samedi 31 mars 2012

Ouf !

Je reprends le titre qu'a donné Vieux Jade sur son blog [lien pour augmenter l'audience :-)]pour cette vidéo, où l'on voit une dame faisant une démo dans les barres parallèles.
Jusque-là, rien d'extraordinaire. 
Sauf que 
la dame
a
86 
ans...

Comme le dit Gurdjieff, ''Notre corps est fait pour vivre 120 ans. A condition bien sûr de trouver un intérêt à exister.'' (et j'ajouterai, qu'il n'y ait pas trop de radioactivité et autres pollutions majeures...)
 




L'âge de mon papa... Au fait, la petite Tosca, qui accusait ses 94 ans de chat a choisi de partir. Elle sera enterrée cet après-midi dans le jardin. Une vétérinaire l'a doucement endormie...pour qu'elle rejoigne le paradis de nos gentils compagnons à 4 pattes.

Corruption : fatalité ou phénomène de société

Communiqué Officiel du Mouvement Zeitgeist Francophone.

Notre monde est de plus en plus en proie aux intérêts particuliers, à la bonne fortune de certains groupes ou personnes influentes. Le poids du capital aidant, notre monde ne s'est-il pas transformé en une duperie générale où chacun joue son rôle ?

Vidéo postée le 29 mars 2012.

Le réchauffement climatique médiéval était mondial

Et un argument de plus contre les affirmations du GIEC !


Le Réchauffement climatique au Moyen-Âge A ÉTÉ mondial – une nouvelle étude contredit le GIEC.

Prétendre que ''c'était un consensus'' semble bien fragile.

Par Lewis Page, 23 mars 2012

Une nouvelle étude scientifique autorisée contredisant le ''consensus scientifique'' semeur d'alarme est sortie hier, qui montre que la période de réchauffement bien documentée ayant eu lieu au Moyen -Âge ne s’est pas limitée à l’Europe, ou même à l’hémisphère nord : elle est allée jusqu’à l’Antarctique.

La recherche s'est servie du développement de nouvelles méthodes d'estimation des températures passées, qui s’ajoutent aux méthodes déjà existantes, telles que l’analyse du cercle des arbres et du coeur de glace. Dans cette étude, les scientifiques ont analysé des échantillons d’un cristal nommé ikaïte, qui se forme dans les eaux froides.

Cristaux d'ikaïte

''L'ikaïte est une forme congelée de carbonate de calcium'', explique le professeur des science de la terre, Zunli Lu. ''Les cristaux ne sont stables que dans des conditions de froid et fondent à température ambiante.''

Dans la péninsule Antarctique, pas de problème, et Lu et ses collègues ont pu prélever des échantillons présents depuis des centaines d’années et dater leur formation. La structure de l’ikaïte , en fait, varie sensiblement en fonction de la température au moment de sa formation, permettant aux chercheurs de construire une courbe cohérente des données de température du passé.

Un enregistrement convenable des températures de l’Antarctique est particulièrement intéressant, car il éclaire un des débats principaux sur le réchauffement climatique/changement climatique : à savoir, la période de réchauffement médiévale et le Petit Âge glaciaire étaient-ils simplement régionaux ou étaient-ils des événements mondiaux ? Le réchauffement médiéval dont les européens du nord ont fait l’expérience de l’an 900 à l’an 1250 après JC semble avoir été au moins aussi chaud que celui de l’ère industrielle. S'il avait été mondial en étendue, cela suggérerait fortement que le réchauffement global soit peut être quelque chose qui se produit de temps en temps, et non quelque chose causé par une petite concentration de CO2 (la concentration dans l’atmosphère est pour l'instant de 0.04 pour cent mais peut grimper jusqu'à 0.07 pour cent à moyen terme)

Le ''consensus scientifique'' auquel on se réfère souvent est largement basé sur le travail des célèbres alarmistes climatiques Michael Mann et Phil Jones que l’ont trouve dans les déclarations du GIEC déclare que c'est faux. Le consensus du GIEC dit que le réchauffement médiéval et le Petit Âge Glaciaire qui l’a suivi – s’est produit seulement en Europe, et peut être dans d’autres zones nordiques. Ce n’étaient que des événements locaux, et globalement le monde était plus frais qu’aujourd'hui. L’élévation de température de la deuxième moitié du vingtième siècle est un nouveau truc créé par les émissions de carbone de l’humanité.

Le nouveau travail de Lu et de ses collègues, cependant, indique qu’en fait, la période de réchauffement médiéval et le petit âge glaciaire ont été ressentis jusqu’en Antarctique.

''Nous avons montré que les événements climatiques nord Européen ont eu une conséquence sur les conditions climatiques de l'Antarctique'', dit le professeur, qui était à Oxford quand l’essentiel des travaux a été effectué, mais il occupe aujourd'hui un poste à l’université de Syracuse aux États-Unis. Lui et ses collègues écrivent :

''Cet enregistrement d’kaïte confirme qualitativement que la période de réchauffement médiéval et le Petit Âge Glaciaire se sont tous deux étendus jusqu'à la Péninsule Antarctique.''

En d’autres termes, le réchauffement climatique a déjà existé dans des périodes historiques préindustrielles, pour s’en aller ensuite. Le travail de Lu et de ses collègues a été publié dans le journal « Lettres Scientifiques sur la Terre et les Planètes »


Traduit par Chantalouette et Hélios

vendredi 30 mars 2012

Documentaires animaliers (9)

Les chimpanzés du rift

Anniversaire


Korrigan (le traître) vous a fait part que c'était mon anniversaire aujourd'hui. Vous saurez la date du sien aussi, tant pis, je me venge :-)

Ma nature est d'être discrète sur ces événements privés, mais je me fais un plaisir de partager cette journée avec vous.

Oui, le printemps d'une année déjà lointaine m'a accueillie en ce monde, ce monde rempli de bien d'horreurs dont je ne vous ferai pas la liste, pour ne pas gâcher cette journée, mais qui m'a également comblé d'une foule de petits bonheurs quotidiens.


Merci à vous, mes lecteurs pour m'avoir suivi, depuis longtemps pour certains (le blog existe depuis fin 2009).

Je remercie aussi les contributeurs du BBB, Chantalouette, Ngiu, Caralmera (qui a débarqué hier soir à Tokyo et dont j'attends un message), Kna, Ayumi, ma chère correspondante dans l'enfer irradié japonais et tous ceux  qui ont apporté leurs informations, leurs commentaires et leurs encouragements sur le blog, mais aussi par mail.



Belle journée à vous aussi et que notre joie demeure...

mercredi 28 mars 2012

Documentaires animaliers (8)

Bébés animaux (les commentaires sont un peu ''nunuches", mais les images sont sympas)

Chroniques de l'insu-portable

Les por-tables de multiplication

Pour ne plus rien capter à l’école


Qui aurait pu penser - il y a encore quelques années - que l'objet le plus familier de notre monde moderne, le téléphone portable, creuserait si rapidement la tombe de l’école républicaine ?

Et pourtant l’école est aujourd’hui mise en coupe réglée par les opérateurs téléphoniques qui se répartissent les parts de marché ; leurs réseaux sont désormais partout, transperçant de toutes parts les enceintes de l’école. Dans la cour, sous les préaux, dans les couloirs, dans les poches, sous les pupitres les portables relient en toute discrétion les élèves d’aujourd’hui au reste du monde. Qu’ils aient dix-sept ans, quatorze ans, dix ans ou parfois moins, les élèves sont désormais tous - sauf quelques rares cas isolés - munis de cette arme de destruction massive pour l’école. On trouve même, dans les rayons de jouets, des téléphones portables en plastique pour enfants de douze mois.

L’invasion de l’école a été d’autant plus rapide qu’il n’y a pratiquement pas eu de grande bataille du portable, comme contre le port du voile par exemple.
Et pourtant le portable ne concerne pas quelques familles intégristes mais l’immense et banale majorité des élèves. Avec le recul on s’aperçoit que l’annexion des lycées, des collèges et mêmes des écoles primaires s’est faite en une petite dizaine d’années, pas plus. Aucune réelle résistance adulte ne lui a été opposé, si ce n’est pour d’éventuelles raisons médicales : mais la présence à l’école du téléphone portable en elle-même n’a jamais été réfléchie, discutée ou même remise en question.

Or non seulement rien ne peut justifier leur présence dans un établissement scolaire, mais cette présence mine de l’intérieur, dans une guerre sourde, le principe même de l’école.

Le téléphone portable est déjà le symbole consternant de notre société de consommation, dans laquelle les enfants entrent dès le plus jeune âge. Mais il est à l’école le symbole moderne de la capitulation en rase campagne de toute autorité adulte face à la toute-puissance de l'enfant. L’institution scolaire, engluée dans la protection des droits des enfants, les considère comme des adultes miniatures, des presque citoyens, à la vie privée desquels on ne peut attenter. L’autorité parentale, quant à elle, est engluée dans l’aumône désespérée de l’amour de ses propres enfants.

Comment céder en trois leçons

Si certains parents inconscients ne regardent pas à la dépense pour offrir à leur progéniture pourrie-gâtée le smartphone dernier cri, qui vaut - rappelons-le - plus qu’un demi-mois de salaire minimum, avec abonnement illimité et accessoires, d’autres parents, plus circonspects et scrupuleux, n’offrent des téléphones qu’aux anniversaires, ou encore à Noël, se donnant bonne conscience avec un forfait limité ou en recyclant de vieux modèles. Mais - et c’est tout ce qui compte - à des degrés divers tous les parents cèdent, ou presque.

Pour justifier leur permissivité et leur laxisme parental, auprès des autres ou même auprès d’eux-mêmes, les parents - car il n’est jamais agréable de se renvoyer à soi-même l’image d’un mauvais parent - usent généralement de trois arguments, que seul leur inconscient coupable peut trouver acceptables.

Le premier argument est celui de la sociabilité par mimétisme, seule garante du bonheur des enfants. Parce qu’il faut faire comme les autres et ne pas exclure son enfant, petit mouton souffreteux de la modernité. Tout comme acheter des vêtements ou des chaussures de sport de marque, ou bien la télévision, la console de jeux vidéos, l’ordinateur connecté dans la chambre d’enfant. Derrière l’argument de la socialisation, il y a celui de la « coolitude », avec les copains (« être cool », ce n’est précisément pas être, mais avoir, détenir, posséder quelque chose qui vous fait ressembler aux copains, si possible en mieux) et coolitude des parents eux-mêmes : un parent qui exclurait son enfant s’exclurait lui-même de la coolitude, ce qu’aucun parent ne peut accepter : un parent moderne doit être cool pour les copains de ses enfants et au moins aussi cools que les autres parents (car le mimétisme ne concerne pas que les enfants). Et puis, peut-être aussi parfois, une certaine vanité de la part de certains parents, heureux de revivre par procuration une jeunesse sans frustration : avec le téléphone portable, l’enfant devient adulte et l’adulte redevient enfant. Se superposant à l’argument de la sociabilité, celui de la modernité. C’est effectivement imparable : puisque le portable est la modernité, l’enfant ne peut s’en passer sans s’exclure de la modernité, de l’ouverture au monde d’aujourd’hui, de la vie. Et bien sûr, qui serait assez cruel ou stupide pour priver ses enfants de la modernité, quelle qu’elle soit ? Bref, c’est au nom de l’ouverture au monde et à la vie moderne qu’on permet finalement à des enfants de s’user les yeux sur des écrans de quatre pouces, en jouant à des jeux idiots ou en ayant une sociabilité détraquée.

Suite et source

Pour lire les démêlés d'un enseignant avec les téléphones portables de ses élèves :

"Le téléphone portable est mon pire cauchemar. Il donne lieu aux affrontements les plus violents entre élèves et enseignants, surtout quand on décide de confisquer l’objet du délit."

Toulouse : L’assassinat politique programmé par Israël ...

...pour faire main basse sur l'UNIFEM et le CDH de l’ONU

L’Etat d’Israël a l’Iran dans sa cible. Résolution ou pas de l’ONU, il attaquera d’après Netanyahu. Les Nations Unies pressés par le Qatar le 24 février dernier et d’autres nations arabes a décidé de porter une résolution votée le 22 mars, jour du siège de Toulouse et de l’assassinat (qu’on le veuille ou non) de M. Merah, une résolution dont le but est de vérifier les droits de l’homme dans Jérusalem-est ainsi que dans les territoires palestiniens. Israël est au courant depuis plusieurs mois déjà de ce qui se trame à New-York pour la simple raison que la femme de Samuel Sandler dont les enfants et petits-enfants sont morts, travaille justement comme directrice exécutive aux Nations Unies : Joanne Sandler, dont le visage n’apparaît pas et n’était pas à montrer ! La pauvre Joanne était un contact malgré elle très utile aux Nations-Unies…

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Johanne Sandler de l'ONU et son fils Jonathan Sandler



Joanne Sandler est Directrice exécutive du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM). Elle guide les efforts visant à mettre en œuvre les programmes fondés sur les droits et les résultats en matière d’autonomisation et de droits des femmes dans le monde. Elle a également fait partie de conseils d’administration et d’organisations internationales et nationales, y compris l’Association pour le droit des femmes au développement, au travail et le droit de faire des films.



Le but de cette résolution est de retarder l’échéance d’une guerre contre l’Iran qui enflammerait tout le Proche-Orient, d’où la colère aujourd’hui d’Israël qui a décidé de rompre toute relation avec le Comité aux droits de l’Homme (CDH) de l’ONU.

Pour démontrer sa toute-puissance, Israël a mis en place un projet qui leur permettra de tenir ce grade : Tuer les derniers garçons Sandler. Eh oui, avec l’assassinat de Jonathan et ses enfants, Gabriel et Arié, le nom de famille Sandler s’arrête là. On comprend maintenant pourquoi Mohamed Merah, chargé de la mission, a poursuivi ses victimes pour s’assurer qu’ils ne s’en sortent pas, et voilà pourquoi la fille a survécu !

C’était le nom de famille qu'il fallait abattre. Mais pourquoi ? Simplement pour montrer sa force à l’ONU ou bien, pour se prouver, ou parce qu’un autre élément entre en compte ?

Executer la famille Sandler pour faire pression sur l'UNIFEM et les CDH de l’ONU, afin de couper cours aux relais d'information sur la situation réelle de cet Etat et du non-respect des droits de l'homme. C'est une probabilité car Wikistrike démontre le lien entre la famille Sandler et la mère du défunt Jonathan Sandler, Joanne Sandler Directrice exécutive du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM).


La création de l’Etat d’Israël remonte à 1948, la création de l’ONU à 3 années plus tôt, en 1945, au sortir de la seconde guerre mondiale. Si l’on s’intéresse maintenant à l’ancêtre de l’ONU, la Société des Nations, on peut s’apercevoir que le dernier Président de l’Assemblée est un… Sandler ! Monsieur Rickardes Johannes Sandler. Il prit ses fonctions en 1934, à l’éveil du nazisme.


ric.jpg

Rickard Johannes Sandler de la Société des Nations en 1934



Rickard Johannes Sandler, né le 29 janvier 1884 à Torsåker, Ångermanland, Suède, mort le 12 septembre 1964 à Solna, est un homme politique socialiste réformiste suédois. Il est successivement Ministre d'État (chef du gouvernement) de 1925 à 1926 et ministre des Affaires étrangères de 1932 à 1936 puis de 1936 à 1939. Il est également président de l'Assemblée générale de la Société des Nations en 1934.



Durant l’existence de la Société des Nations née suite à la tragédie de la 1ère guerre mondiale, ni Israël (qui n’existait pas), ni les USA n’en faisaient partis. Il leur a fallu pour cela attendre la création de l’ONU.

En assassinant le nom de famille Sandler, Israël et les USA toujours main dans main pour faire les pires conneries, tuent définitivement le passé dont ils se sentaient exclus et revendiquent comme tous les droits à l'ONU où ils se sentent désormais les Pères fondateurs ! Ils montrent ainsi aux nations qui y sont représentées que rien ni personne ne pourra les arrêter dans leur entreprise de mondialisation. Il faut dire que Sandler était un social-réformiste ou si vous préférez un marxiste, un communiste, tout ce qu'ils haïssent.

La mort de la famille Sandler n’est donc pas anodine. Elle représente beaucoup dans le symbole. L’acte est POLITIQUE.

Ne pas oublier que la famille Sandler est ultra-orthodoxe (80% des ultra-orthodoxes sont tous opposés à l'apartheid et aux crimes commis par Tsahal, et beaucoup d'entre eux sont même contre l'Etat d'Israel puisque le sionisme est purement politique, alors qu'eux en tant, qu'ultra-orthodoxes, estiment qu'il faut attendre le messie pour retrouver les terres d'Israel, beaucoup sont donc haït par le gouvernement israëlien )

Pour montrer comme les deux s'aiment bien, les chaînes de télévision n'ont rien diffusé que des extraits des obsèques des 3 pauvres enfants et de Jonathan.

Concernant les 3 militaires de Montauban, l’explication est simple. Ils ont été choisis pour faire diversion. Cela a marché !

merahPourquoi le choix de Mohamed Merah ?

La décision a été prise très rapidement, certainement en février. Et elle est décisive pour la suite des affaires israéliennes et Etats-uniennes, prendre un islamiste parti faire un tour dans des pays remplis de terroristes, le coincer en Israêl, le renvoyer en France. Il leur fallait un jeune algérien pour une seule raison, l’Algérie est le seul pays nord-africain a ne pas avoir subi de changements de régime. Du Maroc à l’Egypte, les pouvoirs en place sont tombés est passés (placés) entre les mains des islamistes, tous sauf un… l’Algérie.

Les Etats-Unis ont demandé aujourd'hui même la création d’un CNT algérien, information passée à la trappe, mais qui tombe plutôt bien tandis que le jeune salafiste s’y fera enterré. Un joli symbole non ?!

La famille Merah, et Mohamed (qu'on ne pardonnera jamais) a bien été manipulée pour remplir les besoins d'une nation désireuse de pouvoir: Israël.

D'une pierre ils font plusieurs coups, ils font éliminer un "opposant" tout en légitimant dans les consciences une haine pour appuyer la prochaine attaque en Iran, le renversement prochain du gouvernement algérien et le renforcement en Europe de lois liberticides, sur le net et dans la rue.

Les deux compères US-Israël qui se prêtent les bombes atomiques ont donc décidé de créer un climat de peur en Europe pour légitimer une attaque sur l’Iran. Hélas, ils y parviendront. Car aucun journaliste aujourd’hui n’a le courage de dire la vérité, et surtout aucun journaliste n’est plus libre de ce qu’il dit ou écrit.

Joseph Kirchner pour WikiStrike


http://www.wikistrike.com/article-toulouse-l-assassinat-du-nom-de-famille-sandler-par-israel-pour-montrer-sa-puissance-a-l-onu-102343861.html

mardi 27 mars 2012

Bugarach et Venise

(Je ne serai pas présente aujourd'hui, je repasse sous Linux, et le changement prend du temps. Je reviendrai dès que c'est terminé). Belle journée.

Quelle rapport entre Bugarach et Venise ? Aucun sauf un afflux populaire et une certaine inquiétude dans les deux cas.

Un journal britannique égratigne les gentils adeptes de la fin du monde du 21 décembre 2012...

Des adeptes du New Age campent autour d'une montagne française, refuge pour la fin du monde de 2012

La montagne qui domine une commune française de 200 habitants est vantée être une arche de Noé moderne en vue du jour de la fin du monde – d'ici moins de neuf mois, paraît-il.

Un courant en augmentation continue de fidèles du New Age – ou ''ésotéristes'', comme les gens du coin les nomment – a envahi de leur camping-cars le pittoresque village pyrénéen normalement tranquille de Bugarach. Ils pensent que quand l'apocalypse va arriver le 21 décembre de cette année, les extra-terrestres qui attendent dans leurs vaisseaux à l'intérieur du pic de Bugarach sauveront les humains près d'eux en les envoyant dans une autre dimension.

Comme la date du cataclysme – qui, selon les croyances eschatologiques et les alignements astrologiques prévus, conclut un cycle de 5125 ans du calendrier du Compte Long mésoaméricain – se rapproche, les allées-venues autour du pic sont devenues encore plus bizarres et ritualisées.

Depuis des décennies existe la croyance que le Pic de Bugarach, qui culmine à 1230 mètres dans les Corbières, possède un étrange pouvoir. Souvent nommée la ''montagne la tête en bas'', les géologues pensant qu'elle a explosé après sa formation et que le sommet s'est retrouvé du mauvais côté – elle est censés avoir inspiré le ''Voyage au centre de la Terre'' de Jules Verne et le film de Steven Spielberg ''Rencontre du troisième type''. Elle attire les adeptes du New Age depuis les années 60, qui insistent sur le fait qu'elle émet des vagues magnétiques spéciales.

En outre, les rumeurs persistent que le président François Mitterrand s'était rendu en hélicoptère sur le pic, alors que les Nazis et plus tard, le Mossad israélien, y auraient pratiqué de mystérieuses fouilles. Maintenant le village proche est inondé de New Agers, qui ont donné un coup de fouet à l'économie locale, bien que les groupes de gens dénudés qui escaladent le pic ait fait hausser les inquiétudes autant que les sourcils.

Un homme grisonnant affublé d'une tunique de lin blanc, qui s'appelle Jean, a installé une yourte dans la forêt il y a deux ans pour se préparer à la fin du monde. ''L'apocalypse à laquelle nous pensons est la fin d'un certain monde et le début d'un autre,'' explique-t-il. ''Un nouveau monde spirituel. L'année 2012 est la fin d'un cycle de souffrance. Bugarach est un chakra majeur de la terre, un endroit prévu pour accueillir les énergies de demain.''

On pense que plus de 100.000 personnes ont prévu un voyage vers la montagne, à 55 km à l'ouest de Perpignan, autour du 21 décembre, et des entreprises opportunistes tirent profit sans vergogne du phénomène. Des agents de voyage américains ont fait des offres spéciales, un trajet aller-simple pour pouvoir être témoin de la fin du monde, et un village voisin, St Paul de Fenouillet, a créé un vin pour célébrer l'événement.

Jean-Pierre Delord, le perplexe maire de Bugarach, a fait part de la situation aux autorités françaises, demandant une future aide de l'armée pour le petit village, par peur d'un suicide collectif. Cela a également attiré l'attention de l'organisme de surveillance des sectes, la Miviludes.


M. Delord, aimable sexagénaire, nous dit : ''Nous avons vu un énorme arrivage de visiteurs. Cette année, plus de 20.000 personnes ont escaladé jusqu'au sommet, et l'année dernière il y a eu 10.000 randonneurs, ce qui est considéré comme une augmentation significative pour les 12 derniers mois. Ils pensent que le Pic de Bugarach est un ''garage à Ovnis''. Les villageois sont exaspérés : voir l'importance exagérée accordée à quelque chose de totalement déconnecté de la réalité est déconcertant. Tout redeviendra sûrement normal après le 21 décembre.

En cachant sa peur de ce qui pourrait arriver le 21 décembre, M. Delord dit en plaisantant qu'il va organiser une fête avec du vin chaud et du fromage. ''Je suis sûr que nous célébrerons le fait que nous sommes toujours en vie, ''sourit-il. ''Je suppose que c'est à chacun d'entre nous de découvrir son propre chemin.''

SOURCE


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une nouvelle étude prétend que Venise s'enfonce cinq fois plus vite que prévu jusqu'alors

Donc Venise s'enfonce. Une recherche récente par des scientifiques américains suggère qu'elle s'enfonce cinq fois plus rapidement que prévu par les experts vénitiens. C'est tout à fait évident à l'oeil nu (ou plutôt à la cheville nue quand c'est inondé) que des parties de Venise sont inondées de plus en plus souvent. Mais la question demeure – combien de temps faudra-t-il pour que de joyau flottant elle se transforme en terrain de jeu pour plongeurs ? 

La réponse arrive grâce à une nouvelle recherche de l'institution d'océanographie Scripps de l'université de Californie, qui doit être publiée mercredi : Venise s'enfonce toujours, et cela à un rythme de 2 millimètres par an.

 Il y a plus. Il n'y a pas que la ville qui soit reconquise par les eaux, raison de sa célébrité, il semble maintenant qu'elle s'incline vers la mer, comme si la glorieuse capitale de l'ancienne république maritime de l'Adriatique était fatiguée d'être une attraction touristique et voulait finir sa vie dans l'Adriatique.

 Selon les mesures effectuées depuis 10 ans, Venise penche un peu en direction de l'est, d'environ un ou deux millimètres par an. Cela neveut pas dire que vous devez acheter en urgence un billet pour voir Venise avant son engloutissement, mais cela suscite des inquiétudes à propos d'un sauvetage qui tarde à venir. Un système complexe de barrages mouvants autour de Venise, qui ont demandé des dizaines d'années et des millions de dollars à construire, est sur le point d'être achevé.

 La récente recherche pourrait remettre en question l'efficacité des énormes travaux pour sauver la ville flottante. L'un des plus grands experts de l'état vénitien, Luigi Tosi, du centre de recherche national italien, a souligné que l'engloutissement de Venise était en fait une combinaison de subsidence de la terre et une hausse du niveau de la mer. Il a dit que les résultats des chercheurs de Scripps n’apprenaient rien de nouveau. ''Nous avions publié un article en 1992 qui arrivait aux mêmes conclusions.''
SOURCE 

Traduits par Hélios

lundi 26 mars 2012

Suède : fin de l'argent liquide

Un article que j'ai traduit il y a quelques jours, que j'avais perdu dans l'ordi et que j'ai retrouvé hier par hasard.

L'élite avait planifié depuis longtemps qu'un jour l'argent physique disparaîtrait au profit du virtuel. Il y a déjà la possibilité de payer ses courses avec son téléphone portable . Comment certains vont-ils ''blanchir'' l'argent venant des divers trafics ?

Voici un article qui frise la propagande :

Ainsi va la Suède, ainsi va le monde : le début de la fin de l'argent liquide

19 mars 2012

Il existe tellement de raisons de ne pas aimer l'argent analogique. L'argent liquide et les pièces sont encombrantes. Ils sont sales. Ils ne laissent aucun enregistrement automatique des transactions financières faites avec.

Ici aux US, malgré Square* et PayPal et autres services qui sembleraient annoncer la fin du liquide, les billets et les pièces représentent toujours 7% de notre économie totale. En Suède, pourtant – qui se classe première au forum économique mondial – l'argent liquide est rare. Et il devient, rapporte l'AP, de plus en plus rare. Alors que la Suède était le premier pays européen à introduire les billets de banque en 1661, elle va maintenant toujours plus loin que tout autre pays pour tenter de les éradiquer. Dans la plupart des villes suédoises, note l'AP,
Les bus n'acceptent pas le liquide ; les tickets sont prépayés ou achetés grâce à un message par téléphone portable. Un petit nombre mais croissant d'entreprises ne prennent que les cartes bancaires et certains guichets de banque – qui gagnent de l'argent par les transactions électroniques – ont d'un commun accord arrêté de distribuer du liquide.
Même les temples religieux apprécient de plus en plus les transactions sans argent liquide : à l'église Carl Gustav, au sud de la Suède, le vicaire Johan Tyrberg a récemment installé un lecteur de carte pour permettre aux fidèles de donner la dîme sous forme digitale.

Ce n'est pas encore pour le moment la fin du liquide – en Suède ou n'importe où ailleurs. Comme l'a lancé l'année dernière Lars Nyberg, gouverneur député de la banque centrale suédoise : le liquide survivra ''comme le crocodile, bien qu'on puisse voir son habitat graduellement amputé.'' Mais c'est peut être le début de la fin. Les innovations suédoises suggèrent un avenir dans lequel le liquide sera de plus en plus rare.

Une société avec moins d'argent liquide implique de nouvelles inquiétudes concernant la cybersécurité et, bien sûr, la vie privée. Oscar Swartz, le fondateur de Banhof (fournisseur d'accès internet, NdT), le dit ainsi : ''On devrait être capable d'envoyer de l'argent et de faire des dons à différentes organisations sans être suivi à la trace à chaque fois.''

Mais un monde sans liquide pourrait aussi conduire à quelques améliorations sociales significatives. Les statistiques suédoises pour les crimes, étonnement, semblent suggérer une corrélation entre l'argent liquide et le crime. Le nombre d'attaques de banques est tombé en Suède de 110 en 2008 à 16 en 2011 – ''le taux le plus bas'', note le journaliste Malin Rising, ''depuis qu'on a commencé à les enregistrer il y a 30 ans.'' L'association de banquiers suédois dit aussi que les vols sur les transports de fonds diminuent.
Les bénéfices semblent aussi augmenter largement. La Suède a moins de problèmes avec les ''pots de vin'', dit l'AP, que les pays avec une culture plus répandue du liquide. ''Si les gens utilisent davantage les cartes bancaires, ils sont moins impliqués dans des activités économiques troubles,''argumente le professeur Friedrich Schneider. Et d'autres notent qu'une culture avec moins de liquide va décourager les pickpockets et les vols à main armée : quand il suffit simplement annuler une carte, à quoi bon s'embêter ?

* http://www.generation-nt.com/twitter-square-paiement-mobile-reseau-social-actualite-924771.html

SOURCE

Traduit par Hélios

Qu'en est-il en France ?

http://www.lefigaro.fr/conso/2011/06/22/05007-20110622ARTFIG00391-les-francais-toujours-accros-au-cash.php

Documentaires animaliers (7)

Le loup noir de Yellowstone

Nourrir les sans abri est illégal en Amérique (suite)

Le texte d'un autre auteur, mais qui fait suite à celui posté le 22 mars.



Comment combattre la phobie envers les clochards !

Comment nourrir les SDF malgré les interdictions.

Par Keith Johnson, 23 mars 2012

Alors que Wall Street et les politiciens payés pour continuent de piller les Américains, de plus en plus de citoyens ordinaires se retrouvent à la rue pour des raisons autres que l’addiction à la drogue et à l’alcool.

Ceux qui n’ont jamais été à la rue ne peuvent pas ressentir ce sentiment de désespoir.

J’ai été moi même un vagabond, à la rue et sans argent pendant plusieurs mois. Quand vous vous retrouvez sans foyer, la police vous connaît très rapidement – même si vous ne troublez pas l'ordre public. Au bout d’un moment le harcèlement devient insupportable et le seul refuge possible est ce que vous vous étiez juré de ne jamais devenir: clochard !

Une fois que vous l'êtes, difficile de s’en échapper. La hiérarchie des besoins occupe la première place et vous passez l’essentiel de la journée à faire la queue pour un repas, une douche et un lit. La plupart des églises qui distribuent des repas exigent que vous écoutiez un sermon avant de pouvoir manger. Je me souviens m'y être adonné une fois près de six heures pour obtenir un déjeuner et un souper – exténuant ! C’est plutôt difficile de se remettre sur pied quand l’essentiel du temps sert à trouver de la nourriture.

Et la Mission (ou abri comme on l’appelle maintenant)? Oubliez-la ! Vous trouverez un environnement plus sain dans la prison du comté. En fait, ce n’est pas rare que les gens commettent des délits juste pour pouvoir aller s’y reposer. De plus, dans la plupart des grandes villes, c’est plus difficile d'entrer dans une Mission que d’aller au Carlton Ritz pendant un congrès de commerciaux. Je me rappelle une nuit froide à San Francisco où j’ai fait la queue 4 heures juste pour m’asseoir deux heures sur une chaise pliante.


C’est pourquoi, cette histoire récente dans “The Economic Collapse”, m’a à la fois ému aux larmes et mis en rage (passage du texte cité en début d'article):

Je parierais cher que derrière l’interdiction de nourrir les sans abris, on trouve ceux qui ont délibérément participé à ce système corrompu qui a poussé beaucoup de ces gens à la rue. Non seulement ils refusent de prendre leur part de responsabilité, mais ils ne veulent pas que leurs yeux soient salis par la vision de la souffrance qu’ils ont causé alors qu’ils rentrent chez eux dans leurs communautés barricadées, ou soumettre leurs précieuses oreilles à une demande d’aide devant leurs galeries marchandes préférées.

La plupart des villes qui ont interdiction de nourrir les sans abris disent s’inquiéter de la sécurité alimentaire. Ce n’est qu'une excuse— et il y a moyen de le dénoncer si nous nous unissons.

Distribuer des tickets-cadeaux aux établissements de restauration du coin est une manière de contourner les lois sur la sécurité alimentaire et aussi vous assurer que l’argent ne sera pas dépensé en drogue ou en alcool.

Une autre solution demande un effort concerté de la part des citoyens concernés et est calqué sur Mégaoctet, un programme qui a fonctionné de manière efficace au Royaume-Uni pendant plus de dix ans. D’après leur site :

Megaoctet est une manière innovante d’aider les gens dans le besoin et qui sont à la rue.

Les donneurs achètent des tickets repas(qu’un sans abri peut échanger pour un repas et une boisson sans alcool) dans un magasin Megaoctet ou sur internet et en donnent aux sans abri. Le sans abri peut alors les utiliser pour se payer des repas et des boissons sans alcool dans des endroits agréés qui se feront rembourser en renvoyant le ticket chez Megaoctet .

A partir de là, peut être que nous pouvons étendre le programme à des douches. En tant qu’ancien vagabond, je peux vous dire qu’être propre est presque aussi essentiel que d’avoir un lit pour la nuit. Pour que cela puisse fonctionner, il faut avoir des volontaires qui ouvrent la porte de leur domicile une à deux fois par semaine à une famille présélectionnée. Bien sûr, je vois des failles dans cette approche, mais, hein, -- c’est pour cela que j’écris. Je me tourne vers vous pour des réponses. Faites des suggestions. !!!

La population croissante des sans abri a besoin d’une alternative aux expériences dégradantes des soupes populaires, les Missions et les abris qui sont souvent sales et localisés aux endroits les plus déprimants de la ville. Permettre à une personne sans abri de se sentir humaine aide beaucoup à reconstruire l’estime de soi et à garder un esprit clair.

En plus de cela; nous ne devrions jamais permettre aux dirigeants des villes, maires, chefs de police ou autres résidents privilégiés qui se font du beurre de prendre le dessus. Ils ne doivent pas avoir le droit de pousser les moins fortunés de leur communauté hors de l'endroit qu'ils ont toujours appelé leur foyer.

On devrait obliger ces fonctionnaires choyés et leurs maîtres fortunés à faire face à la dépression qu’ils ont aidé à créer. On devrait les obliger à regarder les métastases cancéreuses qui vont s'agripper petit à petit à leur petite vie. Et c'est seulement à ce moment-là qu’ils comprendront que la maladie est devenue une épidémie – et peut être commenceront-ils à s’inquiéter – pourrai -je être le suivant ?


Traduit par Chantalouette et Hélios

samedi 24 mars 2012

Documentaires animaliers (6)

Le grand requin blanc

Quelques vidéos avec des toutous

Comment dormir bien au chaud :


Myron a perdu la vue, mais aime toujours courir après sa balle de tennis :


Des chiens qui ont de l'oreille :



Une balle récalcitrante :


Qu'est ce que c'est que ce bazar ? Puni cagibi, tout seul :


Compagnons de jeu originaux :


L'heure du rangement :



3 d'un coup :

vendredi 23 mars 2012

Quelques reportages de Pierre Carles. A découvrir ou revoir...

Les deux premières videos traite sur la manipulation des médias.
Des chose que nous devrions dejas savoir dans l'ensemble, mais qu'il est bon de voir en details. Et en plus, en faisant tourné, on à le moyen de faire revenir hors de la bergerie des moutons noir enfariné....

Pas vu pas pris:
Ce documentaire montre les relations étroites qu'entretiennent les vedettes du journalisme et les hommes politiques, et dénonce la « fausse impertinence de certains journalistes ».

pas vu pas pris (doc interdit) par elsaesser

Enfin pris ?:
suite de Pas vu pas pris.


Attention danger travail:
Ce film développe les points de vue exprimés par les gens qui refusent « des boulots de merde payés des miettes », points de vue éminemment minoritaires dans les médias puisque contrant le discours dominant sur la valeur travail, relayé par les conseillers pour l'emploi.


Ni vieux, ni traîtres:
Les deux réalisateurs Pierre Carles et Georges Minangoy vont à la rencontre d'anciens partisans français et catalans engagés dans la lutte anti-franquisteanarchiste des années 1970.

Volem rien foutre al païs:
Volem rien foutre al païs fait suite à Attention danger travail qui comprenait en particulier les mêmes co-réalisateurs, et part en quête de propositions alternatives expérimentées par des personnes que l'on peut associer, pour la plupart, au mouvement décroissant.


Choron, dernière est un portrait filmé du professeur Choron...

Choron derniere_1/6 par tchels0o

Le T-Rex des serpents

Son nom : Titanoboa Cerrejonensis.

Les passagers des trains de banlieue arrivant à la gare Grand Central de New York sont accueillis par un monstrueux spectacle : un serpent Titanoboa de 15 mètres de long et de plus d'une tonne.

La bonne nouvelle : il n'est pas vivant. Il n'est plus vivant *(voir note plus bas). Mais la réplique grandeur nature du reptile – qui a été dévoilée le 22 mars dans la gare – est prévue, comme le dit en plaisantant le porte-paroles du Smithsonian Institute Randall Kremer, pour ''flanquer la frousse aux gens'' – en réalité pour ''leur communiquer de la science''. 

Si ce serpent rampait près de vous, il arriverait à la hauteur de votre taille et mesurerait la longueur d'un bus scolaire.

Dans la gare new-yorkaise

Que nous en dit Wikipédia ?

Titanoboa cerrejonensis est une espèce fossile de serpents de la famille des Boidae, la seule du genre Titanoboa.

Ce serpent fossile date du Paléocène entre 60 et 58 millions d'années. Il a été découvert dans la mine de charbon de Cerrejón qui est située dans le département de La Guajira en Colombie.

Il a été étudié par une équipe de paléontologues dirigée par Jason Head de l'Université de Toronto, avec Jonathan Bloch de l'Université de Floride et Carlos Jaramillo, paléobotaniste du Smithsonian Tropical Research Institute du Panamá. Sa découverte a été annoncée le 4 février 2009 par la revue Nature dans un article décrivant les vertèbres fossiles retrouvées par des paléontologues en Colombie.

Description

Les restes de vertèbres de 28 serpents permettent d'estimer sa taille de 10,64 m à 15 m, avec une moyenne de 12,8 m de longueur et pour un poids estimé entre 730 kg et  2 tonnes, avec une moyenne de 1 135 kg. Les caractéristiques des os retrouvés indiquent que les spécimens sont proches des actuels boas constrictors ne dépassant pas de nos jours les 4,5 m. Titanoboa cerrejonensis devient donc la plus grande espèce de serpent fossile et actuelle identifiée à ce jour.

Devinette : laquelle de ces deux vertèbres est celle d'un anaconda ?
Conclusion climatique

La taille et le poids estimés de Titanoboa cerrejonensis indiquent que ce serpent, animal à sang froid dépendant des conditions climatiques pour son activité et ses caractéristiques physiques, pour survivre devait obligatoirement évoluer dans une forêt humide ayant une moyenne annuelle de température comprise entre 30 et 34 ºC, ce qui est corroboré par les modèles climatiques basés sur les teneurs en CO2 de l'atmosphère de cette époque.

* Un pilote belge avec 25 ans de métier derrière lui, Rémy Van Lierde, raconte qu'en 1959 survolant des étendues du Congo à basse altitude il a vu un serpent vert foncé avec le ventre blanc, dont il a estimé la longueur à 15 mètres (50 pieds). Quand il a commencé à rapprocher son avion,
"Il s'est dressé sur 3 mètres, je pouvais voir clairement de près sa tête, je pourrai la comparer à celle d'un grand cheval, il avait de très grandes mâchoires, triangulaires. Et il restait comme ça et je sentais et suis convaincu que si j'avais été à sa portée il m'aurait attaqué. De ce que je pouvais en voir, sa tête faisait au moins 60 cm (2 pieds) de large et 90 cm (3 pieds) de long. Il aurait pu facilement avaler un homme."
Alors les profondeurs des jungles amazoniennes ou africaines cacheraient-elles toujours un serpent de ce type, quoiqu'en disent les "spécialistes" ?  On n'est plus en 1959, mais il y a tellement d'endroits inaccessibles dans ce type de paysage.
*******************************************************************
Pour les amateurs de frissons reptiliens, une vidéo qui aurait pu être postée dans ma série de documentaires animaliers, mais que je préfère mettre ici, car elle peut choquer les personnes sensibles. Personnellement, je n'ai pas pu la regarder jusqu'au bout...

Iori Mochizuki

Une autre traduction en collaboration avec Jeep, une des manières utilisées par les japonais pour ne pas céder à la panique est de s'équiper de divers dosimètres. 

 

Mesurer l'irradiation comme solution de remplacement


Les Japonais qui ne peuvent évacuer recourent à des solutions de remplacement.

Après le 11 mars, ''compteur Geiger'' est devenu un mot courant comme riz ou savon. Lorsque les doses dans l'air étaient au plus haut en mars 2011, la plupart des gens n'avaient pas encore de compteur Geiger. Maintenant, des amateurs et des personnes impliquées dans d'autres domaines académiques mesurent le niveau d'irradiation et analysent la nourriture en comptant beaucoup sur du matériel de mesure.

Maintenant, il n'est pas rare pour une personne d'avoir plus de 2 dosimètres. En fait, chaque dosimètre a sa particularité. Certains objectivent plus de radiations que d'autres ou mesurent le taux d'irradiation plus rapidement que d'autres. Il n'est pas rare non plus qu'une personne possède un programme d'analyse sur son PC ou son Smartphone.

Cependant, c'est une réaction de substitution pour ceux qui ne sont pas en mesure de réaliser
leurs espoirs, l'évacuation.

Qu'ils puissent ou non le faire, ils pensent aux frais d'évacuation. Ils ont choisi de se protéger et de protéger leur famille. Cependant, la question demeure de savoir s'ils peuvent vraiment sauver leur famille par des mesures de leur environnement.

Il est en réalité facile d'analyser le césium ou le strontium, mais c'est presque impossible pour un amateur d'analyser les nucléides alpha tels que le plutonium ou l'uranium. Ils devraient aussi analyser le tritium qui peut être contenu dans l'eau du robinet. S'il y en a dans l'eau du robinet, il est très risqué de prendre une douche ou de cuire des aliments à l'eau du robinet.

Toutefois, ils ignorent ces nucléides parce qu'ils ne veulent pas savoir. Même s'ils en trouvent dans leur environnement, ils ne peuvent rien faire, ils ne préfèrent donc pas savoir s'il y en a près d'eux.

Dans cette situation japonaise désespérée, ces gens luttent pour avoir l'impression de contrôler la situation, pour éviter de paniquer.

Il est facile de taxer l'obsession des mesures de névrotique, mais c'est leur seul moyen de rester sain d'esprit.

Il est réellement utile pour certaines personnes de connaître le niveau de contamination du lait ou d'une zone de la ville. Cependant, cela peut induire en erreur ceux qui font semblant de ne pas voir la vérité qui dérange s'ils disent que c'est la manière de supprimer le césium de la nourriture.

Ils affirment qu'ils ont besoin d'argent pour évacuer. Ils disent aussi qu'ils ont besoin de parler des langues étrangères, mais j'ai le sentiment que même s'ils avaient 5 milliards de yens, ils n'évacueraient pas. Ce dont ils ont réellement besoin, c'est peut-être le soutien psychologique de professionnels.

*****************************************************************************
Son histoire :

Iori Mochizuki : Cyberdissident japonais

Iori et Cécile Monnier à Bompas, dans le Roussillon
Iori a fuit son pays suite à la catastrophe de Fukushima. Arrivé depuis trois mois en France et plus particulièrement à Bompas, chez Cécile Monnier, il enquête et dévoile les réalités du danger nucléaire. Rencontre.

Iori Mochizuki : Cyberdissident japonais

Témoin vivant d’une catastrophe mondiale, Iori développe dès son plus jeune age un certain esprit critique. Il né, vit puis travaille en tant qu’ingénieur civil dans la ville de Yokohama, deuxième plus grande ville du Japon après Tokyo, à 250 km de Fukushima. Le 11 mars 2011, est un tournant dans sa vie comme pour beaucoup de japonais : le plus grand tremblement de terre de l’histoire du Japon provoque une catastrophe nucléaire. Iori est a son bureau lorsque cela se produit, il regarde une grande chaîne d’information japonaise sur son ordinateur : la NHK. « Un flash spécial a eu lieu, le journaliste était complètement paniqué… il n’était même pas sûr de ce qui se passait exactement, la seul chose dont tout le monde était certain c’est que c’était grave. » La chaîne normalement payante, rend le flash spécial accessible à tous. « C’est après cette catastrophe que j’ai décidé de fuir le Japon, mais ce n’était pas si simple. Je n’avais pas d’argent, pas d’endroit où aller. J’ai donc commencé à préparer mon départ, il m’a fallut neuf mois pour y arriver. »

Engagement citoyen

En attendant, Iori ne reste pas inactif, il sait que les choses sont graves, il sait aussi que tout n’est pas dit, et que beaucoup de faits sont minimisés. Dès le mois de juin, il commence à enquêter au travers d’internet et des deux principaux réseaux sociaux… Il diffuse des articles sur différents sites tout d’abord, qui, curieusement, rencontrent de nombreux problèmes de serveurs et d’hébergements. Vient ensuite la création de son propre blog « Fukushima Diary », où il publie des billets quotidiens d’informations et des billets d’humeurs. Lui n’est pas allé à Fukushima « c’est trop dangereux, mais des amis à moi y sont allés, les répercutions sur leur santé ont été immédiates. » Iori, à 250 km au sud de Fukushima, présente déjà des symptômes importants « le jour des faits, le vent soufflait dans le sens nord-sud, les fuites de la centrales venaient donc vers nous. J’ai souffert de diarrhée importante, de fièvre en continue, de toux, tout cela m’empêchait de dormir. Lorsque je suis allé à Tokyo, qui est un peu plus proche de Fukushima tous mes maux ont été amplifiés. Cela a duré tout le temps de ma présence au Japon.»

Pour lire la SUITE