Bistro Bar Blog



Je rappelle que les commentaires en "anonyme" ne sont plus publiés.... Inscrivez votre nom dans le déroulant à la rubrique Nom/URL.

samedi 2 avril 2011

Japon: les clochards du nucléaire

80% des travailleurs du nucléaire au Japon sont en fait des sous-traitants, recrutés parmi les couches les plus paupérisées de la population japonaise. Enquête sur les "gitans du nucléaire". Lire la suite l'article

En plus d'une forte radioactivité qui les condamne à mort à brève échéance, les quelques 500 liquidateurs de Fukushima doivent travailler dans des conditions atroces et inhumaines. Ils recevraient seulement deux repas par jour, des biscuits le matin et du riz le soir, un maximum d'un litre et demi d'eau par personne, et dormiraient sur des nattes de plomb, à même le sol. Dans ces conditions, un patron confiait au journal Asahi qu'il ne pensait plus "pouvoir trouver d'autres salariés qu'y accepteraient d'y aller." Dans le journal tokyoïte Tokyo Shimbun, un ancien travailleur sous-traitant de Fukushima Daiichi ne cache pas sa colère au sujet des trois ouvriers contaminés aux jambes. Sur les trois irradiés, deux n'étaient même pas chaussés de bottes. Qui sont ces travailleurs du nucléaire et comment sont-ils recrutés?

Bien que les centrales possèdent leurs propres employés, environ 80% des travailleurs du nucléaire au Japon sont en fait des sous-traitants, recrutés parmi les couches les plus paupérisées de la population japonaise. Ces travailleurs pauvres et non qualifiés effectuent pour quelques jours, parfois quelques semaines, les tâches les plus dangereuses au coeur des centrales nucléaires. Parce qu'ils se déplacent de centrale en centrale, on les appelle au Japon les "gitans du nucléaire" (genpatsu jipushi), du nom d'un livre de Kunio Horie publié en 1984.

En France, où la sous-traitance dans le nucléaire est en plein développement, l'expression utilisée dans le jargon des employés d'EDF pour les désigner est moins poétique mais plus explicite: la "viande à rems". Sur le modèle de Toyota, les entreprises nippones ont recours depuis très longtemps à la sous-traitance, notamment dans la construction. Et les intermédiaires servant au recrutement des travailleur... Lire la suite sur LEXPRESS.fr

8 commentaires:

  1. Lors de l’incident à Tchernobyl, en 1986, j’étais élève au collège, dans une ville situé à 490 kms du lieu de l’explosion. On comprend aisément que j’étais à l’époque le citoyen d’un pays du bloc de Varsovie. Je me rappel que le lendemain de la catastrophe, étant en cours, une délégation de médecins et infirmières accompagnées du directeur de l’école, sont arrivés dans la classe avec un plateau de biscuits et un flacon de iodure de potassium. Ils nous ont disposé en fil d’attente et chacun d’entre nous avons eu droit à un biscuit sur lequel, avec une pipette, ils ont versés quelques gouttes de iodure. Puis la mise en garde de boire que de l’eau minérale.
    Je dis ca parce que depuis j’ai jamais eu des problèmes avec la tyroïde et j’espère ne pas en avoir, mais j’ai l’intime conviction que le « rituel de la biscuit » doit y être pour quelque chose. Les autorités, même communistes, de l’époque ont vite réagis car ils ont pris le danger trés au sérieux. Là, aujourd’hui, j’entends qu’il y a du iode 131 radioactif dans le lait, en France. Le taux n’est pas dangereux selon les spécialistes mais cela veut aussi dire qu’il se balade dans l’air, qu’on peut le respirer. Il peut se fixer sur la tyroïde, une particule suffit, je pense, pour déclencher une réaction, un cancer. Dit-le moi suis-je dans le faux, est-ce que je m’inquiet pour rien ? J’ai des enfants et j’aimerais partage, la chance que j’ai eu moi-même par le passé, avec eux. Mais il n’y a aucun signe d’alerte de la part des autorités compétentes dans la matière et vue l’affaire Tchernobyl, ca m’inquiète en peu la façon dont les spécialistes essaient de nous rassurer. Faut-il prendre des comprimées de iode ou pas ? Qu’-est ce que vous en pensez ?

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que l'organisme le plus qualifié et le plus fiable est la criirad, qui nous dira si et quand prendre de l'iodure de potassium. Autrement voir notre article de mars sur "se protéger de la radioactivité par l'alimentation".
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  3. Merci Hélios. Est-ce que l'argent colloïdal peut aider?

    RépondreSupprimer
  4. Pas spécifiquement contre les radiations. Plutôt contre les infections.

    RépondreSupprimer
  5. bonsoir Hélios et Chantalouette

    merci pour le courriel et l'article hélios , en cours de lecture .
    bonne soirée

    http://enenews.com/fukushima-forecast-radioactive-particles-concentrated-northwest-april-6-video

    http://www.godlikeproductions.com/forum1/message1427809/pg1

    RépondreSupprimer
  6. 3 avril 2011 Annecy 0,14 μSv

    J'ai laissé hier à la rubrique "Fukushima un document interne d'Areva" les mesures du 2

    2 avril 2011 Annecy 0,15 μSv

    RépondreSupprimer
  7. 018 à Dour, ce matin
    Bel article : http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/fukushima-le-cri-de-colere-de-l-ecologiste-michel-bernard-17-03-2011-15055_8.php
    Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
  8. Région de Liège ( Belgique )
    Moyenne de 0,113 µSv

    RépondreSupprimer

Vous êtes priés d'inscrire un pseudo pour commenter. Merci.