lundi 13 février 2012

Japon, 13 février 2012

D'abord, on retourne sur les problèmes de température, qui grimpe toujours.

La NISA sur la température du réacteur 2 : pas un problème

(Mise à jour : le tout dernier relevé est de 89,6°C à 5 h le 13 février)
Comme il semble probable que ce soit un défaut d'instrument.

Yomiuri Shinbun (12 février) :

Alors que la température au fond du RPV du réacteur 2 a dépassé 80°C, qui est la limite supérieure dans les directives de sécurité, Yoshinori Moriyama de la NISA a fait une conférence de presse sur le sujet dans la soirée du 12 février et a dit ''Le réacteur dans son intégralité est bien refroidi. Il n'y a pas de changement dans la quantité de matériaux radioactifs libérés, et il n'y a pas de problèmes de sécurité'', partageant la vision de l'agence qu'il n'y avait pas besoin de changer le statut ''d'état d'arrêt à froid'' que le gouvernement national et TEPCO avaient déclaré en fin d'année dernière.

Selon la NISA, il n'y a qu'un thermomètre sur tous ceux présents qui montre une tendance à la hausse et la température fluctue largement, ce qui a conduit à suspecter que ce peut être un défaut dans l'instrument. La NISA a émis une instruction verbale à TEPCO le 12 février pour qu'il présente un rapport à l'agence concernant les méthodes de mesure des températures du RPV, et comment gérer les thermomètres en mauvais état à la lumière des directives de sécurité.
Souvenez-vous juste que la NISA a du personnel de l'industrie nucléaire et de la distribution d'électricité en congé.

Pour la défense de TEPCO, malgré tout, la déclaration d'état d'arrêt à froid qui se moque du monde (même du Japon, surprise) a été faite par le premier ministre du Japon dont l'intérêt semble être plus aligné avec la communauté ''mondiale'' qu'avec les sujets incroyablement orwelliens du Japon. TEPCO s'y est rallié, c'est sûr.


Température du fond du RPV du réacteur 2 : 89,6 °C à 5 h le 13 février
(Mise à jour : le tout dernier chiffre est de 91,2°C à 10h le 13 février)

==========================

Avec presque 18 tonnes par heure d'eau injectée, la température n'a même pas baissé un petit peu. Elle reste élevée à 89,6°C au fond de la cuve sous pression, mais nous ne sommes pas supposés nous inquiéter. Ce c'est qu'un défaut de matériel comme nous l'ont assuré TEPCO  et la NISA. 


D'après les paramètres de la centrale par TEPCO, le 13 février :


  
Fond du RPV du réacteur 2 à 91,2°C (conférence de presse de TEPCO à 11h le 13 février)

(Mise à jour : 94,9°C à midi le 13 février. Défaut d'instrument le plus probable, dit TEPCO)

================================================

Température au fond du RPV du réacteur 2 (69H1) :
13/2 à 5h : 89,6
13/2 (j'ai raté l'heure, je pense que Matsumoto a dit 10h) : 91,2

Cela ne répond pas à une augmentation d'injection d'eau (environ 18 tonnes par heure). La température des deux autres emplacements (69H2, 3) descend. Donc c'est un défaut le plus probable, a conclu Matsumoto.

 
TEPCO va conserver la même quantité d'eau injectée. Pas de plan pour en changer pour l'instant.

Q : l'augmentation régulière de la température ne ressemble pas à une défaillance d'instrument.
R : nous voulons enquêter si une telle défaillance est possible quand la température augmente à petits coups.

De nombreux journalistes, très peu de questions, et la conférence de presse est finie en moins de 30 minutes.

Matsumoto a dit que la température peut changer parce qu'ils font des tests de l'instrument.

La donnée de température n'est pas encore mise à jour sur le site de TEPCO ;

Mise à jour : températures horaires au fond du réacteur 2, les toutes dernières.



Température du fond du RPV du réacteur 2 : 94,9°C à midi, le 13 février

10h : 91,2
11h : 93,7
12h : 94,9 (Mainichi Shinbun)

Le Mainichi n'a pas grand-chose à rajouter à ce que j'ai déjà rapporté précédemment. Le plus certain est une défaillance d'instrument, disent TEPCO et la NISA.

La mesure de la température à midi doit avoir été dévoilée pendant la conférence de presse faite par la NISA après celle de TEPCO. Il n'y a pas eu mention de la température à midi, car la conférence de presse a été brève et terminée à 11h30.

Il y a des ingénieurs en nucléaire et des experts qui doutent de cette conclusion anticipée d'une défaillance d'instrument. J'écrirai un article là-dessus plus tard une fois que je l'aurai compris moi-même.


Conférence de presse de TEPCO dans la soirée du 13 février, Matsumoto dit que le thermocouple est défaillant
Le thermocouple* du RPV du réacteur 2 qui a augmenté semble être finalement cassé (ou autre chose...)


* Voici ce que j'ai trouvé sur les thermocouples :
http://www.nuclinfo.com/t/2010528msn.htm

15 h : 285,4°C
16 h : 260,9°C
17 h : 275,9°C

Capture d'écran de la conférence de presse : 



La dernière fois que ce thermocouple particulier est monté à ce niveau, c'était en mars 2011. 


TEPCO était en train de mesurer la résistance électrique du thermocouple avant une brusque montée de la température à 285° à 15h.
Résistance entre 500 et 530 ohm.
L'instrument est totalement défaillant, dit Matsumoto.


Intéressante question d'un journaliste : allez-vous tester les deux autres thermocouples au fond du RPV ?
R : Non.
Yomiuri : est-ce de mesurer la résistance qui a cassé le thermocouple ?
R : nous ne savons pas pourquoi la température a fait un bond après que nous ayons fini la mesure. 

Yomiuri: Savez-vous quand ce thermocouple s'est cassé ?
R : jusqu'à fin janvier, il montrait au moins les mêmes tendances que les deux autres. Nous voulons faire une comparaison soigneuse avec les deux autres thermocouples.

===========================
Le Jiji Tsushin dit que juste avant 15 h, la température était de 342,2°C.

===========================

Q : qui a décidé que le thermocouple était cassé ? Le fabricant a-t-il été consulté ?
R : TEPCO  a décidé. Nous avons de l'expérience dans la maintenance d'un thermocouple. (Matsumoto semble très irrité)

Q : Y-a-t-il une possibilité pour qu'un thermocouple montre une température plus basse qu'en réalité et donc qu'il soit cassé ?
R : Si ce thermocouple était correct, il y aurait d'autres thermocouples qui montreraient une température plus élevée. Les autres températures sont à la baisse. Nous pensons donc que ce thermocouple particulier est cassé. 


Q : la température est montée début février - était-ce en lien avec une défaillance d'instrument comme aujourd'hui ?
R : Nous le pensons. Mais nous ne savions pas à ce moment-là si c'était réellement une augmentation de température ou une défaillance d'instrument. La température n'a pas baissé après augmentation d'injection d'eau. 

Q : Est-il fiable de juger d'une ''recriticité'' grâce au xénon-135 ?
R : Nous pensons que c'est un indicateur fiable.

Q : à quel moment les 342,2°C ont-ils été enregistrés ?
R : Nous avons fini le test à 2h54. Ce doit donc être entre cette heure-là et 3h. Nous devons contrôler.



Ouf, fini, semble-t-il pour l'histoire du thermocouple. Les autres infos sur une nouvelle page.

3 commentaires:

  1. Et pendant ce temps là, en France, nos experts nucléaires... et leurs conclusions. Bcp de travail pour les pondre, celles là.


    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/02/13/des-experts-deconseillent-la-fermeture-prematuree-de-centrales-nucleaires_1642443_3234.html

    Cassandre

    Mais où sont passés Titi, Cat, Chantal (je crois avoir vu qu'elle était très occupée avec son déménagement), David, Narf ? Des nouvelles, des nouvelles; un petit coucou, au moins.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Cassandre,
    Je crois qu'en dehors de Chantal qui déménageait ce week-end et ne retrouvera internet que dans quelques jours, les autres viennent sur le blog, mais ne commentent pas. Je reçois des mails de David et Narf, ils sont en vie :-)

    Je leur fais un coucou aussi et les embrasse et toi aussi

    RépondreSupprimer
  3. Bises Hélios

    et bonne journée

    RépondreSupprimer

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.