mercredi 15 février 2012

L'addiction aux réseaux sociaux





Une nouvelle étude démontre que les médias sociaux rendent plus accros que les cigarettes et l'alcool

15 février 2012, par PF Louis
(NaturalNews) Refusez-vous systématiquement de vous joindre à Facebook, Twitter ou tout autre réseau social ? Ne vous laissez pas culpabiliser par les autres. Vous pouvez vous sentir soulagé de savoir que vous avez pris la bonne décision en refusant plus d'obligations sociales que ce qui en vaut la peine.
Une nouvelle étude a fait découvrir que l’interconnexion ou le suivi d'e-mails sociaux rend plus dépendant que l'alcool et les cigarettes. Difficile à croire, mais c'est ce qui a été rapporté. ''Mater ce que font les autres peu importe le peu d'intérêt'' est un gaspillage de temps à long terme. Mais c'est moins cher que la ''bibine'' et les cigarettes et pas aussi nocif.

Comment l'étude a été faite
L'étude a été menée par l'école de commerce Booth de l'université de Chicago. Ironiquement, Wilhelm Hofmann et l'équipe de recherche de Chicago se sont servis d'appareils BlackBerry pour suivre fréquemment les 205 participants de Wurtzburg en Allemagne. L'âge des participants s'échelonnait entre 18 et 85 ans.
On leur a demandé sept fois par jour pendant une semaine ce qu'étaient sur le moment leurs impulsions ou leurs désirs et la force de ceux-ci. Fumer et boire ne venaient pas du tout en tête. Prendre un temps de loisirs et se reposer ou dormir venaient en premier. Mais à la seconde place il y avait le désir de se rendre sur les médias sociaux, incluant Facebook, Twitter et les messages électroniques purement sociaux.

Cette forte envie de médias sociaux fait moins de dégâts ou est moins dangereuse à long terme que de nombreux autres vices. Mais ce peut être une perte de temps, sans aucun doute. À moins qu'une recherche de boulot, professionnelle, éducative ou intellectuelle ne soit impliquée.


En dehors de l'addiction, il existe d'autres inquiétudes concernant les réseaux sociaux


Mais même au sein de ces recherches plus sérieuses, il y a une autre raison pour s'inquiéter sur l'usage de Facebook ou Twitter. Socialement, observez ce que vous dites même si vous faites l'imbécile (''déconnez'') au sujet de thèmes chargés politiquement. 


Un jeune couple britannique a été détenu et interrogé pendant 12 heures à son arrivée à l'aéroport de Los Angeles, soupçonné d'arriver avec des intentions criminelles. Ces soupçons étaient basés sur deux tweets envoyés par Leigh Van Bryan. L'un d'eux était '' libre cette semaine, prêt pour un bavardage rapide avant d'aller détruire l'Amérique ?''
Il s'est avéré qu'il y avait eu une confusion sur l'usage du mot en argot britannique ''détruire'' (destroy), utilisé pour indiquer une fête à tout casser. Ce n'était pas un e-mail prolongé ou une série d'e-mails. Un seul et unique sur Twitter. Comment la TSA (Transport Security Agency) en a-t-elle eu connaissance ?

La Sécurité du territoire ou la CIA devaient attraper cette phrase au vol sur Twitter dans le cadre de leur surveillance de chaque personne, qui elle est et où elle va. La rumeur a dit que les agences de renseignements utilisent les réseaux sociaux comme technique bon marché et commode pour pister 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Il n'est pas nécessaire de tout lire sur chaque e-mail ou tweet envoyé par internet. Les agences de renseignements ont des logiciels pour identifier certains mots ou phrases-clé. Puis en un claquement de doigts on zoome sur le profil, surtout avec Facebook, ou sur l'adresse IP (IP = Internet Protocol) de celui qui a envoyé ces mots ou phrases.

Grâce au Daily Mail londonien qui a publié cet événement de l'aéroport de Los Angeles, ces rumeurs de théorie conspirationniste ont été confirmées. 



Traduit par Hélios

6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Bigre, il est pourtant bien dit que pour vivre heureux, il faut vivre caché ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. sympathiques ces canards, m'enfin un est blanc de colère de servir à l'autre de perchoir , non ?

    RépondreSupprimer
  4. Je n'avais pas tilté que l'image cygne /canard avait "rapport" avec les addictions aux réseaux sociaux !

    N.B. moins sympa au singulier le réseau social !

    RépondreSupprimer
  5. Je signale que la photo en bannière n'a rien à voir avec les articles publiés. Et je n'y ai mis aucune intention sexiste.

    RépondreSupprimer
  6. Moi je croyais qu'on parlait d'un autre type de canard : Le Daily Mail !!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.