mercredi 23 novembre 2011

La grippe espagnole de 1918 est due aux vaccins

Pour continuer sur le sujet de la grippe, voici un texte traduit par Caralmera (je le précise) qui n'est pas récent (1976), mais qui met bien en lumière les vraies causes de la fameuse grippe dite "espagnole" qui a tué 20 millions de personnes à la fin de la première guerre mondiale.


L'ÉPIDÉMIE DE GRIPPE ESPAGNOLE DE 1918 A ÉTÉ PROVOQUÉE PAR LES VACCINATIONS

Comme cela a été exposé auparavant, toutes les autorités médicales et non-médicales sur la vaccination conviennent que les vaccins sont conçus pour provoquer de manière atténuée les maladies qu'ils sont censés prévenir. Mais ils savent aussi et reconnaissent qu'il n'y a aucun moyen de prédire si le cas sera léger ou sévère - voire mortel. Cette grande incertitude qui met en jeu la vie des gens fait de la vaccination une procédure douteuse, anti-scientifique et extrêmement dangereuse.

Beaucoup de vaccins provoquent aussi d'autres maladies en plus de celle contre lesquelles ils sont conçus. Par exemple, le vaccin de la variole provoque souvent la syphilis, la paralysie, la lèpre et le cancer. Le vaccin contre la Polio, la diphtérie, la typhoïde, ainsi que la rougeole, le tétanos et toutes les autres injections sont souvent la cause de diverses autres étapes de la maladie telles que l'encéphalite post-vaccinale (inflammation du cerveau, ) la paralysie, la méningite cérébro-spinale, la cécité, le cancer (parfois dans les deux ans), la tuberculose, (deux à vingt ans après l’injection), l'arthrite, les maladies rénales, les maladies cardiaques (insuffisance cardiaque, parfois en quelques minutes après l’injection, et parfois plusieurs heures après. ). Des lésions nerveuses et de nombreuses autres affections graves suivent également les injections.

Lorsque plusieurs injections sont données (différents vaccins) en quelques jours ou à quelques semaines d'intervalle, elles déclenchent souvent l'intensification de toutes les maladies à la fois, une si grande quantité de poison mortel étant injecté directement dans le système sanguin fait que le corps ne peut pas le gérer. Les médecins disent que c’est une nouvelle maladie et procèdent à la suppression des symptômes.

Lorsqu'un poison est ingéré, le système de défense interne a une chance de l'éjecter rapidement par des vomissements, mais quand les poisons sont injectés directement dans le corps, outrepassant toutes les défenses naturelles, ces poisons dangereux circulent immédiatement en quelques secondes et continuent à circuler jusqu'à ce que toutes les cellules soient empoisonnées.

J'ai entendu dire que sept hommes étaient tombés raide morts dans un cabinet de consultation après avoir été vaccinés. C'était dans un camp militaire, donc j'ai écrit au Gouvernement pour vérifier. Ils m'ont envoyé le rapport du Secrétaire américain de guerre, Henry L. Stimson. Ce rapport a non seulement confirmé les sept morts après injection, mais il indiquait aussi qu'il y avait eu 63 morts et 28,585 cas d'hépatite comme conséquence directe du vaccin contre la fièvre jaune en seulement 6 mois de guerre. Et ce fut une seule sur les 14 à 25 injections administrées aux soldats. Nous pouvons imaginer les dégâts que toutes ces injections ont pu faire aux hommes.

La première guerre mondiale a été de courte durée, les fabricants de vaccins ont été incapables d'écouler tous leurs stocks. Comme ils étaient (et sont toujours) une entreprise à but lucratif, ils ont décidé de les vendre au reste de la population. Donc ils ont réalisé la plus grande campagne de vaccination dans l'histoire des États-Unis. Il n'y avait aucune épidémie pour justifier cette campagne, alors ils ont utilisé d’autres astuces. Leur propagande prétendait que les soldats rentraient des pays étrangers avec toutes sortes de maladies et que chacun devait avoir toutes les injections en cours sur le marché.

Les gens les ont crus parce que, tout d'abord, ils ont voulu croire leurs docteurs et deuxièmement les soldats qui revenaient avaient bien sûr été malades. Ils ne savaient pas que les maladies venaient des vaccins faits par le médecin, et les médecins militaires ne le leur dirent pas. Beaucoup de soldats sont devenus infirmes à vie à cause de ces maladies médicamenteuses. Beaucoup ont eu des encéphalites post-vaccinales, mais les médecins les ont nommées névrose de guerre, bien que beaucoup de ces soldats n'aient jamais quitté le sol américain.

L’accumulation de maladies provoqué par les nombreux vaccins a désorienté les médecins, puisqu’ils n'y avait jamais eu une telle frénésie de vaccination avant d’utiliser tant de vaccins différents. La nouvelle maladie qu'ils avaient créée avait les symptômes de toutes les maladies qu'ils avaient injectées dans l'homme. Il y avait une forte fièvre, une grande faiblesse, une perturbation intestinale et une éruption cutanée abdominale, caractéristiques de la fièvre typhoïde. Le vaccin contre la diphtérie a provoqué une congestion des poumons, des frissons et de la fièvre, des gonflements, un mal de gorge par obstruction de la fausse membrane et une suffocation étouffante due à la difficulté de respirer, suivie d’un halètement et de la mort, où le corps devenait noir à cause du sang stagnant qui avait été privé d'oxygène durant les stades de suffocation. Au début ils l'ont appelé Peste noire. Les autres vaccins provoquent leurs propres réactions —paralysie, dommages au cerveau, trismus, etc.

Lorsque les médecins ont essayé de réprimer les symptômes de la typhoïde avec un plus fort vaccin, ce dernier a provoqué une forme de typhoïde pire qu'ils ont appelé fièvre paratyphoïde. Mais quand ils ont concocté un vaccin encore plus fort et plus dangereux pour réprimer la paratyphoïde, ils ont créé une maladie encore bien pire pour laquelle ils n'ont pas trouvé de nom. Comment devaient-ils l'appeler ? Ils n'ont pas voulu dire aux gens ce que c’était vraiment - leur propre monstre Frankenstein, créé avec leurs vaccins et leurs médicaments immunosuppresseurs. Ils ont voulu faire diversion, donc ils l'ont nommée la grippe espagnole. Elle n’était bien sûr pas d’origine espagnole et le peuple espagnol a mal vécu le fait que ce fléau mondial leur soit reproché. Mais le nom est resté et les médecins américains et les fabricants de vaccin n'ont pas été soupçonnés du crime de cette grande dévastation — l'Épidémie de Grippe de 1918. C’est seulement au cours de ces dernières années que les chercheurs ont déterré les faits et blâmé les vrais auteurs.

Certains des soldats peuvent être allés en Espagne avant de rentrer chez eux, mais leurs maladies ont été créées dans leurs propres camps militaires américains. Nos hommes de médecine utilisent toujours cette même déviation. Quand leurs propres vaccins (exigés pour le voyage) provoquent des maladies à l'étranger, ils l'utilisent comme un motif de campagne de peur pour faire se ruer les gens dans les centres de vaccination. Vous souvenez-vous de la Grippe de Hong-Kong et de la Grippe asiatique et des peurs de la Grippe de Londres ? Ces épidémies ont toutes été médicalement mélangées avec le rhume commun que les gens ont habituellement chaque année.

Aujourd'hui (1976) nous sommes en train de travailler une fois de plus sur les fabricants de vaccins épidémiques et leur effort pour créer une autre combine de vente de vaccins à plusieurs millions de dollars. Leurs escrocs ont déjà parlé au président Ford de remettre plus de 135 millions de dollars pour commencer leur racket des vaccins. Même les compagnies d'assurance ont refusé de participer à un tel régime évidemment tordu et dangereux. Donc, encore une fois, les arnaqueurs médicaux et les arnaqueurs de médicament ont incité les fonctionnaires appropriés du gouvernement à garantir l'assurance contre les possibles milliards de dollars de poursuites judiciaires qui pourraient être intentées contre les promoteurs de vaccins si la campagne s'effectuait comme prévu.

Les déclarations des promoteurs de vaccin contre la grippe porcine que le vaccin n’est pas méchant, est fausse et qu'il protégera contre la grippe est également faux. Cinquante-six personnes sont mortes après injection, certaines au bout de 48 heures. Il y a confusion et désaccord parmi les médecins concernant les aspects du vaccin, depuis sa sécurité et son efficacité jusqu’à sa nécessité, et le choix des candidats favorables et de ceux qui devraient être mis en garde.

Leur technique de propagande consiste à faire ressembler la grippe porcine à la grippe de 1918 qui a tué 20.000.000 de personnes. Ils n'ont aucun échantillon de sang de l'épidémie de grippe 1918 pour le prouver. C'était il y a 58 ans et les docteurs ont été aussi troublés et mal organisés à l’époque qu’aujourd’hui. Pourtant, une chose est certaine — la grippe espagnole de 1918 était une maladie induite par vaccination, provoquée par un extrême empoisonnement du corps par accumulation de différents vaccins. Les soldats de Fort Dix qui auraient eu la Grippe porcine avait reçu de nombreux vaccins comme ceux qui ont provoqué l'épidémie de grippe de 1918. L'épidémie de grippe à Fort Dix n'a été en aucune manière liée au porc. Il n'y avait aucun cochon au camp (à moins que nous ne voulions d'un ton sarcastique nommer ''porcs'' les promoteurs du vaccin qui a provoqué les maladies).

Pour ajouter à la confusion, les médecins disent aux gens qu'il y a plusieurs sortes différentes de grippe; que celle des soldats de Fort Dix serait la grippe AVictoria, qu'il y aurait d'autres souches de virus de grippe et aussi, que le vaccin de la grippe porcine - que tant de personnes ont déjà eu-, ne les protégera pas contre les nombreux autres types de grippe. Ces arguments seront utilisés comme une porte de sortie en cas de poursuites judiciaires, lorsque davantage de victimes commenceront à se manifester. Les médecins diront que le vaccin a échoué parce que c'était le mauvais type de grippe pour ce vaccin. Évidemment, personne ne peut le prouver d'une manière ou d’une autre car les virus sont des organismes illusoires, invisibles, instables et imprévisibles. La définition de « virus » dans le dictionnaire est "poison morbide." Les vaccins injectés dans le corps sont du poison et provoquent les réactions typiques du poison. Le virus (le poison) n’y va pas par quatre chemins et attaque les gens.
Donc, il n'y aura aucune épidémie de grippe porcine à moins que les promoteurs de vaccin n’en fassent un comme ils l’ont fait pour l'épidémie de grippe de 1918. Il ne tuera pas 20.000. 000 de personnes à moins que les gens ne se soumettent aux injections produisant la maladie. Il y a aussi d'autres causes de maladie en plus des vaccins, comme la mauvaise nourriture, qui a été dévitalisée et contaminée par les agents de conservation empoisonnés et les préparations de drogues artificielles. Il y a encore de nombreuses causes de maladie mais aucune maladie n'est contagieuse (Voir le chapitre sur la théorie de germe).

Les campagnes de vacciation vont et viennent au gré des promoteurs d'un vaccin concocté au moindre prétexte. En 1957 ils ont essayé de provoquer une campagne de vaccination pour ce qu’ils ont essayé d'appeler la grippe Asiatique. Un éditorial du Herald and Express du 29 août 1957 sous-titrait, "La peur de l'endoctrinement de la grippe." En voici un extrait :

« La probabilité que ce pays va connaître une épidémie de grippe asiatique l’automne et l’hiver prochains a déclenché une tempête dans un verre d'eau »

« Même le Département Américain de la Santé est un faire-valoir de cette panique — et a publié des déclarations qui font peur au public, plutôt que de le rassurer en montrant que cette épidémie, bien qu’étendue, ne donne aucun signe de plus grande dangerosité que notre habituelle inondation de maladies semblables à la grippe lorsque l’hiver arrive.

'Ceux qui ont lu entre les lignes se demandent même si tout cela ne serait pas un peu de la super vente de la part de ceux qui fabriquent et vendent les vaccins qui sont en cours de préparation.... »


J’AI ETE UN OBSERVATEUR SUR PLACE DE L'ÉPIDÉMIE DE GRIPPE DE 1918

Tous les médecins et les gens qui vivaient à l'époque de l'épidémie de grippe espagnole de 1918 disent que c'était la maladie la plus terrible que le monde ait jamais eu. Des hommes forts, vaillants un jour mourraient le lendemain. La maladie avait les caractéristiques de la peste noire ajoutée à la typhoïde, la diphtérie, la pneumonie, la variole, la paralysie et toutes les maladies contre lesquelles les gens avaient été vaccinés tout de suite après la première guerre mondiale. Quasiment la population entière avait reçu des injections "ensemencées" d’une douzaine ou plus de maladies — ou sérums toxiques. Lorsque toutes ces maladies crées par les médecins ont commencé à sortir en même temps, ce fut tragique.

Cette pandémie s'est éternisée pendant deux ans, maintenue en vie par l'adjonction de médicaments - poisons administrés par les médecins qui ont essayé de supprimer les symptômes. Autant que je sache, la grippe frappe seulement le vacciné. Ceux qui avaient refusé les injections ont échappé à la grippe. Ma famille avait refusé toutes les vaccinations donc nous sommes restés en bonne santé tout le temps. Nous savions à partir des travaux de santé de Graham, Trail, Tilden et d'autres, que les gens ne peuvent pas contaminer le corps avec des poisons sans causer de maladie.

Quand la grippe fut à son apogée, tous les magasins ont fermé ainsi que les écoles, les entreprises — même l'hôpital, puisque les médecins et les infirmiers avaient été vaccinés aussi et étaient malades de la grippe. Il n’y avait personne dans les rues. On aurait dit une ville fantôme. Il nous semblait être la seule famille sans grippe; donc mes parents sont allés de maison en maison faire ce qu'ils pouvaient pour s'occuper des malades, puisqu’il était impossible de trouver un médecin à l'époque. S'il était possible pour les germes, bactéries, virus, ou bacilles de provoquer une maladie, il y avait de fortes chances pour qu’ils attaquent mes parents lorsqu’ils passaient plusieurs heures par jour dans les chambres des malades. Mais ils n'ont pas attrapé la grippe et ne nous ont pas rapporté ces germes qui pouvaient nous attaquer ou nous provoquer je ne sais quoi... Aucun membre de notre famille n'a eu la grippe — pas même le début d’un reniflement — et c’était un hiver avec neige épaisse.

Quand je vois les gens se hérisser quand quelqu'un près d'eux éternue ou tousse, je me demande combien de temps il leur faudra pour apprendre qu'ils ne peuvent en aucune façon être contaminés. La seule façon qu'ils puissent avoir une maladie est de la développer eux-mêmes en mangeant mal, en buvant, en fumant ou faisant d'autres choses qui provoquent des intoxications internes et abaissent la vitalité. Toutes les maladies sont évitables et la plupart sont guérissables avec les bonnes méthodes, inconnues des médecins classiques, et que même des médecins anti-médicaments ne connaissent pas non plus.

On a dit que l'épidémie de grippe de 1918 a tué 20 millions de personnes. Mais, en réalité ce sont les médecins qui les ont tué avec leurs traitements et leurs médicaments brutaux et mortels. C'est une accusation sévère, mais néanmoins vraie, à en juger par le succès des thérapeutes anti-médicaments comparé à celui des docteurs en médecine.

Tandis que médecins et les hôpitaux perdaient 33 % de leurs cas à cause de la grippe, les hôpitaux de santé alternatifs tels que Battle Creek, Kellogg et MacFadden du RESTORIUM obtenaient presque 100% de guérisons avec leur cure thermale, bains, lavements, etc, le jeûne et certaines autres méthodes de guérison simples, suivies de régimes soigneusement élaborés à base d'aliments naturels.
Un thérapeute alternatif n'a pas perdu un seul patient en huit ans. Le traitement très efficace d'un de ces médecins n’utilisant pas de médicaments n'ayant pas perdu ses patients sera communiqué dans l'autre partie de ce livre, intitulée « VACCINATION CONDAMNÉE », qui sera publié un peu plus tard.

Si les médecins avaient été aussi en avance que les médecins ne prescrivant pas de médicaments, il n’y aurait pas eu ces 20 millions de décès dus au traitement médical de la grippe.

Il y avait sept fois plus de maladies parmi les soldats vaccinés que parmi les civils non vaccinés, et les maladies étaient celles contre lesquelles ils avaient été vaccinés. Un soldat qui était revenu de l'étranger en 1912 m'a dit que les hôpitaux militaires étaient remplis de cas de poliomyélite et il s'est demandé pourquoi les hommes en pleine croissance avaient contracté une maladie infantile. Maintenant, nous savons que la paralysie est une stigmatisation commune de l'intoxication par le vaccin. Ceux de chez nous n'ont eu de paralysie qu'après la campagne de vaccination mondiale de 1918.

12 commentaires:

  1. http://lesouffledivin.fr/2011/06/26/entretien-mensuel-dalain-soral/

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Attali-le-peuple-est-coupable-de-la-crise-9107.html

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Attali-La-France-n-a-pas-d-heritage-particulierement-chretien-5718.html

    http://www.dailymotion.com/video/xjiqnw_le-mektoub-d-alain-soral-co_webcam

    RépondreSupprimer
  2. je me demande combien de temps il leur faudra pour apprendre qu'ils ne peuvent en aucune façon être contaminés. La seule façon qu'ils puissent avoir une maladie est de la développer eux-mêmes en mangeant mal, en buvant, en fumant ou faisant d'autres choses qui provoquent des intoxications internes et abaissent la vitalité. Toutes les maladies sont évitables et la plupart sont guérissables avec les bonnes méthodes, inconnues des médecins classiques, et que même des médecins anti-médicaments ne connaissent pas non plus.

    COMBIEN DE VISITEURS DE CE BLOG REFUSERONT DE SE FAIRE VACCINER ? Malgré tout cela ?

    RépondreSupprimer
  3. http://www.wikistrike.com/article-a-qui-appartient-paris-89580494.html

    comme me disait pierre à juste titre la vraie question est à qui appartient la planète...?

    RépondreSupprimer
  4. moi pas vaccinee (javais juste fait le
    pneumo 23 a la place du h1h1) et mes enfants pourtant petis
    non plus on test vaccin homeopathique (+ thymuline et serum de vierson) depuis lannee derniere et tout va bien... toute ma famille refuse ce vaccin

    RépondreSupprimer
  5. Je ne me fais jamais vacciner. Je suis bien placé pour savoir que les vaccins sont un danger pour la santé car en l'an 2000, notre fils qui a la paralysie cérébrale a été vacciné sans notre consentement à son école, il a fait un Guillain-Barré suite à ce vaccin, ce qui a diminué encore plus sa qualité de vie :(

    RépondreSupprimer
  6. Tchi vaccin!
    L'article provient de lire anglais, qui n'existe visiblement sous la langue de molière.
    Si d'autres chapitres interessants peuvent être traduits, ça serait cool.
    Merci

    RépondreSupprimer
  7. lasorciererouge6 août 2012 à 15:06

    http://sos-crise.over-blog.com/article-alerte-licenciement-pour-refus-non-justifie-de-se-faire-vacciner-108847840.html



    ....attention DANGER !!!

    RépondreSupprimer
  8. http://www.wikistrike.com/article-les-vaccins-abiment-notre-systeme-immunitaire-112234572.html

    RépondreSupprimer
  9. Pur mensonge.
    La grippe espagnole est une souche H1N1 qui est passée de l'animal à l'homme en Chine, avent de transiter par les état unis avant d'arriver en Europe. Les vaccins n'ont rien à voir là dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous dites des bêtises.
      H1N1 est saisonnière, elle revient très périodiquement .. Mais il n'y a qu' en 1916/17 qu'elle a fait des millions de morts ... Jeunes adultes ... Peu de vieillards, peu d'enfants, c'est à dire que les plus fragiles ont été épargnés ...
      Bref, elle a tué les hommes sur le front, complètement immuno-déprimés par la trouille. Et la médecine officielle de l'époque n'a rien trouvé de mieux que d'administrer des doses de cheval d'aspirine, médicament nouvellement produit par Big Pharma.
      Ce traitement n'a pas été renouvelé en 39/40, ce qui explique pourquoi tant de nos parents ont développé de l'asthme chronique et des cancers du poumon, l'affection était la même, mais on ne les a pas achevés à coup d'aspirine, Big Pharma a préféré les mettre sous Ventoline à vie, ou sous chimio, gaz moutarde donc.
      Quant aux vaccins évoqués dans l'article, qui est une pure opinion perso de l'auteur bien mal étayée scientifiquement, ils ont contribué, et contribuent toujours, à l'affaiblissement des personnes vaccinées, mais leur causalité dans les décès est loin d'être principale.

      Supprimer
  10. Eh si, on sait bien que ceux qui développent une grippe ont été vaccinés.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !