Bistro Bar Blog

mardi 2 août 2011

Japon, 2 août (suite)


Fukushima : les ouvriers savaient pour la radioactivité extrêmement élevée autour du conduit d'évacuation

Ils n'ont peut-être pas eu connaissance du chiffre exact (et bien pour cette question personne ne sait parce que le dosimètre a dépassé la limite de 10 sieverts par heure) mais ils couraient pour passer par la zone quand ils devaient entrer dans le réacteur 1 pour installer l'échangeur de chaleur pour la piscine de combustible usagé, selon les tweets d'un ouvrier en ce moment à la centrale.

Autant pour la phrase de TEPCO ''qu'il n'y a pas de travail prévu près de la zone et qu'il n'y aura pas d'effets sur le progrès du travail de la centrale'', ce qui est techniquement correct, au moins la première partie.
Il se peut qu'il n'y ait aucun travail prévu dans cette zone-là, PARCE QUE LES RADIATIONS SONT TROP ÉLEVÉES. Il se peut qu'il n'y ait pas de travail prévu là, mais les ouvriers doivent s'en approcher pour entrer dans le bâtiment du réacteur 1. La radioactivité est si élevée que les ouvriers, avec toute leur protection et équipement et les matériaux de construction qu'ils charrient, doivent courir pour passer par la zone afin de minimiser l'exposition à la radioactivité.
Donc cela se savait.
Plus d'informations de son tweet :

(Quelqu'un demandait s'il est vrai que TEPCO n'a pas de dosimètre pour mesurer au-delà de 10 sieverts/hr). Je pense que c'est correct. Nous avons bien l'instrument pour mesurer la radioactivité des barres de combustible, mais je me demande ce qu'il lui est arrivé. Cassé ?
(En parlant de la zone où plus de 10 sieverts/h a été détecté), le niveau radioactif autour du conduit d'évacuation était trop élevé pour même s'en approcher, déjà depuis le début de l'accident. Pas juste la zone autour du conduit des réacteurs 1 et 2, mais aussi celui des réacteurs 3 et 4.
Les débris sont enlevés par un équipement très protégé ou un équipement commandé à distance. Cet endroit (10+ sievert/h) a été découvert pendant une opération de ce genre.
Nous devons courir quand nous passons près du conduit pour entrer dans le réacteur1. C'est un boulot difficile. Mes jambes souffrent déjà de monter et descendre les escaliers dans le bâtiment du réacteur. Maintenant j'apprécie les ascenseurs !

Tous les ascenseurs à l'intérieur des bâtiments de réacteurs de la centrale sont détruits.
Quant à l'ouvrier qui a mesuré la radioactivité avec un dosimètre attaché à une perche, Hiroaki Koide de l'université de Tokyo dit qu'il ne lui a fallu qu'une ou deux secondes près du conduit pour prendre 4 millisieverts de radioactivité.
Voyons. 2,78 millisieverts pour une seconde, si la radioactivité était de 10 sieverts/h.
Koide pense que le niveau de radioactivité est trop élevé pour venir de l'intérieur de l'évacuation ou du conduit. Il suspecte qu'un morceau ou deux de combustible usagé a explosé en sortant de la piscine de combustible quand les réacteurs 1 et 3 ont eu leurs explosions d'hydrogène.
Il dit aussi que les tenues de protection que portent les ouvriers ne les protègent en rien des rayons gamma, sauf s'ils portent des vestes avec du plomb, mais malgré tout juste en partie.

Photos TEPCO de l'endroit aux 10+ sieverts/h

Il y a donc plus qu'un seul endroit.

Un ouvrier humain mesure la radioactivité avec un dosimètre sur une perche, le 1er août. A en juger par la couleur vert pâle du sol, les ouvriers ont du être ici à pulvériser de la résine pour empêcher les particules radioactives de voler :



Ensuite, la photo prise avec une caméra aux rayons gamma le 31 juillet montre deux endroits à forte radioactivité. Celui en bas à gauche est celui mesuré par l'ouvrier humain dans la 1ère photo.


Ce n'était peut-être pas une bonne idée d'enlever les débris. Ils auraient pu protéger les ouvriers d'une radiation aussi extrême que celle-là.

On recherche : 20 hommes en bonne santé qui veulent, pour un travail de 4 heures par jour pendant un mois, payé plus de 600 $, aider Tohoku sinistré

C'est sûrement pour un boulot dans la zone dévastée nommée centrale nucléaire de Fukushima...
Quelqu'un d'intéressé pour se joindre aux ''50 de Fukushima'' ? Ce n'est pas trop tard. Ils ont besoin d'ouvriers frais dans le ''nouveau normal'' de la centrale où 10 sieverts/h est considéré comme rien du tout. (TEPCO dit que cela n'a pas d'importance parce qu'aucun travail n'est prévu dans la zone des 10+sieverts/h de radioactivité).
Quelqu'un au Japon a posté la photo de la petite annonce sur un poteau électrique, qui se lit :

Demandé d'urgence

50.000 yens [648 US$] par jour
4 heures de travail par jour
(et écrit à la main)
uniquement pendant 1 mois (20 jours de travail)
2 jours de formation
Travail d'assistance à la restauration dans la zone affectée par la catastrophe de Tohoku
Pas d'âge limite
Hommes en bonne santé
20 ouvriers recherchés
Probablement une petite annonce du sous-traitant d'un sous-traitant d'un sous-traitant... 

2 commentaires:

  1. Coucou.

    Peut-être un complément.

    http://fr.news.yahoo.com/fukushima-niveaux-radioactivit%C3%A9-potentiellement-mortels-d%C3%A9tect%C3%A9s-certaines-zones-124830827.html

    Bises.

    RépondreSupprimer
  2. Moi ça me fait penser à une reprise de criticité du corium, au contact du béton, un peu comme dans le dispositif VULCANO de l'expérience de 2009.
    Ce corium semble respirer...
    Auguste

    RépondreSupprimer

Je n'éditerai pas les commentaires qui gâchent l'ambiance du blog ou qui sont hors sujet.