mardi 7 février 2012

Guerre à vendre...

Un excellent texte dans toute son horreur de Bernard Pinon, trouvé via "Au bout de la route"

Guerre à vendre

Rappelez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps. Un infâme despote, pourtant démocratiquement élu, faisait la une des journaux. 
"Si vous n'allez pas à la démocratie, la démocratie viendra à vous"



Il oppressait une minorité ethnique, tirait sur son peuple, muselait la presse et tenait son pays d’une main de fer en jouant sur le nationalisme le plus ranci. On parlait de charniers, de crimes de guerre quand ce n’était pas contre l’humanité. Les droits de l’homme étaient bafoués. On voyait des images atroces de massacres en boucle à la télé. Des associations humanitaires tiraient le signal d’alarme et évoquaient le « droit d’ingérence ». On monta à la tribune de l’ONU pour réclamer une intervention militaire. Et justement, ça tombait bien, l’OTAN avait dans sa boutique un plan d’action tout prêt.

Bizarrement à cette époque la presse non occidentale faisait entendre une histoire très différente, mais ce n’était là bien entendu qu’une propagande de pays alliés au tyran. Très vite, l’opinion se rallia à la nécessité d’une opération militaire dans un but humanitaire. On détruisit donc les infrastructures du pays avec des bombes humanitaires, et on découvrit à cette occasion une nouvelle expression : les « dégâts collatéraux ». Quelques milliers de morts humanitaires plus tard, le pays fut envahi et occupé humanitairement, et le tyran fut trainé devant un tribunal pénal international avec des chefs d’accusations couvrant des milliers de pages. Justice allait pouvoir être faite, et on montra des scènes de liesse à la télévision. La démocratie était en marche et un candidat pro-européen et libéral était en tête de course. Mission accomplie, et on pensa à autre chose.

Mais les juges devant lesquels le tyran se présentait, au lieu de considérer la condamnation comme allant de soi, se mirent, quelle drôle d’idée, à vérifier les chefs d’accusation. Pendant des années, ils convoquèrent des dizaines de témoins, épluchèrent des milliers de pages de documents, écoutèrent attentivement les arguments de la défense, et se retrouvèrent devant une situation bien gênante, car aucune des accusations portées sur le tyran n’était fondée. La seule conclusion possible était de reconnaître l’innocence de l’accusé malgré le risque de scandale que cela pouvait entrainer. Fort heureusement, Milosevic eut l’élégance de mourir avant la fin du procès. Certaines mauvaises langues dirent même qu’on l’avait un peu aidé.

Cela aurait pu, cela aurait dû faire la une des journaux, entrainer un débat : comment avait-on pu être berné à ce point ? Mais non. Après tout, le pays avait rejoint le giron européen et découvrait les joies du libéralisme donc tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. 

Et déjà, un nouveau méchant du jour faisait la une des journaux.

La suite, ICI

6 commentaires:

  1. Superbe article, à lire en entier!

    Y'a pas quelqu'un avec une voix qui passe bien qui voudrait enregistrer se texte en mp3 ou autre, j'ai bien envie de faire une petite video de ce texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, tu veux une voix féminine ou masculine?

      Techniquement parlant, comment on fait un mp3 ou autre ?

      Il y a matière à illustrer ce texte...

      Supprimer
    2. Salut Helios, ben, n'importe pour la voix, du moment que la personne ne "lit" pas le texte, mais plutot "raconte" une histoire (celle du texte)...
      Pourquoi? Tu est interressé?

      Pour faire un enregistrement, il suffit simplement d'enregistrer normalement avec le "magnetophone" de ton systeme d'exploitation (je pense que tu doit avoir ça sur linux??) et de sauvegarder.... Puis d'envoyer par mail si c'est pas trop gros. Enregistré en plusieurs fois ne pose pas de probleme aussi si la qualité d'enregistrement ne change pas entre les sequences...

      Supprimer
  2. The Battle of Oakland
    http://vimeo.com/36256273

    RépondreSupprimer

Les commentaires à visée publicitaire sont supprimés.