mardi 31 janvier 2012

Le coût du nucléaire en France

Le rapport de 400 pages de la Cour des Comptes est publié aujourd'hui. Il avait été demandé l'année dernière par des ONG anti-nucléaires.

Source : Le Point.fr



La Cour des comptes a chiffré mardi à 228 milliards d'euros les investissements dans l'électricité nucléaire en France tout en évoquant des incertitudes importantes quant aux coûts futurs de la filière, mais qui n'agiront qu'à la marge sur une addition appelée à grimper. D'après ce rapport de près de 400 pages, qui avait été commandé l'an dernier par le gouvernement après la catastrophe de Fukushima, les investissements publics et privés réalisés depuis le début dans la filière française d'électricité nucléaire, d'un montant colossal, sont néanmoins bien "identifiés", avec une addition "toutes dépenses confondues" évaluée à 228 milliards.


Le montant total de la construction des installations nécessaires à la production d'électricité nucléaire est chiffré à 121 milliards d'euros (hors coût de Superphénix), et le parc actuel, composé de 58 réacteurs dont les plus anciens (Fessenheim 1 et 2) sont entrés en service en 1978, a coûté, à lui seul, 96 milliards. Les dépenses de recherche publiques et privées depuis les années 1950 sont de leur côté évaluées à 55 milliards, soit environ un milliard par an.

Charges futures incertaines

La Cour prévient par ailleurs que les charges futures assumées par les opérateurs sont très incertaines "par nature", du fait de multiples inconnues liées au démantèlement des installations nucléaires et à la gestion à long terme des déchets radioactifs, par manque d'expérience et parce que certains choix ne sont pas encore arrêtés. D'où des risques d'augmentation "probables". Cependant, elle souligne que l'éventuelle augmentation de ces charges aura un impact bien moindre sur le coût global de la production d'électricité nucléaire que l'évolution des dépenses de maintenance des installations, dont le montant annuel moyen va au minimum doubler sur la période 2011-2025 par rapport à 2010.


Enfin, sans vouloir entrer dans le débat autour de la part du nucléaire dans la palette énergétique nationale, la Cour a prévenu que le non-prolongement des réacteurs d'EDF au-delà de 40 ans nécessiterait "un effort très considérable d'investissement équivalant à la construction de 11 EPR d'ici 2022", ce qui lui paraît "très peu probable, voire impossible".

*******************************************

Nucléaire/coût: le gouvernement réitèrera la démarche de la Cour des comptes

Source : Romandie News

PARIS - François Fillon a salué le rapport remis mardi par la Cour des comptes sur le coût du nucléaire et promis que le gouvernement reprendrait désormais régulièrement à son compte cet exercice de transparence.

La Cour des comptes a publié mardi un rapport sans précédent sur l'ensemble des coûts liés à la production d'électricité nucléaire en France, pointant des incertitudes sur les charges futures mais qui n'agiront qu'à la marge sur une addition appelée de toute façon à grimper.

Ce rapport, demandé par le gouvernement après la catastrophe nucléaire de Fukushima (Japon) en mars 2011, constitue une première référence mondiale depuis la construction du parc électro-nucléaire français, a salué le Premier ministre dans un communiqué.

Rappelant les conclusions de la Cour, qui a évoqué une appréhension correcte des coûts, passés et actuels de la filière, en dépit d'incertitudes sur les coûts futurs, M. Fillon a demandé à la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, de procéder aux audits correspondants et aux évaluations complémentaires nécessaires.

Les choix sur la durée de fonctionnement des centrales nucléaires ou la construction de nouveaux réacteurs revêtant un caractère stratégique et déterminant sur les coûts de la filière, ils seront précisés dans le cadre de la programmation pluriannuelle des investissements (PPI) élaborée à partir de l'été 2012, ajoute le communiqué de Matignon.

Selon M. Fillon, qui a critiqué à de multiples reprises le choix du candidat socialiste François Hollande de réduire la part du nucléaire, ces choix auront des conséquences sur la progression, au cours des prochaines années, des tarifs de l'électricité pour les ménages. Un examen attentif global des choix en matière électrique sera indispensable dans les domaines de la production, du transport et de la distribution, estime-t-il.

Afin que l'exercice de transparence effectué par la Cour se poursuive, le gouvernement a décidé de le reprendre à son compte de façon régulière, annonce en outre Matignon.

Le gouvernement y intégrera de façon détaillée les conséquences du rapport remis le 3 janvier par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et demandera à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dassurer un audit régulier et public des travaux ainsi menés, conclut-il.

2 commentaires:

  1. Aucun rapport
    Le projet Imagine
    Vivre ensemble ou chacun pour soi

    http://www.youtube.com/watch?v=cP5IeIogyPM&feature=related

    Cassandre

    RépondreSupprimer
  2. Plusieurs mois avant la Cour des comptes, ce document :
    http://energeia.voila.net/nucle/reacteurs_trop_chers.htm

    indiquait déjà le coût de l'électricité du futur réacteur EPR lors de son éventuelle mise en service en 2016 ou 2017. A moins que l'on oblige d'en arrêter la construction.

    Pour d'autres informations, voir aussi :
    http://energeia.voila.net/nucle/france_58_reacteurs.htm

    sur la liste, l'âge et la production réelle des 58 réacteurs nucléaires de trop qui existent encore en France.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !