dimanche 30 janvier 2011

JFK et les OVNIS

File:John F. Kennedy, White House color photo portrait.jpg 


Cela a fait 50 ans le 20 janvier que John Fitzgerald Kennedy a prêté serment en tant que 35ème président des USA. Pendant que les historiens débattent sur la nature de sa contribution – ou bien quelqu'un qui a pris parti pour le complexe militaro-industriel, embringuant en fait les Etats-Unis plus avant au Viêt-Nam, ou bien un possible renégat ayant une vision d'avenir différente, éliminé avant qu'il n'échappe à tout contrôle – il est sûr qu'il y avait quelque chose concernant l'homme qui garde encore et toujours la mémoire du monde sur lui.
Oui, c'était sa jeunesse, ce sens du style, cette énergie et par-dessus tout la notion de tous les possibles qui imprégnait l'homme lui-même. Son assassinat, en réalité une exécution publique, a finalisé son image et a procuré au monde entier un sentiment de perte définitive.
Je suis convaincu que le jour viendra où nous serons tous d'accord pour dire que JFK a été tué par une conspiration, impliquant des éléments à l'intérieur même du département de sécurité nationale US.
La vérité à ce sujet ne restera pas enterrée pour toujours. Nombreux déjà sont ceux qui savent que les déclarations officielles du gouvernement américain, en réalité le travail d'un seul individu instable, sont fausses.
Même le président Bill Clinton ne le croyait pas. Peu de temps après être devenu président, il a demandé à l'assistant du Ministre de la Justice, Webster Hubbell, d'enquêter sur deux choses. « La première, qui a tué JFK. Et la deuxième, les OVNIs existent-ils. »
Clinton ne se doutait pas combien proches pouvaient être les deux questions. Envisageons la probabilité de la réalité des OVNIs et, nécessairement, de leur dissimulation.
L'assassinat de Kennedy pourrait-il être relié à ces derniers ? La sagesse conventionnelle ne voudra pas s'arrêter à cette considération, mais – réellement – pourquoi cela est-il si difficile à imaginer ?
L'assassinat de Kennedy ressemble au Meurtre de l'Orient Express d'Agatha Christie.
Tout le monde a un mobile : la Mafia, la CIA, les cubains, le Pentagone, les Soviets et la Réserve Fédérale, pour commencer. Cette liste pourrait-elle inclure également le Majestic 12, nom souvent attribué aux puissants initiés qui contrôlent le secret des OVNIs ?
Ma réponse à cette question est, pourquoi pas ?
Nous devons nous rappeller que le thème OVNI demeure le grand vide de notre histoire moderne.
La grande réalité tacite autour de laquelle tant de choses sont arrivées au sein de groupes confidentiels, et où aussi peu de chose a transpiré dans le monde extérieur.
Il y a là une énorme histoire, qui attend d'être décrite par de futurs chercheurs, une fois les données détenues disponibles. Et cela se fera. Ne vous y trompez pas, cela se fera. 
Quelque chose d'aussi important que les OVNIs n'aurait pas échappé à l'attention de JFK. Au cours des années 50, les journaux américains ont rapporté des observations de « soucoupes volantes » de manière beaucoup plus sérieuse qu'aujourd'hui. Le sujet fut d'une importance majeure plusieurs fois pendant la décennie. Nous savons en outre qu'aux niveaux confidentiels, il était pris très au sérieux.
Pourquoi alors Kennedy ne s'y serait-il pas intéressé ? Plus encore, comment lui était-il possible de ne pas connaître quelque chose à ce sujet ?
Kennedy était proche d'une figure légendaire de la CIA nommée Art Lundahl, qui avait fourni des informations à quatre présidents américains, et aussi bien au Congrès qu'au Sénat Lundahl était réputé pour sa remarquable capacité à expliquer clairement des concepts techniques aux profanes.
Chose intéressante, le principal intérêt de Lundahl semble avoir été les OVNIs, thème le plus présent dans sa bibliothèque personnelle.
En plus, selon une interview de Lundahl réalisée par W. Todd Zechel, ufologue et ancien employé de l'Agence de Sécurité de l'Armée, Lundahl informait Kennedy non seulement sur les missiles soviétiques à Cuba, mais aussi sur les OVNIs. Intéressant, pour sûr.
Puis il y a le document OVNI controversé sur Marilyn Monroe, mis en lumière en 1992. C'est une simple note de service de la CIA datée du 3 août 1962, un jour avant la mort de Marylin, et presque sûrement la cause de son meurtre. L'information sur le document provenait de deux conversations téléphoniques sur écoute : l'une entre la journaliste Dorothy Killgallen et son ami Howard Rothberg et l'autre entre Marilyn Monroe et le frère de JFK, Robert F. Kennedy, ministre de la justice.
La conversation Killgallen-Rothberg tournait autour du fait que Marilyn dévoilait des secrets à des initiés privilégiés d'Hollywood concernant sa liaison avec le président, l'un des secrets était « une visite du président d'une base aérienne secrète dans le but d'examiner des choses extra-terrestres ». Dans la conversation entre Monroe et RFK, elle parlait de sa colère envers les Kennedy, des informations confidentielles qu'elle possédait dans son journal intime et de sa volonté de donner une conférence de presse pour « tout dire ».
Le document porte la signature de James Jesus Angleton, chef du contre-espionnage de la CIA.
 
Bien que la provenance exacte du document fasse défaut, je suis l'un des chercheur qui croit à son authenticité. Il semble donc que JFK n'était pas seulement très intéressé par les OVNIs, mais qu'il était connecté à ce thème en tant que président. Si oui ou non il a été tué pour des raisons ayant trait aux OVNIs, ne constitue pas quelque chose où je me permettrai d'émettre un jugement. Mais je voudrai dire qu'étant données les circonstances de sa présidence, cela ne peut être écarté.
Comme de nombreuses personnes ayant revisionné la vie et la présidence de JFK, mon sentiment est que nous avons perdu quelque chose de très important le jour sinistre de son assassinat. Ce que nous avons perdu, c'est le lien implicite d'une confiance entre le peuple américain et son gouvernement.
Le système élaboré pendant un siècle et demi, malgré toutes les imperfections de ses crises et démarrages, vers un plus grand pouvoir pour le peuple, avait conduit à une grande transformation pendant la seconde guerre mondiale.
Ce fut au moment où le système gouvernemental républicain s'est fait peu à peu engloutir par « l'idée de sécurité nationale ». Le nouveau chef n'a pas eu beaucoup de temps avant qu'on décide de le supprimer par un coup d'état silencieux.
Nous avons donc une bonne raison pour ne pas pouvoir retourner à JFK, à l'ère de Camelot (NDT : nom donné à l'administration sous JFK), et pour éviter ce sentiment au creux du ventre. Ce sentiment de perte et la conviction que cet assassinat était un acte criminel impuni ou au moins admis.
Je préfère pourtant me souvenir de quelque chose d'autre à propos de JFK. Il était sans nul doute l'un des plus grands orateurs de l'histoire américaine. Un grand merci à Ted Sorenson, l'un des meilleurs écrivains de discours qu'un président a eu le bonheur d'avoir. Mais JFK avait sûrement à faire à ce sujet.
Aussi, j'aimerai prendre un moment pour relire une déclaration classique de cet homme. C'est extrait d'un discours prononcé à l'hôtel Waldorf Astoria le 27 avril 1961, pour l'association des nouveaux patrons de presse. Son sujet : les dangers du secret.



" Le terme même de ''secret'' est répugnant dans une société libre et ouverte; et nous sommes un peuple opposé par nature et par son histoire aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux manoeuvres secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers d'une dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents l'emportaient de loin sur les dangers cités pour la justifier. Même aujourd'hui, il y a peu d'intérêt à opposerla menace d'une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd'hui, il y a peu d'intérêt à assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec. Et il y a un très grave danger que le besoin déclaré d'une plus grande sécurité veuille être saisie par certains très désireux d'étendre sa signification aux limites mêmes de la censure officielle et de la dissimulation. Cela je n'ai pas l'intension de le permettre dans la mesure où c'est sous mon contrôle. Et qu'aucun membre de mon administration, que son rang soit élevé ou non, qu'il soit civil ou militaire, n'interprète mes mots de ce soir comme une excuse pour censurer les informations, pour étouffer la dissidence, pour cacher nos erreurs ou pour dissimuler à la presse et au public les faits qu'ils méritent de connaître.''


Si nous voulons honorer la mémoire de JFK, nous ne pouvons pas faire mieux que de vivre avec ces mots, et de lutter contre ce qui représente assurément le meilleur combat de notre vie. C'est le combat pour apporter la vérité à ce monde, pour faire briller la lumière dans l'obscurité, pour chasser les forces du mal.

SOURCE


Traduction par Hélios



 


2 commentaires:

  1. H.S

    Armée Céleste au dessus du Mont du Rocher à Jérusalem : impressionnant !

    http://prophtiereconciliationdesnations.blogspot.com/2011/01/armee-celeste-juste-au-dessus-de.html

    RépondreSupprimer
  2. OVNI est selon mon modeste avis un terme satanique. Le véritable nom est armées célestes ou bataillons de Dieu Tout-Puissant.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !