samedi 10 mars 2012

Japon, 10 mars 2012 (suite)

Tribune libre du premier ministre Noda dans le Washington Post : ''Un an après le séisme, construisons un nouveau Japon''

Celui qui a traduit ce passage a toute ma sympathie. Il est difficile de traduire des phrases dépourvues de sens. Je peux presque lire à travers les mots d'origine japonais, cliché après cliché après cliché.

Tribune libre de Noda tiré du Washington Post (9 mars 2012) ; je souligne et mon commentaire est en italique bleu entre crochets :
Un an après le séisme, construisons un nouveau Japon
Par Yoshihiko Noda, vendredi 9 mars, 17h01

Le 11 mars est gravé dans la conscience collective japonaise. Aujourd'hui, pour le premier anniversaire du grand séisme de l'est du Japon, qui a entraîné la plus sévère crise à laquelle notre pays a dû faire face en une génération [voyons, une génération est 30 ans. Je pense qu'il voulait dire au moins 2 générations, donc cela ramène directement après la deuxième guerre mondiale ; autrement cela n'a aucun sens], nous faisons une pause pour commémorer tous ceux qui ont souffert. Nos pensées vont vers toutes les victimes de la tragédie et aux gens autour du monde dont les vies ont été dévastées par des catastrophes naturelles.

Nous n'oublierons pas les êtres aimés, les amis et collègues qui ont disparu dans la catastrophe. Ni l'expression du soutien international de solidarité reçu par le Japon. En ce sens, nous nous sentons profondément redevables et infiniment reconnaissants. [je me souviens qu'ils ont osé renvoyer des couvertures offertes par l'Indonésie, parce qu'elles ne correspondaient pas aux spécifications japonaises. C'est de la reconnaissance.]
Le Japon a fait des progrès remarquables depuis 12 mois. Aujourd'hui nous renouvelons notre engagement pour les leçons données par les grandes difficultés auxquelles nous avons fait face [vous y faites toujours face]. Je pense fermement que cette période de difficultés doit, et devra être le signal de départ d'une revitalisation à part entière du Japon.

La solidarité nationale et le sens de l'urgence qui a résulté de la tragédie passée souligne que nous avons une volonté collective de nous attaquer aux problèmes les plus pressants [Je ne sens que très peu de solidarité, aucun sens de l'urgence, ou de volonté collective ; pour une fois, les japonais ne sont réellement nulle part dans un collectif quelconque] : la reconstruction de zones affectées par le séisme ; un démantèlement total de la station nucléaire de Fukushima Daiichi appartenant à Tokyo Electric Power et la décontamination des zones sinistrées ; et la revitalisation de l'économie japonaise.

Les nombreuses étapes depuis un an ont inclus d'établir un canevas budgétaire et légal qui ont dessiné de nombreux outils stratégiques pour la reconstruction. Nous mettons en place une agence de reconstruction, qui agit comme une tour de contrôle pour tous les programmes rattachés et rationalise de manière significative et facilite les activités, y compris la création de subventions pour la reconstruction et des zones spéciales de reconstruction [ pour favoriser les sociétés de construction et distribuer des bénéfices à de grandes corporations]. De plus, les procédures pour contrôler et tester les produits alimentaires ont été renforcées, alors que plus d'un trillion de yens des fonds de l'état ont été alloués pour la décontamination des zones résidentielles proches de la centrale.
Les questions soulevant la plus grande inquiétude chez les personnes affectées et notre nation tout entière, sont les plus fondamentales : la sécurité d'un travail et la subsistance des familles [totalement détruites par l'administration Koizumi]. Grâce à la création de zones spéciales de reconstruction et à d'autres initiatives avec l'idée d'une ''reconstruction ouverte'', ces régions stimuleront un nouvel investissement domestique et à l'étranger, créant des emplois, conduisant la restauration d'industries et renforçant l'innovation. [de quoi diable parle-t-il par construction ouverte?]
La création de 11 cités de l'avenir au Japon, dans des régions incluant les municipalités touchées par la catastrophe de Ofunato, Rikuzentakata et Higashimatsushima, en est un exemple. Grâce à des mesures de budget, fiscales et de régulation, un soutien sera apporté pour développer une industrie et une infrastructure sociale en lien avec de grandes cités décentralisées, une production d'énergie tournée vers l'environnement par l'usage de réseaux ''intelligents'' et de fermes solaires et éoliennes en mer à grande échelle. [ça ressemble au village Potemkine] Le Japon est déjà un leader en efficacité énergétique, et possède un trésor de technologies innovatrices. Nous devons utiliser cette capacité pour créer un modèle de croissance et de viabilité à partager avec le monde.
Un autre domaine où le Japon peut, et je pense doit, être à la tête du monde pour partager ses connaissances est la réduction et la réponse aux risques de catastrophe [quelle connaissance?]. Nous avons appris, de la manière la plus rude, qu'il n'est plus acceptable de prétendre que les événements étaient imprévus. Pour construire des communautés résistantes et un pays apte à résister aux catastrophes naturelles, nos mesures de gestion des catastrophes seront révisées complètement et j'espère qu'elles seront fortement renforcées.
Bien sûr, le Japon fait également face à des défis qui étaient apparents avant le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire. Nous nous sommes attaqués depuis plusieurs années à quelques-uns, comme de renforcer la croissance économique et la reconstruction des finances du gouvernement. Aussi longtemps que ces questions resteront irrésolues, elles s'aggraveront.
Quand je suis devenu premier ministre en septembre dernier, j'ai promis au peuple japonais que je ne tolérerai aucune politique d'indécision. Une propension à retarder des décisions difficiles et pesantes ont nui à notre pays. C'est au détriment de notre économie, de notre société et de notre avenir et on ne peut autoriser sa continuation. [D'accord. Donc augmentons les impôts sur la consommation de 10%, cela rapportera une vraie restauration.]
Les nombreux projets en cours pour la reconstruction et la revitalisation du Japon constituent la première étape vers une nouvelle vie économique [en enfonçant plus profondément le pays dans la dette?]. Sécuriser une croissance économique robuste est un défi du moment face à l'incertitude économique mondiale, l'appréciation historique du yen et l'ancienne déflation – mais ce n'est pas insurmontable. [cela a été insurmontable pendant 22 ans]
Nous devons compter sur la force unique de l'économie japonaise [ laquelle?], rechercher une approche ouverte et coopérative avec nos partenaires internationaux, et exploiter intelligemment la promesse de nouveaux secteurs de croissance. Des secteurs comme l'énergie, l'environnement, la santé et les soins détiennent un potentiel réel ainsi que conduire à la croissance d'industries où le Japon peut exploiter des idées innovantes et un investissement du secteur privé, y compris un investissement étranger direct [nous y voici. Partenariat économique trans-pacifique], et jouer un rôle de leader mondial. Nous visons à créer les conditions pour soutenir un intérêt international grandissant et un investissement au Japon, non seulement dans les affaires mais aussi dans le tourisme. Comme condition préalable, nous nous engageons à fournir en temps opportun une juste information à la communauté internationale.

L'histoire récente montre que le Japon a su se relever des cendres et de la désolation de la seconde guerre mondiale et nous avons construit l'économie la plus efficace au monde énergétiquement parlant à la suite du choc pétrolier. Pour l'anniversaire du grand séisme, nous nous souvenons qu'aujourd'hui nous faisons face à un défi de semblables proportions [semblables ? Je ne le pense pas. C'est incomparablement plus grand.]. Notre but n'est pas de simplement reconstruire le Japon qui existait avant le 11 mars 2011, mais de construire un nouveau Japon. Nous sommes déterminés à surmonter ce défi historique.

© The Washington Post Company

6 commentaires:

  1. Bien le nouveau slogan :
    construisons un nouveau Japon radioactif
    Pas mal !

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique... l'image en bannière!

    RépondreSupprimer
  3. Fascinant...
    ou comment noyer les sushis.
    C'est quand même dingue, l'énergie dépensée dans cette activité ces derniers temps...
    Et c'est pas une singularité japonaise malheureusement.

    RépondreSupprimer
  4. ^^

    Merci et bonsoir,

    Fukushima: des documents révèlent le manque de transparence du gouvernement nippon

    TOKYO (AP) — Quatre heures seulement après le passage dévastateur du tsunami sur la centrale nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011, les dirigeants japonais savaient que les dégâts étaient si importants que les réacteurs pouvaient fondre, mais ils ont tenu cette information secrète pendant des mois. Cinq jours après le début de la crise, Naoto Kan, qui était alors Premier ministre, a exprimé en privé ses craintes d'avoir affaire à une catastrophe pire que celle de Tchernobyl.

    http://www.romandie.com/news/n/Fukushima_des_documents_revelent_le_manque_de_transparence_du_gouvernement_nippon100320121727.asp

    Bises, Léa. A plus tard ... :)

    RépondreSupprimer
  5. Un an après Fukushima, reconstruisons une autre Amérique ?

    http://www.romandie.com/news/n/Forte_probabilite_tremblement_de_terre_en_Californie_d_ici_24h_RP_100320122054-28-142844.asp
    Forte probabilité de tremblement de terre en Californie d'ici 24h
    Le site quakeprediction.com annonce une très forte probabilité de tremblement de terre en Californie, d'une magnitude comprise entre 5.5 et 6.0, pour les 24 prochaines heures. Le risque le plus important serait à Lone Pine, Ridgecrest, Los Angeles et San Francisco.


    bises Hé-cat ^^...

    RépondreSupprimer
  6. https://www.youtube.com/watch?v=8ZJMYUHt_z8

    ....le Japon, c'est aussi ça !!

    Je vous souhaite Amour, Paix et Harmonie.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !