Bistro Bar Blog

lundi 14 mai 2012

Japon, 14 mai 2012


Japon radioactif : des bénévoles, petits enfants compris, plantent du riz juste en dehors du rayon des 20 km dans la préfecture de Fukushima

D'après une photo du Mainichi Shinbun, on voit une petite fille et sa mère (je pense) qui plantent du riz les mains et pieds nus. L'endroit s'appelle Kawauchi-mura, préfecture de Fukushima, juste à l'extérieur de la zone interdite des 20 km et à l'intérieur de l'ancienne ''zone prête à évacuer'', qui a été abolie en septembre l'année dernière.


Pourquoi cela arrive-t-il ? Le Mainichi Shinbun (13 mai) rapporte :
À la suite de l'accident de la centrale l'année dernière, le gouvernement national a restreint la plantation du riz à Kawauchi-mura dans la préfecture de Fukushima. Le 13 mai, une plantation expérimentale de riz a démarré à cet endroit. La chambre de commerce et d'industrie du village s'est occupée de cet événement et environ 50 volontaires incluant des familles de la région métropolitaine de Tokyo ont apprécié de planter du riz selon la manière traditionnelle, à la main, dans la boue.

Cette année, le village a décidé de s'abstenir de planter du riz à une échelle commerciale, mais prévoit de reprendre la plantation l'année prochaine en se basant sur la culture expérimentale. Dans la zone d'expérimentation d'une trentaine de rizières, le riz sera planté sur 10 ares avec différentes quantités de minéraux qui absorbent des matériaux radioactifs et différentes profondeurs de labourage. Le riz récolté ne sera pas vendu sur le marché, mais servira d'étude pour la détection du césium.

Akiko Komiya (22 ans), étudiante à l'université de Fujisawa à Kanagawa a dit, ''Comme des rumeurs sans fondement se répandent, j'ai voulu voir les choses par moi-même. Je veux croire en la sécurité et veut soutenir de manière positive les gens faisant de leur mieux.'' Yoshitaka Akimoto (69 ans), l'agriculteur qui avait planté le riz l'année dernière, a déclaré, ''Même si ce n'est qu'une expérience, c'est le premier pas vers un renouveau de l'agriculture. Même si on ne peut vendre, je veux continuer à persuader tranquillement les consommateurs.''
À en croire une étudiante comme Melle Komiya, le futur du Japon est aussi lumineux que ces 20 dernières années.
Le journal local de Fukushima rapporte les mêmes nouvelles et dit que cette expérience fait partie d'un projet de développement de nouvelles filières commerciales pour le riz cultivé à Kawauchi-mura. Le projet s'appelle ''Renouveau du projet riz'' et est animé par M. Akimoto. Le journal le cite disant :
Je suis excité à l'idée de commencer la culture du riz. Une étape à la fois, interactions avec de nouveaux consommateurs.
Comme le dit l'article du Mainichi, M. Akimoto a planté et récolté aussi le riz l'année dernière, malgré l'interdiction. Le riz récolté est supposé avoir été testé et éliminé. Je n'ai pas trouvé le résultat du test, s'il a vraiment été fait. En regardant la photo de l'article, il semble animé de bonnes intentions.
Carte des dépôts de césium du ministère de l'éducation et de la science pour Kawauchi-mura, et carte indiquant en gros où se trouve les rizières de M. Akimoto :
La contamination dans la plus grande partie de Kawauchi-mura semble inférieure à des régions de Fukushima City ou Date City, à 50 km ou plus de la centrale nucléaire. Pourtant la carte du MEXT montre que le sol de la ferme de M. Akimoto contient entre 100.000 et 300.000 Bq/m² de césium radioactif. Cela ne semble pas un taux suffisamment ''sûr'' pour qu'une mère laisse sa petite fille aller jouer pieds et mains nus dans la boue.
Le bureau du tourisme de Kawauchi-mura nous informe le 25 avril 2012 qu'un bâtiment public (musée) tout près de la ferme de M. Akimoto reste fermé, et qu'aucun travail de décontamination n'a été fait.
**************************************
Gen4 :

Pendant ce temps, le 21ème réacteur Indien entame ses essais de divergence

Alors que le Japon hésite sur la conduite à poursuivre dans le nouveau schéma énergétique post-Fukushima, le quotidien Hindu Times (1) d'hier nous informe que l'Inde va très prochainement procéder au chargement du combustible nucléaire dans ce qui devrait devenir la 21ème unité de production électronucléaire du pays (2). Ce nouveau réacteur est également le premier mis en service sur le nouveau site de production de Kudankulam (3), exploité par l'opérateur KKNPP.

Un projet longtemps contesté et retardé

Le projet initial de KKNPP remonte à... 1988 et, après bien des péripéties, associe finalement le géant Russe ATOMSTROYEXPORT au groupe public Indien NPCIL (4). Les travaux de construction des deux premières unités de production KKNPP1 et KKNPP-2 ont débuté en 1997 pour s'achever à la fin des années 2000. Depuis l'accident de Fukushima, les essais avaient été retardés suite notamment aux nombreuses interrogations des populations locales.

Les scientifiques Indiens : Kudankulam n'a rien à voir avec Fukushima-Daiichi !

Les premiers essais de chargement de combustible devaient avoir lieu en 2011 mais la survenue de l'accident majeur de Fukushima-Daiichi avait entre temps renforcé la détermination des populations locales à ne pas accepter le démarrage de ces unités. La réponse des scientifiques Indiens a été aussi hautaine que celle des scientifiques Japonais : "Les peurs et les craintes de la population locale ne sont pas fondées sur des faits scientifiques." soit à peu de choses près le même discours entendu au Japon dans l'ère pré-Fukushima !

Les Indiens sortent l'excuse ultime : la faillite du pays !

De plus, les autorités Indiennes ont sorti cette remarque imparable : "Après tout l'argent que nous avons investi (1400 Milliards de Roupies), si nous ne mettons pas en service ces unités aussi rapidement que possible, ceci affectera la stabilité financière de notre pays." On est prié de sécher ses larmes et de rentrer chez soi...

Des différences existent effectivement mais pour autant aucun site électronucléaire ne peut être qualifié de "sans danger"

KKNPP a donc finalement assemblé deux unités REP de 1 GWe de type Russe VVER-1000, dont les principes de sûreté ne sont pas - c'est le moins que l'on puisse dire - partagés par l'ensemble d'une industrie où la compétition fait rage et dont les arguments sont souvent fratricides : l'IRSN pointe ainsi que, mêmes si les VVER-1000 "ressemblent" aux réacteurs occidentaux et que la sécurité des réacteurs Russes récents ait été améliorée, ces derniers présenteraient toutefois des faiblesses au niveau de la gestion des surpressions à froid, des pompes de recirculation et de la source froide secondaire (ultime !).

Sous les réacteurs, la plage...


Les VVER-1000 disposent par contre d'un cendrier de cœur - preuve (ultime) qu'un accident majeur est toujours possible - de recombineurs d'hydrogène, d'un double confinement et de systèmes de refroidissement passifs (les Mark1 de Fukushima en disposaient également). Au niveau de l’emplacement, le site choisi ne serait pas, d'après les scientifiques Indiens, classé en zone "Tsunami" et le niveau des installations serait surélevé par rapport à Fukushima-Daiichi 1-4 qui étaient situés, d'après les Indiens, "sur la plage" !

Sur le terrain tectonique, l'Inde est située au niveau de la ligne de faille Indo-Eurasienne dans sa partie Nord mais l'extrême Sud du pays est également situé dans une Zone à risque plus limitée (n°.2). La dangerosité du site se complique par contre notablement du fait de la très forte densité de population de cette région du monde : près de 26 millions de personnes vivent dans un rayon de 200 km au Nord du site et l'industrie y est généralement agroalimentaire : les célèbres épices Indiennes et la pêche artisanale de poissons exotiques.

Un raccordement au réseau prévu à la mi-juin

L'opération de déchargement du cœur factice et du chargement du cœur opérationnel devrait se prolonger durant quelques semaines puis le réacteur n°. 1 devrait développer sa première criticité avant de se voir finalement raccordé au réseau Indien vers le milieu du mois de juin 2012, soit avec environ 5 années de retard sur le calendrier initial.

1 commentaire:

  1. Beaucoup de compassion pour ces Japonais en souffrance;vite,vite,vite l'énergie libre pour le plus grand bonheur de tous ces humains qui souffrent sur cette terre.Je suis sure et certaine qu'avec nos pensées vibratoire que l'on va y arriver tous ensemble,la paix de l'humanité est à notre porte.Merci à Bistro Bar Blog de m'exprimer ça me donne davantage de force,je ne me sens pas seule!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.