jeudi 16 février 2012

Japon, 16 février 2012

214.200 Bq de césium radioactif dans des graviers de Namie-machi

Souvenez-vous de l'immeuble radioactif de Nihomatsu, où les fondations de béton contenaient du gravier supposé radioactif provenant d'une carrière de Namie-machi, en bordure de la zone interdite.

La préfecture de Fukushima a enfin publié les données sur la radioactivité des graviers, et c'est vraiment élevé. Une expertise par le gouvernement préfectoral et le ministère de l'économie est toujours en cours, dans l'effort d'identifier le niveau de radiation sortant du béton où il y a ces graviers. Bonne chance.

Jiji Tsushin (15 février) :

…La préfecture de Fukushima a aussi annoncé le résultat de l'expertise de la carrière menée le 20 janvier. Les graviers pour béton stockés à l'extérieur dégagent un maximum de 120.200 becquerels/kg de césium, alors que les graviers utilisés comme matériaux de soubassement pour les chaussées en contiennent 214.200 becquerels/kg.
(Au moins) 7 tonnes de pierres (pour l'extérieur des bâtiments) provenant de la préfecture de Fukushima ont été vendues à Tokyo l'année dernière, comme je l'ai rapporté dans mon post du 22 janvier. Je n'ai pas entendu parler de ce qu'il en est advenu.

Des experts en nucléaire d'Allemagne, de Grande-Bretagne, de France, du Japon visitent Taïwan pour passer en revue les installations nucléaires

Des experts de l'association mondiale des exploitants nucléaires (en anglais WANO) inspectent les centrales nucléaires de Taïwan sur la requête de la société Taipower, propriété de l'état.

D'après Focus Taïwan (15 février) :
Taipei, 15 février – Quatre experts étrangers en énergie nucléaire sont en visite à Taiwan pour passer en revue les installations locales nucléaires mais ils n'ont pas encore fait de suggestions d'amélioration, a dit mercredi Taipower.
''Les experts sont arrivés à Taipei le 6 février d'Allemagne, de Grande-Bretagne, de France et du Japon, respectivement, et ont prévu de rester jusqu'au 18 février, a déclaré le porte-paroles de Taipower, Lee Hung-chou.

En tant que membre de l'association mondiale des exploitants nucléaires (WANO), Taipower est autorisé à demander une mission de soutien à l'organisation basée à Londres, a dit Lee. 

Taipower peut solliciter jusqu'à 4 missions de soutien de WANO par an car il possède quatre centrales nucléaires, a dit Lee, ajoutant que la société a sollicité deux fois une telle mission l'année dernière.
Taipower a pratiqué de sérieux contrôles de sécurité et pris des mesures pour renforcer la sécurité de ses centrales nucléaires après la catastrophe de Fukushima et Lee a dit que les experts étaient invités à passer en revue ces nouvelles mesures.

Ces derniers jours, l'équipe de Taipower a emmené les 4 experts dans 3 centrales nucléaires en service, la quatrième étant en construction. 

Selon un accord de confidentialité bilatéral, Taipower ne peut révéler aucune opinion ou suggestion exprimée par les spécialistes de WANO sans le consentement express de l'organisation. 

''Les experts sont toujours en train de faire leur inspection, ils n'ont pas fait de suggestion définie,'' a dit Lee, ajoutant que Taipower dévoilera le contenu de leur rapport final une fois obtenu l'accord de WANO.
Voici une photo de la centrale nucléaire n°3 de Taipower, juste sur la plage populaire de Nanwan où les touristes peuvent nager dans l'eau de décharge de la centrale nucléaire (photo apparue dans un magazine en 2008, dans un article intitulé ''Des nageurs qui plongent dans l'eau de refroidissement du réacteur nucléaire'')



C'est très mignon avec les éoliennes. Belles collines de sable. Pas de problème ! disent les habitants.


Haruki Madarame : ''Aucun souvenir de la première semaine après l'accident parce que je ne pouvais dormir''

Le directeur de la NISA dit que dans les premiers jours de l'accident il ne pouvait être d'aucun secours au premier ministre parce qu'il était spécialiste en arts libéraux.

La commission indépendante d'investigation sur l'accident nucléaire de Fukushima mise en place par la Diète japonaise obtient des réactions intéressantes (ou des excuses devrai-je dire) de la part d'officiels chargés de la politique du nucléaire japonais qui a aussi supervisé la réponse initiale du gouvernement pour l'accident.

La commission a tenu sa 4ème audition le 15 février, qui a été diffusé sur le net en direct. La suite est ce qui a été rapporté dans les médias sur l'audition, comme tweeté par la commission :

D'après le Sankei Shinbun (15 février) :

Concernant les avis donnés au premier ministre et autres activités durant les premiers jours de l'accident, M. Madarame a dit, ''Je n'ai pas dormi pendant plus d'une semaine, et je ne me souviens de presque rien. Il n'y avait que deux lignes terrestres où je me trouvais, et il n'y avait pas de signal de téléphone portable. Les avis que j'aurai pu donner étaient limités.''

M. Terasaka [qui était alors directeur de la NISA] a dit, ''Je suis spécialiste en arts libéraux. J'ai donc délégué les relations avec le premier ministre à mon subordonné qui était spécialiste en sciences.''

Quant aux directives de sécurité pour la centrale concernant la préparation au tsunami et la panne de la station, M. Madarame s'est excusé en disant ''Je dois admettre qu'il y a eu des lacunes. Je souhaite m'excuser.'' Concernant la raison pour laquelle les directives n'ont pas été améliorées, Madarame a dit, ''Des normes de sécurité peu strictes sont proposées par les exploitants de centrale et les agences de régulation ne les considèrent que comme de simples formalités. Avec l'approbation du gouvernement national, elles sont considérées comme sûres, et il n'y a pas d'incitation pour que les exploitants améliorent la sécurité. C'est un cercle vicieux.'' Il a dit aussi, ''Le système dans ce pays est établi pour que les gens passent beaucoup de temps à faire des excuses pour n'avoir rien fait, et la prise de décision ne se fait pas sans une opposition.''
Il dit la vérité sur ce point.

Plus d'un million de becquerels/kg de césium radioactif dans la mystérieuse poussière noire de Minami-Soma

Un membre de l'assemblée de Minami Soma, Koichi Ooyama, révèle le résultat du test fait sur la mystérieuse poussière noire découverte dans des endroits de Minami Soma, préfecture de Fukushima.

Un blogger dont j'ai déjà parlé auparavant, ''Nuit sans fin'', a mesuré les radiations de l'étrange poussière noire retrouvée à de nombreux endroits de Minami Soma, la plupart du temps à la surface des routes. Son compteur Geiger mesure toutes les radiations alpha, beta, et gamma et aussi les rayons X et sa mesure à la surface de cette poussière noire a été de 295 microsieverts par heure.

Ooyama, membre de l'assemblée, a envoyé apparemment un échantillon au professeur Tomoya Yamauchi de l'université de Kobe. Le Pr a fait le test et voici le résultat, d'après le blog de Ooyama :

Cs-134: 485,252 Bq/kg
Cs-137: 604,360 Bq/kg

TOTAL: 1,089,612 Bq/Kg
En convertissant les chiffres totaux en Bq/m²
1,089,612 × 65 = 70,824,780 Bq/m2


''Nuit sans fin'' dit dans son blog que cette substance est très légère et s'envole facilement. Il la trouve partout dans Minami Soma. Il a demandé aux ouvriers de construction si cela provient de l'asphalte utilisé pour les routes. Les ouvriers disent que non. Pour voir d'autres photos de cette poussière noire, allez ICI.

''Nuit sans fin'' dit qu'il a alerté la mairie et M. Ooyama indique qu'il y aura une réunion avec les officiels de la ville sur cette découverte.

10 commentaires:

  1. Trouvé dans un coin-coin de mon ordinateur et histoire de soulever une vaguelette de noble indignation des dames canes et cannettes sous forme de devinette.

    Qui a écrit :
    « L’eau sur le canard marque mieux que la souillure sur la femme » ?

    Et que ceci ne dégénère pas en conflit…de canard.

    RépondreSupprimer
  2. Moins léger

    « Menace d’un fort séisme à Fukushima

    La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi 1, largement détruite par les explosions qui ont suivi le tsunami du 11 mars 2011, reste sous la menace d’un nouveau tremblement de terre de forte magnitude. Tel est le résultat d’une étude publiée le 14 février 2012 dans Solid Earth, une revue de la European Geosciences Union (EGU). Les scientifiques ont analysé les répliques du séisme de magnitude 9 sur l’échelle de Richter qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 et engendré le tsunami qui a dévasté plusieurs régions côtières, fait plusieurs dizaines de milliers de victimes et inondé la centrale de Fukushima Daiichi 1. L’épicentre de ce séisme se trouvait à 160 km de la centrale. Selon les chercheurs, un nouveau tremblement de terre pourrait se produire “dans un futur proche” à une distance beaucoup plus faible ».

    Suite sur slate.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Korrigan, j'ai traduit ce texte hier...

      Quant à la citation, elle est de Jean Giraudoux, dans "La guerre de Troyes (pardon Troie) n'aura pas lieu".
      Bises

      Supprimer
    2. Voici une photo de la centrale nucléaire n°3 de Taipower, juste sur la plage populaire de Nanwan où les touristes peuvent nager dans l'eau de décharge de la centrale nucléaire (photo apparue dans un magazine en 2008, dans un article intitulé ''Des nageurs qui plongent dans l'eau de refroidissement du réacteur nucléaire'')

      On fait plus fort que les japonais ! non mais !
      Le rejet des effluents radio actif de la Hague se jette en mer directement sur la plage !
      Des gosses s'amusent avec leur sceau et leur pelle sur le tuyau de rejet!
      Oui et alors ! aucun gosse n'est mort de mort violente a califourchon sur ce foutu tuyau !
      Conclusion style Japon : ce n'est pas nuisible pour la santé !!!!
      Bé .......

      Supprimer
  3. Merci pour ces traductions

    RépondreSupprimer
  4. Ma chère Hélios respect.
    Jamais tu ne seras "La folle de Chaillot" de cet immense Giraudoux.

    Et nos aimables élucubrations ne changeront hélas rien au probable destin de nos amis Japonais.

    Bises des neiges.

    RépondreSupprimer
  5. Hello,

    Merci. Fière de toi, tu peux être. Informatrice généreuse. :)

    Belle soirée, Léa.

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir tout le monde,
    Cette poussière noire me fait penser à de la suie non?
    Comme celle que l'on trouve dans les brûleurs de chaudière!...

    RépondreSupprimer

  7. Non ! c'est celle qui occupe le cerveau quand on bosse "alanasa". Je ne mets que 2 liens mais il y a 5 vidéos.
    http://www.youtube.com/watch?v=pNPNifqh2Ik&feature=context&context=C366601aUDOEgsToPDskLWLICerzdTHFlstpTBWPk_
    http://www.youtube.com/watch?v=AXgdYMSqceA&feature=context&context=C366601aUDOEgsToPDskLWLICerzdTHFlstpTBWPk_
    Qui disait "rien de changé sous le soleil" ? Voilà peut-être de quoi réchauffer la Camargue...

    RépondreSupprimer

  8. bis
    P.S.
    En fait on est le 17 et il est 02 H 03 (pour la maintenance... merci

    RépondreSupprimer

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.