lundi 11 juillet 2011

Le niveau de la Vienne est inquiétant pour la centrale nucléaire de Civaux

e débit de la Vienne doit suffire à refroidir la centrale de Civaux sans pour autant vider le réservoir de Vassivière et menacer la saison touristique. Mais son niveau aujourd'hui inquiète...
L’observatoire du nucléaire s’inquiétait, en fin de semaine dernière, du niveau de la Vienne, car de son débit dépend le fonctionnement de la centrale de Civaux (département de la Vienne). Il annonçait que des lâchers avaient été effectués par EDF (1) sur le Taurion et La Maulde pour maintenir ce même débit.Niveau maintenu artificiellement

Il existe sur la Vienne un débit (2) minimum en deçà duquel la centrale doit être arrêtée : 12,4 m3/s entre le 15 avril et le 15 juin, et 10 m3/s depuis le 16 juin. En fin de semaine dernière, il était de presque 13 m3/s et EDF n’avait « pas prévu d’arrêter la centrale. On continue de fonctionner normalement », indiquait-on à Civaux.

Le niveau de la Vienne est maintenu artificiellement au-dessus de 13 m3/s grâce à des lâchers au niveau des barrages EDF en amont de la centrale.

Les eaux du lac de Vassivière : dernier recours

La procédure prévoit que ce soutien soit pris sur le Taurion, avant de solliciter le bassin de la Maulde. C’est à la tête de celui-ci que se trouve la plus grande retenue d’eau de la région : Vassivière.

Le fleuron du patrimoine naturel et touristique du Limousin sert également de réservoir (1.000 hectares d’eau) pour maintenir le débit de la Vienne. Mais, en pleine saison, le gestionnaire, EDF, doit respecter la cote touristique afin de préserver les activités nautiques sur le lac.

Cette année, le débit de la Vienne est particulièrement bas, inférieur à ses niveaux historiques (3).

Tenir jusqu’au 13 août

Une situation inquiétante, d’autant que les débits les plus bas de l’année sont généralement observés début août. C’est justement l’échéance que s’est fixée EDF à la centrale de Civaux pour maintenir le débit de la Vienne et la production électrique. L’arrêt d’un des deux réacteurs est déjà prévu le 13 août afin de permettre de mener l’enquête décennale qui doit déterminer la reconduction de la production pour les dix années à venir.

Si la situation persiste, il se pourrait que les lâchers ne puissent suffire sans menacer la saison touristique sur le plateau de Millevaches et que l’arrêt de la centrale soit avancée de quelques jours.

Sylvain Compère

(1) L’unité de production Centre (UPC) qui gère les barrages EDF en Limousin, dont Vassivière.

(2) À la station de mesure de Lussac-les-Châteaux (16).

(3) Source : service de prévision des crues de la Vienne du ministère de l’Écologie, de l’Énergie et du Développement durable.

SOURCE

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/haute_vienne/le_niveau_de_la_vienne_est_inquietant_pour_la_centrale_nucleaire_de_civaux@CARGNjFdJSsBHh0NBR0-.html


1 commentaire:

  1. on dirait que le ciel t'a entendu, il est tombé sur le Limousin quelque chose d'assez impressionnant au mè-tre carré, la chaine méteo devait sortir aujourd'hui un reportage à ce sujet,
    que je n'ai pas encore entendu,

    par contre j'avais bien retenu, dans le contre rendu d'un d'EDF à propos de cette centrale avait bien expliqué , que s'il pleuvait fortement sur le Limousin, le niveau de la Vienne remonterait en conséquences et durablement ! (après cela venez nous expliquer que la méteo n'est pas sous contrôle ?!!!)

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !