Bistro Bar Blog

jeudi 22 décembre 2011

Pourquoi les femmes ont-elles des menstruations ?

Un article plus spécialement pour les femelles (pardon, les femmes), mais les hommes ont le droit d'y jeter un œil...
Voilà une question banale, que se posent sûrement bien des femmes, mais la réponse ressemblera souvent à celle-ci : « C'est comme ça, c'est la nature ». Vrai ?
Dans cet article, quelques réponses scientifiques. Attention, le thème n'est envisagé que dans un contexte biochimique, la femme n'est qu'un terrain d'expérience et le fœtus est considéré comme agressif et invasif.

Pourquoi les femmes ont-elles des menstruations ?

La menstruation est un phénomène curieux que vivent à peu près une fois par mois les femmes et sa raison n'est pas immédiatement évidente d'un point de vue évolutionniste. C'est du gaspillage – elles rejettent une quantité substantielle de sang et de cellules. Cela semble dangereux ; ancestralement, dans un monde rempli de prédateurs et de maladies, laisser une traînée de sang semble une mauvaise idée. Et comme de nombreuses femmes vous le diront, c'est inconfortable, embarrassant et parfois invalidant. Alors pourquoi ?

Une supposition que certaines personnes pourraient faire, c'est de dire, voilà le moyen des mammifères pour se reproduire. Ce n'est pas vrai ! La plupart des mammifères n'ont pas de menstruations – leur muqueuse utérine ne vit pas de cycle, mais celle-ci va fabriquer à la place un épaississement de l'endomètre (membrane interne de l'utérus des mammifères, NdT) si survient une fécondation, ce qui semble beaucoup plus efficace. De tous les animaux mammifères, il n'y a que la plupart des primates, quelques chauve-souris et la musaraigne éléphant qui ont la chance d'avoir des menstrues, et comme on peut le voir à partir de la phylogénie (La phylogénie est l'étude des relations de parentés entre différents êtres vivants en vue de comprendre l'évolution des organismes vivants, NdT), une diversité éparpillée de mammifères ayant des menstrues implique que ce trait n'était pas présent chez nos ancêtres – nous primates, l'avons acquis relativement tard.
Je suppose qu'on pourrait blâmer la malédiction du Péché Originel, mais alors cette phylogénèse voudrait dire qu'Adam et Eve faisaient partie d'une population de proto-primates ressemblant à des écureuils vivant au début du paléocène. C'est plutôt sacrilège, quoique, mais qu'ont donc fait les chauve-souris et les musaraignes éléphant pour mériter cela ?
Il existe plusieurs explications en circulation. L'une d'elles est que c'est un moyen d'éliminer les agents pathogènes nocifs injectés dans l'appareil génital par l'éjaculation des mâles – mais ce dernier phénomène est omniprésent, il faut donc se demander pourquoi seules quelques espèces seraient embarrassées. Une autre explication est qu'il est plus efficace de se débarrasser de l'endomètre quand il ne sert pas que de le conserver indéfiniment ; mais c'est une fausse distinction, parce que d'autres mammifères NE conservent PAS l'endomètre, ils le fabriquent en réponse à une fécondation. Et enfin, une autre raison est que les humains ont des embryons plutôt agressifs qui s'implantent profondément et intimement dans les tissus de leur mère et que la menstruation « pré-conditionne » la muqueuse utérine à surmonter le stress. Il n'y a malheureusement aucune preuve que la menstruation procure un quelconque surplus d'endurance de l'utérus.
Un nouvel article de Emera, Romero et Wagner suggère une nouvelle idée intéressante. Ils retournent la question : la menstruation n'est pas le phénomène à expliquer, ce serait la décidualisation*, production d'une muqueuse endométriale épaissie, le processus-clé.
*Les cellules mésenchymateuses de l’endomètre de l’utérus peuvent se transformer sous l’action de stimulus mécaniques ou de la progestérone en cellules déciduales arrondies, à aspect épithélial, productrices d’hormones (prolactine) et d’une protéine de liaison du facteur de croissance insulinique (IGF, insulin growth factor). Cette transformation qui survient notamment lors de la nidation de l’oeuf fécondé est appelée décidualisation. L’endomètre devient alors la décidue.
Tous les mammifères préparent une membrane spécialisée pour l'implantation de l'embryon, la différence est que la plupart des mammifères manifestent une décidualisation déclenchée, où l'oeuf fécondé lui-même est l'instigateur de cet épaississement, alors que de nombreux primates ont une décidualisation spontanée (DS), qui se produit même en l'absence d'oeuf fécondé. On peut, par exemple, induire une menstruation chez la souris. En frottant l'endomètre de la souris, elle vivra une pseudo-grossesse et fabriquera une muqueuse endométriale épaissie qui partira quand le niveau de progestérone diminuera. Donc la raison pour laquelle les souris n'ont pas de menstruation n'est pas dû au manque d'un mécanisme d'élimination de la muqueuse endométriale...c'est qu'elles le fabriquent d'abord à moins d'en avoir besoin réellement.
La question est donc, pourquoi les humain(e)s ont-ils (elles) une décidualisation spontanée ?
La réponse suggérée par Emera est entièrement évolutionniste, et implique un conflit mère-foetus. La mère et le fœtus ont une relation contradictoire : l'intérêt majeur de la mère est de survivre à sa grossesse pour porter à nouveau des enfants et son corps essaie donc de conserver des ressources pour le long terme. Le fœtus, d'un autre côté, bénéficie autant qu'il peut de son accaparement à sa mère, parfois au détriment de la mère. Le fœtus, par exemple, manipule les hormones maternelles pour abaisser la réponse d'insuline, donc moins de sucre est récupéré par les cellules de la mère, le rendant plus disponible au fœtus.
La menstruation est la conséquence d'une auto-défense. Les femelles fabriquent cette muqueuse utérine épaissie pour se protéger et s'isoler d'un embryon gourmand et de son placenta égoïste. Pour les espèces aux embryons spécialement invasifs, il est trop tard pour attendre le moment de l'implantation – elles fabriquent donc préventivement un mur, auparavant et en cas de fécondation. Puis, si la fécondation ne se fait pas, le processus universel de réponse au déclin des niveaux de progestérone survient avec l'élimination de la muqueuse.
Bonus ! Un autre processus se poursuit, la muqueuse de l'utérus est aussi un détecteur de qualité du fœtus, qui capte les anomalies chromosomiques et leur permet un avortement spontané précoce. Il y a des preuves pour cela : les femmes ont des degrés de décidualisation variables et les femmes avec une décidualisation réduite se retrouvent plus souvent enceintes, mais ont donc aussi plus souvent des fausse-couches. Avoir un utérus préparé est non seulement une aide pour repousser des fœtus trop agressifs, mais il permet aussi à la mère une meilleure capacité dans le choix de porter ou non à terme le fœtus.
Les auteurs proposent aussi un mécanisme sur la manière dont la menstruation a pu évoluer, et cela implique une assimilation génétique. Une assimilation génétique est un processus qui commence par un phénotype* induit par l'environnement (dans ce cas, la décidualisation en réponse à une implantation), qui est ensuite renforcé par des mutations génétiques qui stabilisent le phénotype – le phénotype d'abord, suivi par une sélection dans les mutations qui renforce le phénotype.
Phénotype : Ensemble des caractères observables d'un individu. Le phénotype correspond à la réalisation du génotype (expression des gènes) mais aussi des effets du milieu, de l'environnement.
Emera écrit : « Les résultats d'expériences comme celles décrites au-dessus élucideront le chemin évolutionniste entre une décidualisation spontanée et celle qui est induite, nous autorisant à répondre à des questions restées longtemps sans réponse concernant la signification évolutionniste de la menstruation. Elles donneront en outre un aperçu mécaniste qui pourrait être utile dans le traitement de maladies courantes de la reproduction, comme l'endométrios, le cancer de l'endomètre, la prééclampsie et les fausses-couches récurrentes. Ces maladies impliquent des réponses dysfonctionnelles de l'endomètre pendant le cycle menstruel et la grossesse. Clarifier ainsi les mécanismes d'une réponse endométriale normale aux hormones maternelles, c'est à dire la DS, aidera à identifier les gènes fonctionnant anormalement chez les femmes ayant ces maladies. Une analyse de la manière dont est apparue la DS dans l'évolution peut aider à identifier ces mécanismes moléculaires critiques. »
Évolution, assimilation génétique, prédiction à partir d'une hypothèse évolutionniste et des applications biomédicales intéressantes...tout cela me semble percutant.
________________________________________________________________________________
Emera D, Romero R, Wagner G (2011) « Evolution de la menstruation : un nouveau modèle pour l'assimilation génétique : expliquer les origines moléculaires des réponses maternelles à l'envahissement foetal »

SOURCE

Traduit par la femelle Hélios :-)

14 commentaires:

  1. Pourquoi allez chercher des explications chez l'être humain ?

    C'est la nature un point c'est tout !

    Maintenant soutenir que la nature a fait une ânerie dans ce choix, faut être légèrement gonflé !!!

    Si elle avait décidé de pratiquer comme elle l'a fait avec les marsupiaux, on aurait toujours rien à dire !!! Et pis c'est tout !

    RépondreSupprimer
  2. Premier commentaire un peu virulent, j’espérais avoir fait passer une note d'humour sur ce texte très sérieux.
    Il faut sûrement aller chercher ailleurs une explication à ce phénomène féminin.

    PS : j'aurai aimé savoir si l'anonyme qui a commenté est masculin ou féminin...

    RépondreSupprimer
  3. A mon avis, Hélios, Anonyme est sûrement une femme.
    "Et pis c'est tout!" c'est très féminin ça. Mais bon, j'peux me tromper.

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ? à part le fait que l'homme s'use à la tâche + que la femme ^^

    Parcequ'elles sont nettoyées tout les mois, tandis qu'un homme s'il ne pratique pas l'Inipi (sweat lodge), la saignée (aïe) ou des cures de détox, il accumule les toxiques dans son organisme tandis que la femm-elle les évacue chaque mois.

    Chacun(e) a ses explications.....

    Une petite semaine d'abstinence par mois pour l'homme est tout comme un jour de jeûne par semaine: ça redonne l'appétit....

    RépondreSupprimer
  5. Zut, au premier coup d'oeil, j'ai lu
    "Pourquoi les femmes ont-elles des MENSURATIONS"

    A quoi j'ai failli répondre "Pour que les mecs puissent baver sur des 95(C)-65-95 :D

    Bon ok, je connais la sortie ..

    RépondreSupprimer
  6. Pourquoi les femmes ont-elles des menstruations ?

    Pour nous faire chier??

    MDR!

    RépondreSupprimer
  7. Je suis un peu fatiguée à cette heure.... Mais. J'ai eu des chiens de sexe féminin, chez mes parents, et elles avaient aussi des pertes de sang qd elles étaient en chaleur. J'ai un copain véto, si j'y pense, je lui demanderai des explications, à l'occasion :-)

    RépondreSupprimer
  8. Les respiriennes et liquidiennes n'ont pas de règles (ou 1 à 2 par ans)et s'en portent très bien.

    Elles mettent leurs enfants au monde sans le moindre problème évoqué par les femmes mangeant de la viande .

    Trouvez leurs témoignages sur le net...

    RépondreSupprimer
  9. "De tous les animaux mammifères, il n'y a que la plupart des primates, quelques chauve-souris et la musaraigne éléphant qui ont la chance d'avoir des menstrues,..."

    A la lecture de cette énumération d'animaux tout à fait charmant, pas de doute, la femme à bien sa place parmi ses soeurs. :)

    Certainement que la réponse à la question métaphysique de l'année 2011 se situe entre, le mélange de tous ces animaux par dame nature pour en faire qu'un, qui en voyant son oeuvre en rigole encore et continue sa perverse expérience, et là Darwin par manque de courage face au lobby féministe bonobo n'a pas pu élaboré la vraie thérorie évidente de l'origine de la femme,...

    ou alors un vice de fabrication en série à l'usine, l'entreprise ayant fait faillite pour cause d'endettement excessif dut au tempérament forcement dépensier de la bête, et le boss, parti se refaire sur pluton sur une espèce indigène monocellulaire et intellectuellement plus développée, n'a pu reprendre les modèles défectueux qui sont toujours en circulation a ce jour, ce qui fout grave le boxon de higgs sur la planète des êtres supérieurs des hommes.

    Je penche sur cette dernière théorie à 99,12%

    Cela dit on vous aime qu'en même, même avec tous vos défauts de conception et de logiciel, ... mais avec vos innombrables qualités de coeur

    Joyeuses fêtes à toutes et à tous,
    et n'oubliez pas de rentrer votre femme quant il neige :)

    RépondreSupprimer
  10. @ Syl
    Je pense qu'il ne faut pas confondre le saignement des chiennes par leurs "chaleurs" avec le saignement des règles. C'est même la signification contraire...

    RépondreSupprimer
  11. @ Anonyme masculin de 14h28 :
    Merci de ces tentatives d'explication et des souhaits pour les fêtes.

    Le BBB vous offrira ses souhaits bientôt aussi.

    RépondreSupprimer
  12. @Hélios femelle

    De rien, si je peux faire avancer le schmilblik, c'est avec plaisir. :)
    Sinon J'ai d'autres théories sur le sujet, sur demande.

    RépondreSupprimer
  13. Et pourquoi les hommes en ont deux et pas trois ? Et pourquoi les poules font des œufs... En effet, les chiennes ont aussi des menstruations... Ce qui permet de confirmer le peu de crédit-débilité à accorder à cet article... A mon avis, si les femmes ont les règles, c'est pour que les hommes puissent dire "t'as tes ragnagnas ?" lorsqu'une femme les "contrarie". Le conflit mère/fœtus, c'est le top de la psycho de comptoir à quelques centimes d'euros... Dis donc, toutes les absurdités sont bonnes à écrire pour vendre (essayer de) un bouquin... Beaucoup de mots ronflonfons qui ne font que du vent... Prochain bouquin : "Pourquoi les intellos se masturbent-ils le nombril ?"

    RépondreSupprimer
  14. Plein d'humour ce texte, incompris par celui qui n'en a pas ? Je pense que les femmes ont leurs "ragnagnas" pour avoir la paix quelques jours par mois. (quoique !) Et ATTENTION, un homme qui en a 2 est un un homme normal, un qui en a 3 est un anormal, gaffe, un qui en a 4 ....est un ENC...lé ! MDR ! qu'on se le dise !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.