vendredi 24 février 2012

Japon, 24 février 2012

Cette fois-ci, Ultraman était absent pour cause d'intoxication alimentaire...

Un magazine japonais fait du sensationnalisme : ''Un cancer de la thyroïde soupçonné chez deux enfants âgés de 4 et 7 ans''

L'un des plus importants magazines hebdomadaires, le Shukan Bunshun fait un article à sensation sur le récent sujet d'un ''cancer'' de la thyroïde chez des enfants qui ont évacué de Fukushima. Voyons si les médias dominants japonais et le gouvernement attaquent l'éditeur comme ''alarmiste'', comme ils l'ont fait pour les médias ''internationaux''.

L'article sortira dans le magazine du 1er mars. Ce qui suit est le peu que j'ai rassemblé sur des tweets, y compris la photo de l'article imprimé au Japon :
De sérieuses anomalies trouvées chez 11 évacués de la préfecture de Fukushima
des enfants de 4 et 7 ans auraient un ''cancer de la thyroïde''
des nodules et kystes médicalement impossibles...
Shunichi Yamashita, vice-président de l'université médicale de Fukushima a envoyé le message ''ne faites pas de test sur eux'' (Titre de l'article du magazine)
Article par ''Oshidori Maco'', comédien, qui a fait des articles sur l'accident de Fukushima depuis l'année dernière et particulièrement en soutien aux habitants d'Iitate-mura.
Une fillette de 7 ans avait un nodule de 8 mm sur la thyroïde. Le nodule comportait des micro-calcifications [ce qui peut être un signe de cancer]. Sa petite sœur de 2 ans avait aussi un nodule avec des micro-calcifications. Le médecin qui les a examinées a dit ''Je n'ai jamais vu quelque chose de ce genre''.

La fillette de 7 ans et son frère de 4 ans ont tous les deux évacué de Koriyama en Fukushima.

La fillette de 7 ans a subi par la suite un test sanguin, et on a déclaré le nodule ''bénin''.

2 enfants et 9 adultes ont été testés à Sapporo et on a soupçonné un cancer de la thyroïde. L'un d'eux, une femme adulte, a eu confirmation d'un cancer de la thyroïde et une opération chirurgicale est déjà programmée.

La règle pour les chercheurs japonais est qu'il est ''impossible pour des enfants de moins de 6 ans d'avoir des nodules de 5 mm ou plus'', mais le médecin qui les a examinés à Sapporo, dit ''Quoiqu'ils en disent, voici le résultat.''

Dans le cas de Tchernobyl, il a fallu 4 ans avant de voir apparaître des cas de cancers de la thyroïde. Le médecin de Sapporo est choqué par un début aussi rapide.

Un des médecins était en contact étroit avec le Dr Shunichi Yamashita de l'université médicale de Fukushima pour confirmer comment l'échographie de la thyroïde a été faite. Le Dr Yamashita a envoyé un email au médecin ''je demande que vous vous absteniez de leur faire des test de votre propre autorité.''

Le médecin a utilisé la même méthode de test que l'université médicale.
Le magazine n'a pas apparemment pas dit au médecin qu'il écrivait l'article et ce dernier a donné une conférence de presse pour manifester contre le magazine.

J'ai regardé la conférence de presse, mais après 10 minutes de conférence de presse décousue tout ce qu'il disait était qu'il devrait y avoir un système pour surveiller en permanence les thyroïdes des habitants de Fukushima. Donc ? De quoi se plaint-il avec l'article du Bunshun ?

  • La journaliste ne s'est pas identifiée comme journaliste du Shukan Bunshun. Elle ne lui a pas dit que l'article était sur le point d'être publié. Elle l'aurait dit à l'un des évacués qui l'a dit au médecin.
  • Le nombre de gens testés était différent.
  • Le Dr Shunichi Yamashita n'a pas dit une chose pareille.
  • Il voulait publier un article, mais maintenant que l'histoire est sortie il en est très malheureux.
  • La journaliste a donc enlevé sa chance au médecin de voir son article publié dans un magazine médical réputé. Elle serait apparemment venue en cachette dans l'un des meetings d'information que faisait le médecin avec les évacués de Fukushima sans dire qu'elle était journaliste du magazine. 

Kouta Kinoshita dit dans son blog que lui et plusieurs autres étaient au courant et essayaient de trouver un meilleur moyen de révéler l'information avec l'accord de toutes les parties impliquées. Il semble plutôt contrarié par le journaliste. Il cite aussi un expert de l'accident de Tchernobyl qu'il a consulté :

''A ce stade, on ne peut dire si c'est une tumeur maligne. Je pense personnellement que l'article du Bunshun est allé trop loin. Ce qu'on sait maintenant est qu'ils ont des tumeurs de nature inconnue. La croissance est rapide, et sans doute un dommage de santé venant de matériaux radioactifs. Je pense qu'on peut le ranger dans la catégorie des dommages causés par radiation, même si la grosseur est bénigne, parce qu'avant le 11 mars, une telle grosseur était impossible chez les enfants.''

D'autres disent qu'avant le 11 mars, personne n'a testé d'enfants avant 6 ans pour les problèmes de la thyroïde, il n'y a donc aucune donnée de base par où commencer.

Il semble que le Shukan Bunshun ait provoqué des choses hors de proportion et de ce fait soufflé les chances d'être publié pour ce médecin.

23.300 becquerels/kg de césium radioactif dans un mélange de terre humide et de feuilles mortes dans le parc Mizumoto de Tokyo

(Désolé, vous ne pouvez pas vous contenter de multiplier le nombre par 65 et le comparer aux taux d'évacuation pour Tchernobyl. Lisez  plus loin pour savoir pourquoi.)

Le parc métropolitain de Mizumoto se situe à l'est de Tokyo avec des taux élevés de radiations. La délégation du Parti Communiste de l'Assemblée métropolitaine de Tokyo, qui a fait le contrôle du taux de radiations à Tokyo très rapidement après la crise nucléaire, a publié le résultat du tout dernier contrôle dans l'un des parcs de la ville.

Il a été trouvé 23.300 becquerels/kg de césium radioactif dans un mélange de poussière et de feuilles mortes dans un endroit du parc Mizumoto à Katsushika-ku, à Tokyo (endroit n°4 sur le tableau posté ci-dessous)

La délégation a fait trois tests à cet endroit avec deux échantillons prélevés le 15 février. Un troisième test a été fait le 18 février en combinant les deux échantillons prélevés le 15 février et testés les 16 et 17 février.

Il peut être important de noter que la délégation du Parti Communiste a testé le 1er centimètre du sol et entre 1 et 2 cm du mélange terre et feuilles mortes. Les chiffres mesurés peuvent donc être plus élevés que les échantillons pris dans les 5 premiers centimètres, ce qui est la procédure normale dans les tests du gouvernement.

Pour transformer les ''becquerels/Kg'' en ''becquerels/m²'', il faut multiplier le chiffre des becquerels/kg par 65, mais cela ne s'applique que si la terre provient des 5 cm supérieurs.

D'après le site de la délégation du Parti Communiste de l'Assemblée métropolitaine de Tokyo :




Selon l'article du Yomiuri Shinbun (22 février), ''le ministère de l'éducation et de la science fixe des normes de radiations qui demande la décontamination lorsque les endroits qui sont mesurés à ''1 microsievert/h de plus que les zones environnantes'' et le bureau de l'environnement de Tokyo métropole dit ''qu'il n'y a pas besoin de décontaminer à cet endroit.''
Peu importe que la norme du ministère de l'environnement soit de 0,23 microsievert/h.

Les taux de radiations de surface et ceux de l'air à 1 mètre du sol dépassent tous 0,23 microsievert/h. Le taux de surface le plus élevé était de 1,54 microsievert/h et celui à 1 mètre était de 0,74 microsievert/h.

Avant l'accident nucléaire, le taux moyen de radiations à Tokyo était légèrement au-dessus de 0,03 microsievert/h. C'était le taux juste avant que quelque chose de très radioactif n'arrive de Fukushima le 15 mars, quelque chose entre 4 h et 4h59 du matin.

Ce que doit faire le gouvernement de Tokyo métropole est de gratter 1 cm de sol sous les arbres et buissons et d'enlever les feuilles mortes pour diminuer les radiations. Mais ils disent ouvertement qu'ils ne vont rien faire.

================


(Mise à jour de Kontan Bigcat sur Twitter : le coefficient multiplicateur de 65 ne s'applique qu'au sol prélevé sur 5 cm ET qu'avec une densité de sol (sec) de 1,3 gramme/cm3.)

3 commentaires:

  1. Merci pour ces traductions Hélios... D'ailleurs sur le lien que vous avez donné hier ( http://atmc.jp/plant/atmosphere/?n=2 ), le graphique indique maintenant une température de plus de 200°C dans le réacteur n°2. Doit-on supposer une anomalie du capteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai regardé sur le lien et je ne lis que 100° ! Ce qui est déjà pas mal.
      Tepco dirait que c'est une défaillance d'instrument, et comme le dit Trifouillax sur le site Gen4 :
      "nous allons bientôt arriver au point paradoxal où l'unité aura plus de thermocouples défectueux que de thermocouples en état de fonctionnement."

      Supprimer
  2. Merci Hélios.

    Bises a toutes et tous. Léa.

    RépondreSupprimer

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.