jeudi 27 octobre 2011

Comment éviter un bug avec les voisins

en cas de catastrophe...
Un article du même auteur que les usages de la vaseline et avoir de l'eau en réserve. 


28 septembre 2011 par Tess Pennington

ÉVITER UN BUG AVEC LES VOISINS

D'accord pour admettre que nous avons tous testé les voisins pour savoir jusqu'à quel point ils étaient préparés dans leur tête. Il suffit de laisser tomber une simple remarque à ce sujet et de retenir notre respiration en espérant qu'ils y ont pensé aussi. Ils prennent cela comme une occasion de s'inviter chez vous lors de la prochaine grande catastrophe en vous disant ''Bon, je sais où aller s'il y a une catastrophe.''

La plupart de nos voisins ressemble malheureusement à la majorité de la société et ne voit vraiment pas la nécessité de stocker un tas de provisions inutiles pour un scénario ''au cas où''. Nombreux sont ceux qui se croient à l'abri si une catastrophe leur arrive. À cause de ces illusions auxquelles ils préfèrent croire, en cas de catastrophe sérieuse, ils se retrouveraient complètement pris de court. Ils penseront en fait que cette catastrophe est juste comme toutes les autres, avec quelques jours de vacances, du repos, des barbecues dans le jardin et boire des bières avec les voisins.

''Chéri(e), voilà les voisins !''

La FEMA a suggéré que chaque maisonnée devrait avoir au minimum une réserve de nourriture pour deux semaines. Mais soyons honnêtes, vous et peut-être un autre gars dans le coin êtes les seuls à faire attention à ce qu'a dit la FEMA. Et quand cette catastrophe inévitable survient, cela fait de vous le voisin préféré de tout le voisinage. S'ils savent que vous avez des provisions, ils fonceront tout droit chez vous. Ils ne voudront bien sûr pas s'imposer, ils apporteront donc leur sac d'urgence (sac d'escampette). Voir le dessin. À cette étape, il faut vous poser la question ''Êtes-vous prêts à recevoir d'autres bouches à nourrir ? Serez-vous capable de refuser ? Avez-vous assez de nourriture pour tout le voisinage ?''

(Qu'y a-t-il dans votre sac prêt à emporter ?

26% : Lampe à pile, radio à pile, 8 piles usées

20% :La liste des voisins préparés en cas de catastrophe

15% : Une photo des enfants pour avoir un souvenir au cas probable où ils ne peuvent s'enfuir aussi vite que nous

16% : Une réserve de fromage pour 5 heures

11% : Rien pour la 73ème heure comme prévu

12% : Un couteau à pizza)

Rendre les voisins autonomes

Donner à vos voisins l'envie de se préparer peut être le seul moyen d'éviter que le voisinage au grand complet se précipite chez vous après une catastrophe. C'est cependant un sujet sensible et qu'on doit aborder avec précaution. D'un côté, vous souhaitez qu'ils soient préparés pour ne pas avoir à vous en occuper et d'un autre côté il vous faut maintenir une certaine sécurité des opérations. Mais il faut bien dire que si presque toutes, voire toutes les maisons du voisinage ont prévu des réserves, cela donnera une communauté forte et très bien préparée.

Voici quelques méthodes pour aborder le sujet de la préparation :

  1. Après un gros orage inattendu, rappelez de manière nonchalante à un voisin comme vous auriez aimé avoir davantage de réserves au cas où les choses auraient mal tourné. Vous pouvez suggérer ensuite à ce voisin de partager les réserves fifty-fifty.
  2. On peut laisser tout le travail aux comités de quartier, ce qui vous permet de garder une certaine sécurité pour vos propres préparations. Suggérez au comité de quartier l'importance d'une préparation des gens en cas de catastrophe. Donnez-leur une liste de préparation à distribuer à la communauté et suggérez à la prochaine réunion qu'il est possible de faire une commande groupée de produits. (Contactez un magasin qui vend des produits de longue conservation pour pouvoir obtenir une ristourne en achetant par camion entier)
  3. Suggérez à la prochaine réunion de quartier qu'ils pourraient créer une équipe de préparation aux catastrophes, ce qui encouragerait les autres.
  4. Lors d'une fête entre voisins, ou autre fête de quartier, amenez la conversation sur le sujet de la préparation en rapportant la dernière catastrophe aux infos et sur le fait que certaines victimes n'étaient pas préparées. Ce qui vous permet de suggérer au voisinage de relever le défi d'une préparation pendant 30 jours et de préciser que cela peut être fait à partir d'un budget modeste. C'est là que vous leur dites qu'ils peuvent stocker pour 6 mois pour la modique somme par personne de 115 $.
Des voisins qui aident les voisins

Être un ''bon voisin'' ne signifie pas que vous devez accueillir chez vous le voisinage au complet pour consommer vos réserves. Rendre autonomes vos voisins est une meilleure option. Un voisinage préparé et prêt aux catastrophes diminuera l'impact de la catastrophe, sans parler que cela va créer une communauté plus forte et mieux préparée. On peut se lamenter sur le manque de préparation des gens ou bien se mettre à les aider à comprendre à quel point c'est important de l'être.


Traduit par Chantalouette

1 commentaire:

  1. woui, c'est une bonne idée, mais encore il faudrait que les voisins vous disent au moins "bonjour" ! Tout le monde s'en fou ! Personnellement, je suis "vache" (normal je suis du taureau !) quand un voisin, de mon immeuble (les nouveaux), ou de ceux des alentours ( connus de vue depuis + de 10 ans) ne me disent toujours pas "bonjour",(je ne suis pas la seule, à qui ils font ça) moi, j'insiste, et re belotte, à chaque fois que je les zieute, et ce, avec mon plus beau sourire!
    OUI, OUI, pour les provisions, stocké, farine, sucre, pâtes, riz, des boîtes de conserve, lait et autre, qui ont été faites avant Fukushima ! Merci pour vos conseils sur B.B.B, je les transmets à tous mes amis.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !