lundi 31 octobre 2011

La vraie prière

Texte que j'ai transcrit du tout dernier numéro de la revue VITRIOL, diffusée par le CROM.


LA VRAIE PRIÈRE

Prier pour la libération ou la satisfaction de l'ego ?

La prière a de nos jours bien dégénéré. Chez un grand nombre, elle n'est plus qu'une coutume reposant sur l'idée : ''Si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal non plus !'' Chez beaucoup d'autres, la prière est considérée comme une pratique religieuse vénérable que l'on conserve par respect pour ce qui a été transmis de génération en génération. Cependant, plus personne n'est conscient du processus de la prière, ne sait vraiment pas ce qui se passe, ou ce qui doit se passer pendant que l'on prie.

On prie beaucoup dans la vie protestante et dans les églises évangéliques. Certains prédicateurs arrivent à réaliser de véritables records de prières, dont l'audition fait peu d'effet, engendrant au contraire une sensation de cruel ennui ou de surprise à cause de l'émotivité malsaine qui de dégage de ces prières. Il y a peu d'exceptions à cette règle. Nombreux sont ceux qui ont abandonné l'exercice de la prière, la jugeant inepte et intellectuellement injustifiée.
Le gnostique, celui qui cherche la vérité et la libération, connaît également la prière, mais elle n'est certes pas, chez lui, pratiquée par émotion mystique ou comme l'expression d'un sentiment de respect ; et encore moins comme une habitude. Il a brisé radicalement avec les habitudes mondaines en la matière.
La prière du gnostique repose sur la connaissance d'un processus conscient. La prière est en effet un appel magique ; et il faut savoir que toute prière est finalement exaucée, mais cependant pas dans le sens où le suppose la masse des croyants.
Quand nous prions intensément, nous pensons, nous voulons, nous désirons. Ceci est donc une activité du triple pouvoir créateur de l'esprit humain, activité magique menant à une réalisation subtile. Lorsque nous prions, nous désirons quelque chose que nous comprenons raisonnablement, quelque chose qui est soutenu par un certain sentiment, et que nous dynamisons avec un besoin d'activité. Le tout est relié aux forces de notre sang et scellé par la magie de la parole. C'est l'exercice du Fiat (''Que cela soit'') créateur, l'acte magique créateur. Ce processus est parfaitement analysable et il est compréhensible que la qualité de notre prière, la nature de nos désirs, de nos mobiles, de notre mentalité, de notre état psychologique, bref, que l'état actuel de notre être détermine le résultat final de la prière.
En réponse à la prière, un résultat est inéluctable, car notre appel magique monte comme une force, comme une vibration, comme une unité créatrice, vers le domaine où sa qualité rencontre le domaine invisible qui lui correspond. La prière attire des forces en ce domaine et le résultat est absolument concordant. Ainsi, lorsque nous invoquons Dieu, le Christ ou le St Esprit à partir de notre état primitif égotique, nous attirons également des forces subtiles qui n'ont aucun caractère divin, ayant été évoquées par la magie noire inhérente à notre désir égocentrique. Nous invoquons alors les forces inférieures, la puissance de notre imagination primitive, et c'est ce dieu subconscient qui réagit, qui nous donne la réponse.

C'est ainsi que notre prière est exaucée, quoique pas toujours selon notre goût et notre intention. Le livre de l'Exode nous met en garde contre cette sorte de magie noire, par ce commandement si connu :
''Tu ne te feras pas d'image taillée, ni de représentation quelconque, des choses qui sont en haut dans les cieux, ni de ce qui est en bas sur terre, ni de ce qui est dans les eaux, plus bas que la terre.'' le simple appel ''Ô Dieu'' peut déjà jouer contre nous.

Car Dieu n'est pas le serviteur de notre nature primitive et animale !

Lorsque nous prions, nous observons un cône vibratoire ou une forme de pyramide qui surgit. Ce cône vibre et est coloré selon la qualité de notre être intime. C'est pourquoi la prière est souvent très dangereuse, et c'est pourquoi toute magie incomprise se retourne contre nous. Nous obtenons de cette manière ce que nous n'attendions pas, ou le contraire de ce que nous attendions.

Dans la pratique, il arrive le plus souvent que nous-mêmes commençons par gâcher fondamentalement les choses, créant ainsi un désordre complet. Lorsque la situation créée par nous ne nous offre plus d'issue, nous en venons à invoquer :''Ô Seigneur, aide-nous !'' La réponse est alors, par réaction, en concordance avec ce que nous méritons : nous recevons une double portion de la part de notre subconscient. Chacun verra clairement ce qu'il y a d'indésirable dans pareille magie.

Attirons particulièrement l'attention du lecteur sur la magie de la prière dans l'Église catholique romaine. Cette magie permet d'obtenir beaucoup de choses, et de maintenir ces choses en état. On prie le dieu catholique romain, la hiérarchie de son Église dans l'au-delà, mais ces prières n'atteignent pas le Seigneur de la Vie. De là vient l'usage de toutes sortes de livres de prières, remplis de formules, pour assurer, coûte que coûte, la liaison entre les masses et le dieu invoqué. C'est à cette fin qu'un panthéon complet de saints fantomatiques est maintenu en état dans l'au-delà. Et il est demandé aux croyants de compter sur un chapelet pour ne pas se tromper et de prononcer autant de ''pater noster'' et d' ''Ave Maria'' qu'il est nécessaire. Ces pratiques forcent celui qui prie à exercer une puissante concentration de pensées sur la prière.

De ce fait, il est fait appel aux puissantes structures catholiques romaines de l'au-delà, qui maintiennent le troupeau des âmes en état. Ceci fait également songer aux prières dites pour les morts au moyen d'images mortuaires. Ces prières gênent sérieusement les défunts quand éventuellement ils essaient de s'arracher à l'emprise de l'Église, car le sacrement de l'extrême onction est ainsi revivifié continuellement.

Les prêtres excitent les masses religieuses à beaucoup prier, et nous en comprenons la raison, car la magie du culte, les sacrements et la magie de la prière sont destinés à maintenir l'unité de l'Église. Le lecteur comprend facilement combien cette magie est aliénante et combien la prière est rabaissée à un état inférieur.

Le protestant, lui aussi, prie beaucoup. Toutefois, le protestantisme étant divisé du fait de ses nombreux courants, il n'a pas de hiérarchie structurée dans l'au-delà et est ainsi une proie facile pour les forces de la sphère invisible. La hiérarchie de Rome empiète également sur ce terrain et y obtient plus de succès qu'on ne le croit généralement.

En général, l'homme dispose de quatre mobiles qui le poussent à agir, dans le but de maintenir sa nature inférieure conservatrice, à savoir : l'amour, la richesse, le pouvoir et la gloire.

Par cet amour il est poussé à la vie sexuelle, à ne vivre que pour sa race, sa lignée, son peuple, sa famille, son couple, sa propre personne, ses enfants et ses biens.

Son désir de richesse s'exprime par ses efforts pour gagner de l'argent, par les soins qu'il prend pour assurer ses vieux jours et s'assurer une pension de retraite, par l'exercice de différentes études, par l'arrivisme et par le désir de voir ses enfants s'élever sur l'échelle sociale.

Le désir de pouvoir s'exprime, entre autres, dans l'effort pour maintenir notre situation, dans le désir d'imposer le respect, dans la manière dont nous essayons, par tous les moyens, d'atteindre nos buts et dans notre illusion de vouloir être quelqu'un.

Le désir de gloire s'exprime, par exemple, dans l'importance que nous attachons à des évènements historiques tels que la prise de la Bastille et dans l'importance que nous attachons à la gloire politique et militaire, aux décorations, aux honneurs dans le domaine des sports, de l'art, de la science, etc.

Les prières des hommes correspondent entièrement à ces mobiles. Ajoutons-y encore toutes les misères existentielles, au dedans et en dehors de nous, qui conduisent l'homme angoissé à prier le ciel, simplement pour sa propre conservation et par peur de la mort.

Tout ceci n'a pas le moindre sens pour l'homme plus avancé et plus compréhensif. Celui-ci prie pour le bien-être de son être spirituel. Sa prière se reporte sur le bien-être spirituel de l'humanité et jaillit de l'altruisme et non de l'égoïsme.

Il prie pour l'amour qui embrasse tout et tous. S'il prie pour la richesse, c'est pour servir dans la vérité, grâce à la plénitude d'une vie intérieure réelle. S'il prie pour le pouvoir, c'est afin d'aider à délivrer l'humanité de son angoissante misère.

S'il prie pour la gloire, c'est pour que les actes de sa vie chantent la Gloire de Dieu.
La véritable invocation magique, la prière du véritable chercheur de vérité est soumise à la loi de ne jamais rien demander pour soi-même. C'est la soumission totale au commandement divin : ''Cherchez premièrement le Royaume de Dieu, et toutes choses vous seront données par surcroît.'' C'est la reddition de l'ego, dans la certitude absolue d'être guidé divinement.

De plus, le gnostique authentique parvient à voir que la qualité et la force de sa prière sont dépendantes de ses dispositions intérieures, selon sa conscience, son âme et son corps. Il voudra ainsi, de toutes les forces qui sont en lui, ''vivre la Vie libérée.''

Jan Van Rijckenborgh

6 commentaires:

  1. FANTASTIQUE, merci Hélios, grâce à ce que tu as transmis sur ce BBB, certains devraient, enfin j'espère pour eux, COMPRENDRE où est la VRAIE vérité. Afin de CESSER ainsi la MANIPULATION que l'Eglise catho en particulier, a fait, et continue de faire à leur âme. Mr Jan Leene, ici expose parfaitement ce qu'il en est de la prière. Il faut comprendre les Forces Cosmiques pour pouvoir les atteindre, et recevoir d'Elles les biens faits qu'Elles nous offrent ! Hélas, le terme "magie" fait peur aux ignares , car ils l'associent à d'autres choses et tabous ! Merci Hélios !

    RépondreSupprimer
  2. Heureux les simples d'esprit,
    les cieux leur appartiennent

    amen

    RépondreSupprimer
  3. à anonyme du 31/10 à 18H19 - tu as bien de la chance, les cieux t'appartiennent déjà ! Et ce n'est pas la bonne phraséologie que celle que tu as inscrite ! Qu'il en soit ainsi !

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce vraiment une information sur la prière ou un règlement de compte catophobe exercé par quelques fondamentalistes protestants ? La tiède église romaine certes ne brille pas par sa transcendance mais de la à en faire la source de tous les maux ravageant la planète, je dis non.
    Et que faites vous alors des islamistes, des juifs talmudo-sionistes, des wasp ou autres gourous new age ? De plus j’ai trouvé ce texte très cérébral éloigné de l’oraison intime qui ramène tout à l’amen le profane au sacré. La vraie prière existe depuis longtemps chez les chrétiens orthodoxes et se dénomme la prière du cœur. Se faire tout petit, faire le vide en soi-même, retrouver son cœur d’enfant afin de découvrir la dimension maternelle de Dieu niée farouchement par tous les monothéismes et votre prière deviendra opérationnelle et créative.

    RépondreSupprimer
  5. lasorciererouge4 août 2012 à 20:57

    http://www.youtube.com/watch?v=S0ajuf62D-E&feature=g-all-a

    RépondreSupprimer
  6. http://www.mesopinions.com/petition/animaux/intervention-efficace-eglise-catholique-respect-protection/9998

    ..peu importe que ce soit catho, les paroles sont justes !

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !