans l'après-midi du 7 mai, l'arrêt à froid sera réalisé avec la température de l'eau à l'intérieur du réacteur descendue en dessous de 100°C.

Le nombre de réacteurs nucléaires japonais est aujourd'hui de 50, après que les 4 réacteurs de la centrale de Fukushima aient été officiellement déclarés pour le démantèlement.

Kansai Electric a averti de pannes de courant prévisibles si la centrale de Ooi n'est pas redémarrée cet été. Les citoyens anti-nucléaires disent sur internet, ''On va voir ce qu'on va voir !''.

**************************************

À propos de la centrale de Ooi, Fukushima Diary nous dit qu'une religieuse/écrivain bouddhiste, Setouchi Jakucho, qui aura 90 ans ce mois-ci s'est jointe à ceux qui font une grève de la faim pour protester contre la décision du gouvernement :
Une organisation anti-nucléaire poursuit une grève de la faim depuis le 17 avril devant le ministère de l'économie.
Elle va avoir 90 ans le 15 mai. Son médecin l'a avertie que cela pourrait lui être fatal, mais elle s'est jointe aux grévistes sans informer son médecin. Elle dit qu'elle ne peut mourir en laissant le pays tuer des gens avec le nucléaire.
Voici ce qu'elle dit :

Depuis 90 ans, le Japon n'a jamais été aussi malfaisant qu'aujourd'hui. Je ne peux passer ce pays à la jeune génération.

J'attendais des médias de masse de faire valoir qu'une vieille dame de 90 ans était assise ici pour que les jeunes puissent s'en inspirer et agir.

(Aux médias) Vous les journalistes, faites un reportage sur la préciosité de la vie.

C'est une telle honte pour le Japon de répondre par le nucléaire comme on l'a dit même après Hiroshima et Nagasaki. Nous devons abandonner le nucléaire.

Ne comptez pas sur les autres pour combattre le nucléaire. Vous devez combattre vous-même. Ne comptez sur personne, faites-le vous-même.

(à propos du redémarrage de la centrale de Ooi) Je ne comprends pas. Le Japon est devenu le pire des malfaisants.

Rien n'a été aussi monstrueux de toute ma vie que ce qui est arrivé à Fukushima en dehors de la deuxième guerre mondiale. Je me demande pourquoi le gouvernement japonais est si pressé de redémarrer la centrale de Ooi.

Une catastrophe nucléaire est une catastrophe causée par l'homme. Je suis vraiment désolée pour les enfants et les jeunes de répéter toujours la même chose.
Suite Ultraman : 

Vacances radioactives au Japon : des bénévoles enlèvent les boues des fossés dans l'ancienne ''zone interdite'' de Minami Soma en Fukushima

Du ''déjà vu'' (en français dans le texte). Comme dans le film ''Un jour sans fin'' (Groundhog Day en anglais, le jour de la marmotte). Comme si rien de nucléaire n'était arrivé l'année dernière. Que fais-je ici à tenir un blog sur l'accident nucléaire et la contamination par les radiations ? Quel accident ? Quelle contamination ?


NHK rapporte que de nombreux volontaires se sont rassemblés à Minami Soma, district d'Odaka, pendant la Golden Week (période de vacances traditionnelle au Japon d'une semaine, NdT) pour un travail de nettoyage suite au tsunami du 11 mars 2011. Avec de fins masques et des vêtements habituels, les volontaires ont enlevé des débris dans les maisons et curé les boues des fossés.

Le district d'Odaka est à 15 kilomètres de la centrale et jusqu'au 16 avril 2012 il était dans la ''zone interdite''.

Et maintenant ? NHK et les bénévoles interviewés ne parlent même pas de ''radiations'' ou ''d'accident nucléaire''. Tout va bien à Minami Soma. Arrêtez de vous en faire pour ces gens. Ils vont dire que l'exposition annuelle cumulée (externe) de presque tout le district d'Odaka sera inférieure à 20 millisieverts, donc pas de problème.

D'après NHK News (4 mai 2012) :

Profitant des vacances de la Golden Week, de nombreux volontaires ont pénétré dans le district de Minami Soma dans la préfecture de Fukushima où l'appellation de ''zone interdite'' a été levée le mois dernier, et nettoient les débris qui subsistent plus d'un an après la catastrophe du 11 mars.
L'appellation de ''zone interdite'' a été levée le 16 avril. Pourtant il reste toujours des débris à enlever et des maisons à réparer. Après plus d'un an suite à la catastrophe, des maisons endommagées et des épaves de véhicules du tsunami ont été laissées telles quelles.
Il y avait là environ 80 bénévoles de tout le Japon pendant les vacances. Après avoir été informés par les propriétaires dont les maisons étaient endommagées par le tsunami, ils ont évacué des objets des maisons et curé la boue des fossés.
Un propriétaire a dit, ''Il y a encore des objets ménagers qui peuvent toujours servir. Nous apprécions vraiment ce genre de travail bénévole.''

Un homme venu pour la première fois comme bénévole de Tokyo a déclaré, ''Je ne peux venir pendant la semaine, j'ai donc décidé de participer pendant la semaine de vacances. Maintenant que j'ai vu de mes propres yeux, je sais que le renouveau est encore loin.''

Selon le groupe qui a organisé le bénévolat, il y a pénurie de main-d'oeuvre pour faire les nettoyages. Le groupe continuera à recruter d'autres volontaires.

2 commentaires:

  1. Beaucoup d'amour et de gratitude pour cette Dame de 90 ans QUEL COURAGE!!!!!je vous soutiens très très fort,LE NUCLEAIRE C'EST BIEN FINI A TOUT JAMAIS,nous aussi en France nous allons basculé que l'univers nous aide a conservé notre planète PROPRE j'y crois FERMEMANT!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous vous faites des illusions avec les deux qui attendent dimanche pour s'asseoir sur le trône on ne risque pas l'arrêt du nucléaire

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.