samedi 18 février 2012

Japon, 18 février 2012

Hier, c'était l'anniversaire d'Ultraman. Il ne dit pas quel âge il a...

BBC : La ville de Tokyo fortement recommandée pour les lunes de miel

D'après la section voyages de la BBC avec Lonely Planet (17 février), par Josey Miller :

Asie-Pacifique à budget élevé : Tokyo, Japon
Cette immense métropole est constamment rangée parmi les villes les plus chères au monde, mais depuis le séisme et le tsunami de mars 2011, Tokyo a besoin maintenant plus que jamais de vos dollars touristiques. Malgré sa réputation de prix élevés, le domaine culinaire est de tout premier ordre – Tokyo offre plus de restaurants étoilés dans le Michelin que Paris ! Pour démarrer, les snobs de sushis auront du mal à trouver de poisson plus frais qu'à Kyubey. Et pour goûter le bœuf de Kobe de signature japonaise, essayez Seryna – vous pouvez même trouver un menu en anglais. Restez pour au moins dix jours à l'hôtel panoramique Peninsula et choisissez mai quand la pluie et la chaleur ne sont pas excessives – mais que le soleil est régulièrement au rendez-vous.
Poisson frais, bœuf de Kobe...Fukushima n'existe pas dans l'esprit des gens de la BBC ; la mémoire a été vidée il y a longtemps, apparemment.

Le pylône de transmission de courant de la centrale de Fukushima est tombé parce qu'un tuyau de drainage n'a pas été installé quand le site a été préparé dans les années 60

Un ruisseau venant de la montagne coulait près du site du pylône de transmission de courant de la centrale. Ils ont déversé des masses de terre et comblé le ruisseau pour créer un remblai, et construit le pylône de transmission. Ils pensaient que l'eau coulerait naturellement en souterrain au niveau de l'ancienne surface. Et bien ce n'a pas été le cas.

D'après le Jiji Tsushin (17 février) :
Le pylône de transmission de courant pour les réacteurs 5 et 6 de la centrale est tombé parce que le remblai s'est effondré avec l'intense et longue secousse du méga-séisme. À la fin des années 60 un ruisseau de la montagne voisine a été comblé mais un tuyau de drainage n'a pas été installé. TEPCO a rapporté les découvertes à la NISA le 17 février.

Les réacteurs 5 et 6 ont perdu l'alimentation en courant extérieur quand le pylône est tombé et que les câbles électriques ont été sectionnés. Mais l'un des groupes électrogènes de secours fonctionnait et les réacteurs ont été refroidis. Pour les réacteurs 1 à 4, l'autre tour et les câbles sont restés intacts, mais l'équipement pour la distribution de courant et les groupes électrogènes de secours ont été endommagés par le tsunami, causant une perte complète du courant pour les systèmes de refroidissement.

Selon le rapport, la plus forte secousse près du pylône s'est produite à 14h48 le 11 mars. À 14h49, le pylône est tombé et les câbles électriques ont été sectionnés. Selon le plan de 1966, il y avait un ruisseau coulant vers le site du pylône de transmission. Après qu'un remblai ait été construit, le ruisseau est devenu souterrain. Le ruisseau souterrain a ensuite coulé à environ deux mètres au-dessus de l'ancien niveau, en traversant le remblai.

Matsumoto a expliqué à la conférence de presse, ''Quand le ruisseau a été comblé, nous supposions que l'eau souterraine coulerait le long du niveau de l'ancienne surface.''

L'entreprise générale qui a construit la centrale est Kajima, qui aurait dû mieux s'y connaître. L'entreprise était, et est toujours, la première et seule entreprise japonaise pour les gros projets de génie civil. Je serai indulgent avec eux parce que construire quelque chose qui résiste à un séisme de magnitude 9 est pratiquement impossible.


Le rapport de TEPCO à la NISA est seulement en japonais et il n'est pas sûr que la NISA en donne la traduction en anglais.

Le rapport dit que le pylône est tombée 30 secondes après une accélération maximum.

D'après le rapport, on dirait un grand arbre coincé dans le pylône :




Deux séismes touchent exactement le même endroit de Chiba à 16 minutes d'écart

Premier séisme

13h59PM, le 18/2/2012
lat. 35.6N., long. 140.1E.
Profondeur10 kilometers
Magnitude 3.8
Deuxième séisme
14h15, le 18/2/2012
lat. 35.6N., long. 140.1E.
Profondeur 10 kilometers
Magnitude 4.2
L'endroit est au nord-ouest de Chiba. (pas loin de Tokyo)
Je ne connais pas assez les statistiques pour commenter la probabilité de deux séismes survenant exactement au même endroit à 16 minutes d'écart.

Plus d'infos sur la mystérieuse poussière noire de Minami Soma : le spectre d'analyse du Pr Yamauchi, et détection de radiations alpha élevées par une ONG

Le schéma avec les données sur la poussière noire contenant 1 million de Bq/kg de césium radioactif, tel que mesuré par le Pr Yamauchi, de Naoya Fujiwara :



Le membre de l'assemblée Koichi Ooyama dit qu'il a simplement apporté un échantillon dans un laboratoire de Minami Soma au lieu d'attendre que les officiels de la ville reviennent au travail le lundi. Le résultat, présenté sur son blog, était :
terre sèche
détecteur de germanium semiconducteur pendant 600 secondes
718.000 becquerels/kg [de césium radioactif]
Marge d'erreur 10%
Il dit que l'échantillon provenait d'un endroit différent de celui testé par le Pr Yamauchi. Ooyama dit qu'il donnera une conférence de presse à 11 h le lundi 19.

Dans son blog, Ooyama mentionne l'institut d'isotopes OPCOM. C'est une branche d'une ONG nommée HCR (Heart Care Rescue) qui a soutenu fortement les gens pendant la catastrophe de mars. 

La page Facebook de HCR a une autre information sur les niveaux de radiations de surface pour cette substance mystérieuse :


(Tweet qui vient d'être supprimé) Contrôle d'urgence par l'institut d'isotopes OPCOM, branche spéciale de HCR, sur la découverte de ''poussière noire''. Dans un parking d'immeubles d'un projet d'habitations de Minami Soma, les mesures donnaient :
γβα61.321μSv/h
γ
β15.622μSv/h
ce qui donne : α: 45.699μSv/h
Si ceci se trouve aux mêmes immeubles dont parlait le blogger ''Nuit sans fin'', alors des gens, dont des enfants, ont vécu là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.