lundi 13 février 2012

Japon, 13 février 2012, suite

Les 17 réacteurs de TEPCO seront hors service le 26 mars 2012

Comme le réacteur 6 de la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa va se retrouver en maintenance programmée, tous les 17 réacteurs exploités par TEPCO seront hors service le 26 mars 2012.


Fin avril, les 54 réacteurs commerciaux japonais seront hors service, à moins que Kansai Electric se débrouille pour obtenir la permission de redémarrer sa centrale de Ooi.

Depuis l'automne dernier, il n'y a pas eu  de pannes localisées, ni de rationnement d'électricité au Japon. Même les officiels du gouvernement ont admis que les pannes localisées et le rationnement juste après le séisme/tsunami/accident nucléaire étaient ''une expérience'' et une leçon pour apprendre aux japonais l'importance de l'énergie nucléaire.

Le besoin du Japon en électricité n'est pas moindre en hiver qu'en été par les temps qui courent, car la plupart des foyers et des entreprises se sont rendus dépendants de l'électricité pour le chauffage après des décennies de campagnes par les compagnies d'exploitation poussant à ''une maison tout-électrique''. Rétrospectivement, cette incitation était pour inciter à davantage de centrales nucléaires.


D'après Market Watch (9 février) :

TEPCO  a dit jeudi qu'il suspendrait les opérations sur le réacteur 6 de la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa dans la préfecture de Niigata le 26 mars pour un contrôle périodique, centrale qui fera partie des 17 réacteurs hors service, a rapporté le Kyodo News.

Le réacteur 6 avec une puissance de 1356 millions de kilowatts est le dernier à être suspendu sur les 7 réacteurs de la centrale.


Ce sera la première fois que toutes les 17 unités seront arrêtées depuis la période entre le 15 avril et le 6 mai 2002, où elles ont été suspendues après le tollé public sur des révélations que TEPCO avait caché des problèmes sur ces centrales nucléaires.

Sur les 7 réacteurs de la centrale de Kashiwazanaki-Kariwa, les réacteurs 1, 2, 3 et 4 ainsi que le 7 ont été suspendus en raison de contrôles périodiques et d'un séisme en 2007 qui avait gravement endommagé la préfecture et son voisinage.

Le 25 janvier, TEPCO a suspendu le réacteur 5 pour un contrôle périodique, laissant le seul réacteur 6 en service.

TEPCO dit qu'il veut redémarrer les opérations des 7 réacteurs par étape, au début de l'année fiscale 2013 ou plus tard.


Mais le gouverneur de Niigata, Hirohiko Izumida, a dit que les facteurs ayant entraîné la crise de 2011 aux 6 réacteurs de la centrale Daiichi doivent être examinés et identifiés avant que les 7 soient autorisés à redémarrer. La centrale proche Daini également exploitée par TEPCO, possède 4 réacteurs.

Parmi les 54 réacteurs commerciaux japonais, seuls deux seront en fonction – le n°3 de la centrale de Tomari à Hokkaido et le n°3 de la centrale de Takahama dans la préfecture de Fukui. Les deux seront hors service fin avril pour contrôles réguliers.

1 commentaire:

  1. « Depuis l'automne dernier, il n'y a pas eu de pannes localisées, ni de rationnement d'électricité au Japon. Même les officiels du gouvernement ont admis que les pannes localisées et le rationnement juste après le séisme/tsunami/accident nucléaire étaient ''une expérience'' et une leçon pour apprendre aux japonais l'importance de l'énergie nucléaire. »

    Expérience ? Leçon ? Mon c.l !!! Cela s’appelle de la manipulation : « Vous voyez bien peuple borné, que l’électricité nucléaire est indispensable ! »
    C’est inqualifiable, je n’ai pas de mots assez durs pour nommer cette attitude d’un gouvernement.
    Au fait, ne devions-nous pas nous attendre, cet hiver, en France, à des coupures d’électricité à cause de l’arrêt de centrales nucléaires en Allemagne ?

    « Le besoin du Japon en électricité n'est pas moindre en hiver qu'en été par les temps qui courent, car la plupart des foyers et des entreprises se sont rendus dépendants de l'électricité pour le chauffage après des décennies de campagnes par les compagnies d'exploitation poussant à ''une maison tout-électrique''. Rétrospectivement, cette incitation était pour inciter à davantage de centrales nucléaires. »

    Tiens, ça me rappelle quelque chose… Japon, Tepco… France, EDF…Tous à mettre dans le même panier.

    RépondreSupprimer

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.